Kish, petite île d'Iran : la décontractée

Lundi 14 novembre 2016 à 12h39

Plages de sable blanc, eaux turquoises, récifs coralliens : l'île iranienne de Kish veut jouer de sa différence pour attirer touristes et investisseurs étrangers grâce notamment à des règles islamiques moins strictes qu'ailleurs dans le pays.

Plages de sable blanc, eaux turquoises, récifs coralliens : l'île iranienne de Kish veut jouer de sa différence pour attirer touristes et investisseurs étrangers grâce notamment à des règles islamiques moins strictes qu'ailleurs dans le pays.

A 20 km des côtes iraniennes du Golfe, Kish aimerait ressembler à Dubaï toute proche, à moins de 200 km de là. Elle y parvient un peu, en moins grand, en moins sophistiqué.

Sur ce confetti de 91,5 km2, les routes à 4 ou 6 voies bordées de palmiers n'accueillent que des voitures récentes, dont quelques belles américaines de luxe. Les immeubles sont modernes, les hôtels confortables, et les centres commerciaux dernier cri poussent comme des champignons. Tard le soir, on s'y presse pour dîner à la fraîche sur les terrasses des restaurants, où la plupart des femmes portent foulards et tenues colorées, visage maquillé, mèches de cheveux au vent, cigarette à la main pour certaines. La journée, sur une longue jetée, des hommes se promènent en bermuda ou en short, ce qui est rare en Iran. Il fait chaud et l'un d'eux va même jusqu'à se mettre torse nu, une femme voilée de noir à ses côtés, ce qui ne choque personne.

Sur l'eau, des bateaux se croisent, la sono réglée au maximum diffusant de la musique techno "made in Iran", pour le plus grand plaisir des passagers, hommes et femmes mélangés, qui se trémoussent sur leurs sièges.

Contrairement à Téhéran et aux autres grandes villes iraniennes, l'air est pur à Kish, les embouteillages inexistants et l'atmosphère largement plus détendue. Le shah d'Iran renversé par la révolution islamique de 1979 aimait s'y reposer en famille.

Les règles de la République islamique sont moins contraignantes sur l'île. Les véhicules vert et blanc de la police des moeurs y sont d'ailleurs beaucoup plus rares, les religieux coiffés de leur turban noir ou blanc aussi.

Cette décontraction et la frénésie d'achat dans les centres commerciaux à l'occidentale font de l'île une des principales destinations touristiques d'Iran, avec 1,8 million de visiteurs par an, essentiellement des Iraniens, surtout de Téhéran.

L'île a été la première et la plus importante des sept zones franches à être créées en Iran dans les années 1990 pour attirer les investisseurs et faciliter l'importation de biens de consommation.

Le nombre de "malls" à l'américaine (centres commerciaux) n'a cessé depuis d'augmenter, de même que celui des hôtels, aujourd'hui une quarantaine.

"Notre objectif est de faire venir 2,6 millions de touristes (par an) d'ici dix ans", affirme Ali Jirofti, l'un des dirigeants de l'Organisation de la zone franche de Kish, en précisant que "40 autres hôtels de luxe 4 et 5 étoiles sont en construction".

Cette organisation entend également "doubler les capacités" à l'international de Kish Air, la compagnie aérienne locale, et faire d'Hendorabi, une autre île encore plus petite à 20 km au nord-ouest de Kish, un "paradis écologique", sans pollution, sans route goudronnée ni voiture à énergie fossile. Un aéroport, un port et un hôtel y ont déjà été construits, indique M. Jirofti. Il mise aussi sur le "tourisme de santé" : Kish compte deux hôpitaux modernes et bien équipés, où oeuvrent des médecins iraniens réputés pour leur compétence, en particulier en chirurgie esthétique.

Selon Massoud Gilani, consultant en investissement basé à la fois en Iran et à Dubaï, Kish a une carte à jouer qui "pourrait lui rapporter beaucoup d'argent", celle des très courts séjours pour expatriés de Dubaï.

Fatigués des "tracas de la vie quotidienne" dans la ville-émirat, ils viendraient 2 ou 3 jours - en moins d'une demi-heure d'avion - "s'y relaxer complètement" et plonger dans les eaux claires pour admirer les fonds et la faune exceptionnels des récifs coralliens. Reste que, si elles y sont plus souples, les règles islamiques s'appliquent tout de même à Kish : il n'y a pas de discothèques, l'alcool est interdit et les hommes et les femmes doivent aller sur des plages séparées.

Les expatriés "peuvent boire et s'amuser à Dubaï et se relaxer ici" à Kish, en se passant d'alcool pendant une très courte période, estime Massoud Gilani.

Quant à Ali Jirofti, il privilégie lui "le tourisme halal en progression, qui n'est pas incompatible avec les règles islamiques", son but étant de faire venir en priorité des touristes musulmans étrangers.


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.