Les coraux meurent plus que jamais dans la Grande barrière de corail

Mardi 29 novembre 2016 à 14h23

La Grande barrière de corail australienne a subi cette année la plus importante hécatombe de coraux jamais observée, ce qui fait craindre pour l'avenir de ce joyau naturel classé au patrimoine de l'Humanité, ont annoncé des scientifiques mardi.

La Grande barrière de corail australienne a subi cette année la plus importante hécatombe de coraux jamais observée, ce qui fait craindre pour l'avenir de ce joyau naturel classé au patrimoine de l'Humanité, ont annoncé des scientifiques mardi.

Ce délicat écosystème, long de 2.300 kilomètres - le plus grand du monde - engendre un tourisme qui génère cinq milliards de dollars de revenus annuels et emploie 70.000 personnes.

Le Centre d'excellence pour les études sur les récifs coralliens de l'Université James Cook a mené cette année des reconnaissances aériennes de cet emblème de l'Australie ainsi que des plongées d'études. Celles-ci ont révélé que les deux tiers des coraux situés sur 700 kilomètres dans le nord du site étaient morts ces huit ou neuf derniers mois en raison du réchauffement de la température de l'eau. "La plupart des pertes de 2016 sont survenues dans la partie la plus septentrionale, la plus intacte, de la Grande barrière", dit Terry Hugues, directeur du Centre. "Cette région s'en était sortie avec des dégâts mineurs lors de deux précédents épisodes de blanchissement en 1998 et 2000, mais cette fois-ci, elle a été gravement touchée". Plus au sud, dans les parties centrale et méridionale, y compris les zones très touristiques de Cairns et des îles Whitsunday, touchées par la chaleur dans une mesure moindre, les dégâts sont bien inférieurs.

Le blanchissement est un phénomène de dépérissement. Il est provoqué par des conditions anormales comme le réchauffement de la température de l'eau: cela entraîne l'expulsion par les coraux des algues symbiotiques qui leur donnent leur couleur et leurs nutriments. Les récifs peuvent s'en remettre si l'eau refroidit, mais ils peuvent aussi mourir si le phénomène persiste.

Les défenseurs de l'environnement accusent les gaz à effet de serre d'être responsables du réchauffement climatique et ont appelé à nouveau mardi à l'arrêt de l'exploitation des mines charbon.

- Canberra au rapport -


"Voile la prix dévastateur que nous payons lorsque le gouvernement australien soutient à bout de bras l'industrie du charbon", a réagi Shani Tager, de Greenpeace Australia. "Un plan crédible pour protéger le récif doit commencer par le réchauffement climatique et l'interdiction de mines nouvelles".

Canberra assure qu'il n'a jamais fait autant d'efforts pour protéger la barrière, également menacée par les ruissellements agricoles et la prolifération des acanthasters, étoiles de mer qui détruisent les coraux. L'Australie s'est engagée à dépenser plus de deux milliards de dollars australiens (1,4 milliard d'euros) sur dix ans.

Le barrière et ses 345.000 kilomètres carrés ont évité de justesse en 2015 d'être placée par l'Unesco sur sa liste des sites en péril. Canberra doit informer l'Unesco des efforts fournis pour la protéger d'ici le 1er décembre. Les chercheurs estiment qu'il faudrait au moins 10 ou 15 ans pour que la partie nord récupère ses coraux mais craignent un quatrième épisode de blanchissement massif d'ici là. Si les niveaux de gaz à effet de serre continuent de grimper, avait prévenu le Centre cette année, de tels épisodes surviendront tous les deux ans d'ici la moitié des années 2030. Compte tenu du temps qu'il faut aux coraux pour récupérer, "il est vraisemblable que nous perdions de larges parties de la Grande barrière en à peine 20 ans".

Pour l'heure, les touristes ne devraient pas trop pâtir du phénomène car les parties les plus accessibles ont moins souffert.

"La bonne nouvelle c'est que les deux tiers méridionaux du récif s'en sont tirés avec des dégâts mineurs", dit Andrew Baird, qui a mené les recherches sous-marines en octobre et novembre. "En moyenne, 6% des coraux blanchis de la région centrale sont morts en 2016 et seulement 1% dans le sud. Les coraux ont repris leurs couleurs vives et ces récifs sont en bon état".


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.