Brise-glace russes, de l’espionnage à la croisière

Samedi 24 décembre 2016 à 15h34

Des brise-glace russes, autrefois destinés à l'espionnage, accueillent désormais des touristes. Des croisières aussi atypiques que luxueuses.

Des brise-glace russes, autrefois destinés à l'espionnage, accueillent désormais des touristes. Des croisières aussi atypiques que luxueuses.

« Naviguer en brise-glace, c'est assez impressionnant. L’étrave monte sur la glace, avant de la briser de tout son poids d’immeuble flottant. On entend un fracas terrible ! » Jean-Luc Albouy, fondateur avec sa femme Nicole de l’agence Grand Nord Grand Large (GNGL), qui organise depuis 1982 des expéditions polaires touristiques, tremble de plaisir lorsqu’il décrit l’un des produits les plus insolites de son catalogue : la croisière en Arctique en brise-glace russe. Ce couple de passionnés aime défricher de nouvelles aventures. Ils ont ainsi été les premiers à mettre en place dans le Grand Nord les randonnées en ski nordique, puis en kayaks et, enfin, les raids en traîneaux à chiens. Mais dans le secteur des brise-glace, d’autres les avaient devancés. « Des agences anglaises et hollandaises avaient déjà affrété ces fameux bateaux russes dits scientifiques, explique-t-il. En réalité, il s'agissait des navires destinés à l’espionnage durant la Guerre Froide. A la fin des années 90, ces bateaux et leurs équipages se sont reconvertis dans le tourisme ! »
Au tout début des années 2000, Jean-Luc et sa femme ont donc loué des cabines dans ces bateaux russes auprès des agences anglaises et hollandaises. Deux ou trois cabines - pas plus au départ - pour voir si les clients français allaient être intéressés. Ce fut le cas et l’agence Grand Nord Grand Large n’a ensuite jamais cessé d’envoyer des clients à bord durant l’été arctique, de juin à août, lorsque la zone est navigable.

Plus d’espionnage mais de la prospection pétrolière

« Nous réservons des cabines dans deux sortes de navires. Il y a tout d’abord les bateaux à coque renforcée. Ils sont plus profilés et légers que les brise-glace et peuvent ainsi se faufiler presque partout », explique Jean-Luc Albouy. Mais ils ne battent plus pavillon russe. « À partir de 2005, les navires à coque renforcée russes ont été progressivement remplacés par des fabrications hollandaises, explique Jean-Luc Albouy. À cette époque, il y a eu davantage de demandes pour ce type de croisière. Beaucoup d’Anglais, des Français, de plus en plus de Chinois… Surtout, ces bateaux russes consommaient beaucoup et étaient très polluants, ce qui commençait à être vu d’un mauvais œil. Les Hollandais ont alors construit à leur tour des bateaux plus écologiques, pouvant accueillir jusqu’à cent personnes pour satisfaire les demandes des agences de voyage du monde entier. » Ces croisières s’effectuent autour du Groenland et du Spitzberg, une île norvégienne située dans l’Océan Arctique. « Puis il y a les véritables brise-glace, beaucoup plus massifs et impressionnants », poursuit-il. Ils emmènent les clients vers le passage du Nord-Est et au point précis du Pôle Nord, le 90° nord. Jean-Luc Albouy estime à sept ou huit le nombre de brise-glace en circulation mais seulement un à deux d'entre eux accueillent les touristes. Quand ils n’affichent pas le pavillon de bateau de croisière, ces brise-glace de la Marine russe se consacrent à la prospection pétrolière et à l’entretien du passage du Nord-Est pour les navires de commerce qui veulent rallier l’Europe à l’Asie. « À bord, il y a une cinquantaine de membres d’équipage et une quinzaine de cabines en plus pour accueillir les touristes. Ce sont les cabines destinées aux équipes de techniciens et ingénieurs lorsque le brise-glace est en mode prospection », explique Jean-Luc Albouy. Sur les bateaux à coque renforcée comme sur les brise-glace, le confort est tout aussi spartiate avec des cabines accueillant une douche, des toilettes et des couchettes superposées pour deux personnes.

Les croisières en Arctique à bord de ces deux types de navires sont opérationnelles depuis juin 2014. « Les croisières de dix jours à bord des bateaux à coque renforcée, comme le Plancius ou le Sea Explorer, permettent d’observer des phoques, des baleines, des ours polaires et des oiseaux comme le guillemot ou le labbe. Car l’été, il fait 5°c au Spitzber et de 10 à 15° au Groenland. La croisière en brise-glace, elle, offre moins d’escales mais vous emmène au point mythique du Pôle Nord, précise Jean-Luc Albouy. Et comme durant l’été arctique, il fait jour tout le temps, le soleil rase la banquise en permanence et offre des lumières changeantes magnifiques. ».


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.