Les eaux californiennes surpeuplées de requins, dauphins, baleines...

Samedi 29 octobre 2016 à 17h36

En Californie, un aileron de requin qui se déplace à la surface de l'eau n'est plus simplement une réminiscence des "Dents de la mer" : la présence de ces prédateurs est à un niveau record depuis trente ans près du rivage de Los Angeles.

En Californie, un aileron de requin qui se déplace à la surface de l'eau n'est plus simplement une réminiscence des "Dents de la mer" : la présence de ces prédateurs est à un niveau record depuis trente ans près du rivage de Los Angeles.

Mais il n'y a pas que des requins qui affluent près des côtes californiennes. On voit depuis Malibu des dauphins onduler à seulement quelques mètres de la célèbre plage et le nombre de baleines y a quadruplé. Sans parler de l'arrivée d'espèces tropicales: "Je n'avais jamais entendu parler d'un dauphin bleu au nord de la Californie", constate Elliott Hazen, de l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).

Ce ras-de-marée animal provoque quelques rencontres malheureuses avec les humains : fin mai, une nageuse a été gravement blessée près de Los Angeles, dans l'ouest des Etats-Unis, après avoir été attaquée par un requin. Les maîtres-nageurs sont désormais aux abois et des drones sont parfois utilisés pour surveiller les allées et venues de ces énormes poissons aux centaines de dents acérées, dont la présence a entraîné plusieurs fermetures de plages.

L'arrivée de mammifères marins tout près du rivage fait aussi la joie des touristes et des amoureux de la nature. "L'industrie des promenades en mer pour aller voir les baleines est en plein boom", tout comme les expéditions pour pêcher le marlin à bec pointu, se félicite Elliott Hazen.
Les scientifiques expliquent en partie cette prolifération par le phénomène océanique El Nino, une invasion d'eau chaude qui se produit aux environs de Noël le long des côtes de l'Equateur et du Pérou et qui entraîne une hausse de la température du Pacifique. Ces deux dernières années, El Nino a été si prononcé qu'il s'est fait ressentir jusque dans l'Atlantique: à New York, en Caroline du sud et en Floride, sur l'autre côte américaine, les requins se prélassent aussi et des morsures ont également lieu régulièrement. "El Nino a modifié les routes de migration des bébés requins blancs", explique Chris Lowe, du Shark Lab de l'université Cal State à Long Beach. Ces bébés prédateurs s'installent durablement au large de la Californie au lieu de migrer vers le Mexique, d'autant qu'ils y trouvent des proies à profusion: dauphins, otaries, crabes, etc.

Les baleines, qui normalement voyagent aussi de l'Alaska vers l'hémisphère sud, élisent domicile pendant des mois dans le Pacifique nord car "elles y trouvent quantités d'anchois", remarque M. Hazen. Grâce aux eaux plus chaudes, "les ressources alimentaires des requins reviennent aussi" au large de San Francisco ou de Los Angeles, poursuit Chris Lowe.

Quant au rôle du réchauffement climatique de la planète et des océans sur cette prolifération de la faune le long des côtes, il n'est pas encore très clair : pour le capitaine de bateau Dan Salas, les perturbations des routes marines observées ces dernières années en portent clairement la signature; mais pour Chris Lowe, "il est difficile de faire la distinction entre les deux derniers El Nino forts qu'on a eus et le réchauffement climatique".

Le dérèglement des comportements aquatiques fait en tout cas déjà des victimes : pendant que les baleines se régalent d'anchois qui tentent de trouver des eaux fraîches plus loin des côtes, les otaries en manquent près du rivage et s'épuisent. Outre les phénomènes liés au climat, l'afflux d'animaux près des côtes s'explique aussi par les mesures de protections d'espèces en voie de disparition mises en place il y a plusieurs dizaines d'années et qui portent leurs fruits, notamment pour les otaries et les dauphins. "On pouvait pêcher les requins jusqu'en 1994, ils étaient vendus sur les marchés aux poissons, particulièrement les bébés", fait remarquer M. Lowe.

La présence animale près des plages pourrait donc durer. Faut-il donc craindre de mettre le pied dans le Pacifique ? La sortie prévue dans deux mois d'un nouveau thriller sur un requin tueur, "Instinct de survie", promet une dose d'angoisse. Pourtant, remarque Chris Lowe, "le taux d'attaques par tête est en fait en baisse", alors qu'"il y a de plus en plus de gens qui se baignent, s'éloignent du bord et ont un comportement risqué dans l'eau" en surfant ou faisant du paddle board entre autres aventures nautiques.

"On a bien plus de chance de mourir d'un accident de voiture en allant à la plage que d'une attaque de requin une fois qu'on y est", conclut-il.


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.