Ce qu’il ne fallait pas manquer au Nautic

Lundi 19 décembre 2016 à 12h35

Vous avez été nombreux à arpenter les allées du hall Equipements. Certains étaient à la recherche d’un produit spécifique, d’autres étaient simplement là pour voir les nouveautés afin d’équiper leur bateau. Mais on ne peut pas tout voir, à moins d’y passer la semaine et encore. Certains exposants mettent en avant leurs nouveautés, d’autres sont plus discrets. Et pourtant, il y en avait même pour les plus blasés. Pas seulement en équipement haut de gamme mais aussi en petit équipement fonctionnel, par exemple, pour celui à qui il manque la bonne vis, la poulie textile innovante ou bien le baromètre de précision.

Vous avez été nombreux à arpenter les allées du hall Equipements. Certains étaient à la recherche d’un produit spécifique, d’autres étaient simplement là pour voir les nouveautés afin d’équiper leur bateau. Mais on ne peut pas tout voir, à moins d’y passer la semaine et encore. Certains exposants mettent en avant leurs nouveautés, d’autres sont plus discrets. Et pourtant, il y en avait même pour les plus blasés. Pas seulement en équipement haut de gamme mais aussi en petit équipement fonctionnel, par exemple, pour celui à qui il manque la bonne vis, la poulie textile innovante ou bien le baromètre de précision.

Garmin : écran tactile ou clavier Une étude a démontré que certains plaisanciers étaient hostiles aux écrans tactiles alors que d’autres les préfèrent. Pour répondre à ce besoin, Garmin propose les deux : les GPSMAP 722/922 à écran tactile et les GPSMAP 1022/1222 dotés d’un bouton rotatif multifonctions et touches dédiées. Ces 2 nouvelles séries de GPSMAP sont déclinées en plusieurs versions (traceur seul ou en version combinée avec module sondeur intégré standard ou à balayage). Ils bénéficient de la connectivité sans fil pour profiter pleinement des applications mobiles Garmin. Compatibles avec le réseau Garmin Network, ces appareils permettent de partager des données cartographiques, sondeur, radar ou caméra IP avec l’ensemble des écrans connectés au réseau. Tous ces nouveaux modèles prennent en charge la technologie ANT pour le transfert de données vers la montre marine quatix® 3, les lunettes connectées Garmin Nautix™, la sonde sans fil gWind™ Wireless 2, l'afficheur GNX™ Wind et les télécommandes sans fil. MPI-Inox : le retour à la source Plus connu pour ses bossoirs et arceaux inox fabriqués sur mesure et ses ancres Brake, la référence pour de nombreux plaisanciers, il l’est moins pour la quincaillerie. Et pourtant, les dirigeants sont dans ce métier depuis trois générations. En bricolant qui n’a pas un jour perdu une vis, un écrou, une rondelle et, bien entendu, n’en a pas à bord, et ne trouve pas chez l’accastilleur le bon modèle. Pour pallier ce problème, MPI-INOX propose des mallettes de vis, écrous et rondelles. La visserie retenue est de fabrication européenne et réalisée exclusivement en inox A4. A titre indicatif, la mallette la plus petite (taille M prix 79 euros) comprend 328 produits avec diverses vis (métaux, bois) ayant des têtes variées (demi-rondes, fraisées, fendues, DIM,…) dans des longueurs de 16 à 60 mm et des diamètres de 3,5 à 10 mm ainsi que des rondelles et écrous. www.mpi-inox.com Le mouillage écologique La société Porquerolles Marine Service en partenariat avec Rotax Marine et Sea Tech & Fun Europe, a optimisé une ligne de mouillage. Pour éviter le ragage sur le fond et l’usure rapide de la chaîne, celle-ci est remplacée par un cordage squareline (charge de rupture 12 tonnes) traversant une bouée de 63 litres, 100% recyclable, grâce à un passe-tube coulissant en polypropylène ou en inox. Le tube coulissant aide à l’amarrage en laissant la bouée en surface. Un flotteur sub-surface maintient le cordage pour éviter le ragage sur le fond. Le tout est amarré sur une ancre à vis, sorte de gros tirebouchon qui est moins agressif qu’un corps mort standard. La bouée de surface est dotée de trois zones plates protégées (en retrait pour éviter les chocs) ce qui permet la personnalisation du mouillage (nom, numéro, etc.). Cette ligne de mouillage est une solution efficace pour amarrer son bateau et en conformité vis-à-vis des demandes des affaires maritimes (AOT). Wichard : la poulie de l’avenir Bien connu pour son accastillage en inox forgé, Wichard innove cette fois avec une poulie textile la MXLEvo qui est destinée aux fortes charges (pied de mât, poulie ouvrante, etc.). Elle se veut accessible techniquement (pas de connaissances en matelotage requises) et économique (de 40 à 80 euros) pour que le plus grand nombre de coureurs et plaisanciers accède à cette nouvelle technologie. Elle est livrée avec son loop en Dyneema ce qui permet de l’installer rapidement sur tout type d’ancrage. Par rapport à un modèle standard, elle est deux fois plus résistante, deux fois plus légère et trois fois moins encombrante. L’absence de parties tournantes (réa) la rend fiable et sans entretien. Naudet : 150 ans et toujours aussi précis Qui n’a pas un jour ou l’autre vu un baromètre Naudet sur un bateau. Rien d’étonnant, cette société reste la seule entreprise française à fabriquer des baromètres à aiguille et enregistreur et est sur le marché depuis plus de 150 ans. Bien qu’en restant toujours dans son domaine, elle se diversifie en proposant, entre autre, un produit destiné aux caves à vin ou encore un modèle habillé par un maroquinier de luxe. Cette année, spécialement pour le nautisme et les amoureux de beaux objets de précision, une nouvelle série noire et chromée a vu le jour. Facnor : connecteur rapide Hook Ces connecteurs rapides d’étai sont destinés aux voiles volantes type trinquette et gennaker. Ils limitent le fardage et la compression dans le mât. Le mécanisme simple permet de de sécuriser la manœuvre de verrouillage/déverrouillage et de simplifier l’utilisation de l’étai largable. Coolman et Cooldance : le mérinos qui réchauffe le marin Respirants et thermorégulants, les vêtements Coolman et Cooldance sont faits de laine mérinos, une matière naturelle qui possède d'intéressantes propriétés. Son principal atout est, entre autre, la finesse. Avec des vêtements « seconde peau » doux et confortables, il n’y a pas de surépaisseur qui vient entraver les mouvements. Egalement antistatiques et antibactériens, ce sont de parfaits vêtements techniques, idéaux pour les activités sportives, en particulier, pour la voile. C’est sans doute la raison qui a poussé Jean Le Cam à choisir ces vêtements pour le Vendée Globe 2016-2017.

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.