Greenpeace veut bannir les microbilles de plastique

Vendredi 25 novembre 2016 à 17h30

Elles sont infiniment petites, et infiniment nocives : l'ONG Greenpeace a appelé jeudi à Londres à une interdiction au Royaume-Uni des microbilles de plastique, présentes dans nombre de cosmétiques et qui polluent les océans et intoxiquent poissons et micro-plancton.

Elles sont infiniment petites, et infiniment nocives : l'ONG Greenpeace a appelé jeudi à Londres à une interdiction au Royaume-Uni des microbilles de plastique, présentes dans nombre de cosmétiques et qui polluent les océans et intoxiquent poissons et micro-plancton.

Des 5 à 12 millions de tonnes de plastique déversé chaque année dans les océans, selon Greenpeace, "ces petites billes sont probablement les plus dangereuses", estime Erik Van Sebille, océanographe à l'Imperial College de Londres. "Plus le plastique est petit, plus il est nocif. La plupart des animaux ne vont pas avaler un sac plastique, en revanche, ils ingéreront plus facilement de petites quantité de plastique", a-t-il souligné lors d'une conférence de presse organisée sur un navire de Greenpeace, l'"Esperenza", sur la Tamise à Londres. Ces billes, dont la taille peut atteindre moins de 0,1 millimètre, se retrouvent dans nombre de produits cosmétiques, à commencer par les crèmes exfoliantes et les produits de gommage, mais aussi dans des gels douche ou des dentifrices.

Un tube de 125 ml de crème exfoliante peut contenir jusqu'à plusieurs centaines de milliers de microbilles de polyéthylène, explique David Santillo, chercheur à l'Université d'Exeter pour Greenpeace, qui a réalisé l'expérience de les extraire et a conservé les petites billes bleues et blanches dans une boîte en plexiglas. Trop petites pour être retenues par les filtres de traitement des eaux usées, elles absorbent d'autres polluants et finissent leur vie dans les cours d'eau et les océans, intoxiquant micro-plancton, crustacés et poissons.

Le gouvernement britannique doit lancer en décembre une consultation de trois mois sur l'interdiction de ces microbilles. Avec d'autres associations de protection de l'environnement, Greenpeace milite pour leur bannissement de tous les produits. Une pétition demandant leur interdiction au Royaume-Uni a récolté à ce jour quelque 375.000 signatures.

L'ONG cite l'exemple des Etats-Unis, qui ont voté l'interdiction des microbilles en décembre 2015. En France, la loi Biodiversité votée cette année prévoit également une interdiction de ces microbilles en 2018, à l'exception notable de celles présentes dans les lessives et détergents.

Anticipant une probable interdiction au Royaume-Uni, Tesco, première chaîne de supermarchés britanniques, s'est engagée à retirer de ses rayons d'ici la fin de l'année tous ses produits contenant des microbilles, a annoncé jeudi Tim Smith, directeur qualité du groupe.

Certains industriels ont eux aussi réagi. Colgate-Palmolive affirme ainsi ne plus utiliser de microbilles dans l'ensemble de ses produits depuis fin 2014. Johnson & Johnson s'est lui engagé à les bannir d'ici fin 2017. De son côté, Procter & Gamble indique avoir commencé à retirer ces billes de ses produits, bien qu'elles soient selon lui "sans danger pour l'homme".

De l'aveu même de Greenpeace, leur effet sur l'homme "nécessite encore des recherches". Mais la pollution plastique a des conséquences tangibles dans le monde marin : "Des huîtres, dans certaines parties des océans, ont arrêté de se reproduire" en raison de la trop forte présence de plastique, affirme Erik Van Sebille.

Et le pire est à venir, selon des ONG : "D'ici 2025, pour trois tonnes de poisson, il y aura une tonne de plastique" dans les océans, affirme John Sauven, directeur général de Greenpeace pour le Royaume-Uni, citant une étude de la Fondation Ellen McArthur. Ce rapport prévoit même qu'il y ait plus de plastique que de poissons dans les océans d'ici 2050.£

Combien de temps ces microbilles resteront-elles dans les océans? "Nous pensons qu'elles ne disparaîtront jamais. Nous avons analysé des plastiques issus des fonds marins qui semblaient être là depuis des décennies", dit M. Van Sebille. "Peut-être qu'à un moment les bactéries vont évoluer et commencer à manger le plastique. Mais cela pourrait prendre des centaines d'années", ajoute l'océanographe.


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.