Vendée Globe : connaissez-vous les "Boat-nigger" ?

Samedi 29 octobre 2016 à 14h42

"J'ai fait cinq Vendée Globe, mais jamais le tour du monde. Qui suis-je ?" Réponse : Patrick Jullien, l'un des préparateurs de voiliers de course les plus chevronnés, un métier méconnu qui, après vingt ans d'apprentissage "sur le tas", fait désormais l'objet d'une formation à Lorient.

"J'ai fait cinq Vendée Globe, mais jamais le tour du monde. Qui suis-je ?" Réponse : Patrick Jullien, l'un des préparateurs de voiliers de course les plus chevronnés, un métier méconnu qui, après vingt ans d'apprentissage "sur le tas", fait désormais l'objet d'une formation à Lorient.

Sur les pontons, on les appelle les "boat-niggers". Ces "esclaves du bateau" travaillent dans l'ombre des skippers. Matelotage, accastillage, électronique, informatique, plongée... Sans ces véritables couteaux suisses, la course au large ne se ferait tout simplement pas.

Il y a encore quelques mois, quand il se déclarait à Pôle Emploi, Patrick Jullien, dit "Juju", se disait "technicien nautique". Bien qu'ils soient plusieurs centaines en France et que le secteur progresse de 10% par an, son activité n'était pas référencée. Mais il y a un an et demi, à Auray (Morbihan), l'Association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) réalise que la course au large se professionnalise et qu'un besoin est né. Elle décide donc de lancer une formation inédite de "préparateur (de) voilier de course".

Le 3 octobre, les douze premiers stagiaires ont investi la base sous-marine de Lorient pour trois mois de formation. Au coeur du K3, un bunker de la Seconde Guerre mondiale mangé par le lierre et tagué d'un crabe géant, les apprentis apprennent, ou réapprennent ce jour-là, à réaliser le noeud de sifflet de bosco.

Âgés de 22 à 36 ans, Bretons pour la plupart, ils ont été sélectionnés cet été parmi une centaine de candidats. Plusieurs ont traversé l'Atlantique, certains ont déjà participé à des compétitions, d'autres dorment sur leur voilier.

Jonathan, 36 ans, est "coach plaisance" dans un centre nautique à Port-La-Forêt (Finistère). "Depuis 13 ans, dit-il, j'ai appris la maintenance des bateaux de manière empirique, mais aujourd'hui, il ne suffit plus de savoir seulement faire de la strat' (stratification, NDLR)." Outre les compétences techniques, les stagiaires veulent aussi se constituer un "portefeuille de contacts". Quentin, 28 ans, ingénieur en conception, a bien tenté d'entrer dans les "teams" du Vendée Globe 2016, mais il n'était pas du sérail... Il espère que les rencontres professionnelles prévues par l'Afpa lui permettront de mettre un pied dans ce milieu fermé, concentré dans la "Sailing Valley", entre Port-la-Forêt et La Trinité-sur-Mer (Morbihan).

Si les stagiaires admirent les skippers, ce qui les fait rêver, ce sont bien "les machines", admet Jonathan, impressionné par "ces bateaux qui commencent à voler" et flirtent désormais avec "l'aéronautique". Leur idole à eux, ce serait plutôt "Juju", l'un des formateurs. "Ce gars", confie l'un des stagiaires, "c'est un peu un mythe. Quand on se balade avec lui sur le ponton, il connaît tout le monde, et tous les bateaux."

Moniteur de voile, il se rêvait architecte naval. Patrick Jullien, 49 ans, est finalement devenu préparateur de voilier un peu par hasard. Il se souvient de son premier Vendée Globe, en 1996 : "J'étais sur le ponton depuis cinq minutes que j'avais déjà un tournevis dans les mains". Naviguer, il aime ça, il a même fait un peu de course en équipage. Mais "ce qui me branchait le plus, c'était de concevoir une machine qui soit en adéquation avec le skipper", explique-t-il. Et un bateau peut toujours évoluer : comme le monocoque de Yann Eliès, un Imoca de 2007, sans cesse retravaillé, qui se lancera le 6 novembre à l'assaut de son troisième Vendée Globe. "Dans les années 2000, on s'est retrouvé avec des bateaux de plus en plus compliqués", avec non plus deux mais dix techniciens derrière chaque voilier, raconte "Juju". "Aucun sport mécanique n'a connu une telle progression de performance en trente ans", avec une vitesse plus que doublée. Mais, prévient-il, "si maintenant les bateaux volent et font rêver tout le monde, c'est la vitrine". Car le métier est "exigeant" : "quand on fait les Vendée Globe, on met durant trois mois sa vie en stand-by : je n'allais jamais au cinéma sans mon téléphone ou mon ordinateur".


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.