Plongée au coeur de l'épave du HMS Hermes

Jeudi 13 juillet 2017 à 15h39

Sur le littoral sri lankais se trouve un nombre considérable d'épaves, vestiges du conflit de la seconde guerre mondiale. Gros plan sur la plus belle et plus grande d'entre elles : le HMS Hermes, porte-avions de la Royal Navy qui sombra en 1942. Vous allez découvrir une épave plongeable historique, entourée d'une faune et d'une flore surprenantes.

©Lanka.com
Sur le littoral sri lankais se trouve un nombre considérable d'épaves, vestiges du conflit de la seconde guerre mondiale. Gros plan sur la plus belle et plus grande d'entre elles : le HMS Hermes, porte-avions de la Royal Navy qui sombra en 1942. Vous allez découvrir une épave plongeable historique, entourée d'une faune et d'une flore surprenantes.

Les débuts

Le HMS Hermes fut le premier vaisseau maritime à être dessiné pour le transport d’avions de guerre, soit le premier porte-avions pour la Royal Navy.  

Sa construction commença à l’orée de la Première Guerre mondiale. Il prit la mer au crépuscule de cette dernière, en janvier 1918 pour son inauguration sur les eaux du Tyne, fleuve nordique d’Angleterre. Quelques années plus tard, en février 1923, le navire fit ses essais sous la capitainerie d’Arthur Stopford. L’année suivante, le navire fut affecté à la flotte Atlantique. Au fil des années 20, les capitaines se succèdent pour différentes missions, incluant des essais aériens. Le HMS Hermes fut ensuite affecté à la flotte méditerranéenne. Le porte-avions navigua souvent à Malte, et alla jusqu’à Hong-Kong. Dans les années 30, le HMS Hermes eut pour théâtre d’action les mers de Chine. Ses missions étaient très variées. Elles pouvaient être diplomatiques, de sauvetage ou encore de recherche.

La fin du HMS Hermes

Lors de la Seconde Guerre mondiale, le HMS Hermes fut dépêché afin de lutter contre les sous-marins allemands, les U-Bots, sur le littoral ouest africain. Il avait également pour mission de traquer et capturer les navires des forces de l’axe. En 1942, le théâtre des opérations du HMS Hermes prit place dans l’océan Indien, entre les Seychelles et le Sri Lanka, avec les mêmes objectifs que son affectation en Atlantique. Le navire fut muté en conséquence dans la flotte Est au côté du HMAS Vampire

Le 9 avril, quatre jours après le raid des porte-avions japonais sur Colombo (Sri Lanka), le Hermes et le Vampire quittèrent la base navale de Trinquemalay, où ils étaient basés en apprenant que l’escadron japonais de Chuichi Nagumo approchait. Hélas, un avion de reconnaissance venant du navire de l’Haruna repéra la position du HMS Hermes et du Vampire à Batticaloa. De plus, les porte-avions ne disposaient plus d’avion sur leurs ponts, les ayant débarqués à la base navale d’où ils partaient. Le rapport de signalisation fut intercepté par les alliés, et l’ordre fut donné au Hermes et au Vampire, sans défense, de regagner la base navale où ils seraient mieux protégés avant l’arrivée des forces aériennes japonaises. Hélas, l’arrivée des renforts aériens ne parvint pas à rallier le navire pour le protéger des 85 bombardiers et des neuf chasseurs japonais. Il aura suffi de quelques 40 minutes et d’au moins 32 bombes pour faire sombrer le bâtiment. A l’arrivée des renforts, les navires coulaient tandis que l’aviation japonaise continuait d’attaquer et de couler, avec succès, d’autres navires plus au nord.

Les pertes humaines furent nombreuses. Pas moins de trois cents hommes périrent sous les bombes japonaises pour le seul HMS Hermes.

L’épave du HMS Hermes

L’épave de 182 mètres gît de 44 à 55 mètres de profondeur, non loin de Batticaloa, au large de Trinquemalay. Elle est couchée sur le flanc, côté port, de la proue à la poupe. Compte tenu de la profondeur et des courants en surface qui peuvent être forts, il vous faudra une certification de plongée niveau trois ou une expérience de plongée technique. Ainsi, même s’il s’agit de la plus belle épave au large du littoral sri lankais, le navire fantôme est inaccessible à la plupart des plongeurs.

La température de l’eau à 27°C et les eaux claires valoriseront votre expérience et le plaisir d’observer le premier porte-avions conçu au monde par et pour la Royal Navy. Elément prestigieux en plus : les porte-avions plongeables sont très rares. 

En dépit de dommages colossaux, des plongeurs rapportent que certaines zones sont intactes, comme la tour de contrôle, de nombreux outils de navigation ainsi que des pièces d’artillerie lourde. Il vous sera possible de contempler l’ancre et sa chaîne, immenses, pour un navire d'une telle envergure. En dehors du dédale intérieur de la carcasse de l’Hermes, accessible par les failles qu’ont laissées les bombes, vous nagerez au côté des machines de guerre comme des canons anti-aériens sur la partie avant ou encore des torpilles non loin, à même le sable.

Du côté de la vie sous-marine, des ballets de poissons divers et variés aux couleurs extravagantes vous attendent. Quelques espèces exotiques sont présentes aussi, tel que le lethrinidae, aux couleurs claires, agrémentant ce flamboiement de nuances. Vous aurez également la chance d'observer des platax, poissons des eaux indiennes pouvant atteindre 60 centimètres de long et à la forme singulière, de l’ovale au triangle, qui vous accompagneront au cours de votre plongée. Moins exotiques, mais tout autant agréables à regarder, des mérous, des thons, des murènes mais aussi des carangues.

A l’entrée de l’épave, à la proue, vous verrez un jardin de coraux mous. Sur toute l’épave, les anciennes machines d’artillerie, les couloirs et les chambres sont recouverts d’une nappe de coraux qui ont tous pour point commun une palette de tons chromatiques des plus développés. Le navire fantôme semble revivre sous cette arborescence de la faune résidente. Ce lieu de vie marine entretient avec une vivacité neuve un épisode terrible de la guerre du Pacifique. Les plongeurs rapportent une expérience belle, grande et pleine d’humilité face à l’histoire. Voici un aperçu de leur expérience en lien vidéo ci-dessous :

 

© Le HMS Hermes / Wikimedia Commons
© tripadvisor
L'épave au loin de Batticaloa, Sri Lanka © Google Earth
L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.