Réunion internationale autour de la surpêche au Portugal

Mardi 15 novembre 2016 à 7h01

Une cinquantaine de pays se retrouvent à partir de lundi à Vilamoura, au Portugal, pour discuter des quotas de pêche de thon rouge et s'atteler à d'autres chantiers comme la préservation de l'espadon de Méditerranée, victime à son tour de surpêche.

Une cinquantaine de pays se retrouvent à partir de lundi à Vilamoura, au Portugal, pour discuter des quotas de pêche de thon rouge et s'atteler à d'autres chantiers comme la préservation de l'espadon de Méditerranée, victime à son tour de surpêche.

Pour les ONG comme pour les professionnels, la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (Cicta), réunie jusqu'au 21 novembre, ne devrait pas décider de nouveaux quotas. La Cicta, qui est responsable de la conservation des thons et espèces apparentées dans l'océan Atlantique et la Méditerranée, avait en 2014 relevé de 20% par an pendant trois ans le quota de thon rouge de Méditerranée et de l'Atlantique Est, dont le stock est en voie de reconstitution. Ils avaient été fixés à 16.142 tonnes pour 2015, 19.296 tonnes en 2016 et 23.155 tonnes en 2017.

"On imagine qu'il n'y aura pas de grand bouleversement cette année", estime Bertrand Wendling, directeur de l'organisation de pêcheurs français Sa.Tho.An. Pour Greenpeace aussi, il n'y aura "pas de grande révolution".

En 2013, le stock reproducteur de thon rouge en Méditerranée et dans l'Atlantique Est est remonté à 585.000 tonnes, soit le double de son niveau des années 50, selon le Comité scientifique de la Cicta. Une "mise à jour" réalisée cette année n'a "rien montré de substantiellement différent", précise le chercheur Tristan Rouyer, qui participe aux travaux du Comité.

Le Comité fera une nouvelle évaluation en 2017, "il y aura alors les bases scientifiques pour tout rediscuter" et les négociations "risquent d'être plus chaudes", explique-t-il. Il n'est pas exclu cependant que certains pays réclament dès la réunion de Vilamoura une hausse du quota ou une modification de la clé de répartition entre pays. "En principe, le quota sera réexaminé à la réunion de 2017", sur la base de la nouvelle évaluation, mais "certains Etats, dont l'Espagne, ont appelé à des hausses supplémentaires dès cette année", précise Paulus Tak, de l'ONG Pew.

Concernant la répartition des prises, l'Union européenne se taille la part du lion (environ 59%). Des pays d'Afrique du Nord comme l'Algérie, la Tunisie, la Libye ou le Maroc pourraient monter au créneau pour obtenir l'autorisation de pêcher davantage, selon M. Wendling. D'autant que la Turquie a déjà décidé unilatéralement d'augmenter ses prises.

Après le thon rouge, les 51 membres de la Cicta (Union européenne + 50 pays dont les Etats-Unis et le Japon) devraient concentrer leurs discussions sur l'espadon de Méditerranée, le "grand oublié" de la Commission, selon l'ONG Oceana. Sa population a chuté de 70% en 30 ans en raison de la surpêche, précise-t-elle. Et 70% des poissons capturés sont des juvéniles (moins de trois ans), c'est-à-dire pas arrivés à maturité pour se reproduire, souligne le WWF, réclamant un "plan d'action" immédiat avec notamment un quota de pêche. L'Italie est le principal pays pêcheur d'espadon de Méditerranée (45% des prises), suivie du Maroc, de l'Espagne et de la Grèce.

L'UE pourrait proposer l'instauration d'un quota pour ce poisson, qui fait déjà l'objet de mesures de préservation, comme une période d'interdiction de pêche de trois mois par an. Selon M. Wendling, les armateurs espagnols et italiens y sont opposés.

Pour Oceana, si un plan de crise n'est pas adopté, l'UE devra interdire la pêche de l'espadon en Méditerranée pour assurer la survie de l'espèce.

Les organisations environnementales attirent par ailleurs l'attention sur une autre espèce surexploitée, le thon obèse. En 2015, le Comité scientifique de la Cicta "a constaté que le thon obèse faisait l'objet de surpêche", a ainsi indiqué Paulus Tak. En cause, des systèmes de pêche industrielle utilisés pour optimiser les prises de thon adultes qui piègent de nombreux juvéniles.


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.