Plongez dans l'épave de l'USAT Liberty

Jeudi 27 juillet 2017 à 10h30

Au sud de l’Indonésie, au large de Bali, se trouve l’épave de l’USAT Liberty. Rendez-vous dans les eaux turquoises de l’archipel balinais, à la rencontre d’un bout d’histoire et d’un bain de couleurs.

USAT Liberty ©Wikimedia
Au sud de l’Indonésie, au large de Bali, se trouve l’épave de l’USAT Liberty. Rendez-vous dans les eaux turquoises de l’archipel balinais, à la rencontre d’un bout d’histoire et d’un bain de couleurs.

L'histoire de l'USAT Liberty

USAT Liberty était un cargo de l’armée américaine, construit pour servir lors du premier conflit mondial. Il a pris la mer le 19 juin 1918 et reçu ses ordres à partir du 7 octobre. Il servi notamment pour le transport de matériaux, pouvant contenir des milliers de tonnes ainsi que pour le transport d'animaux pour l'US Navy, alors sous le nom d'USS Liberty. En 1918, le navire fait une croisière d’une quinzaine de jours et accoste à Brest pour livrer des chevaux. Il fait ainsi plusieurs voyages entre New York et les ports français, repartant pour son dernier voyage avec deux milliers de tonnes d’acier à destination de Newports News, Virginia, le 30 avril 1919.

Dans l’entre deux-guerres, le navire percute deux bateaux, dont Le Dogue au Havre, provoquant la mort de membres d’équipage et le naufrage du bâtiment. Quatre années plus tard, l’USAT Liberty récidive en touchant un autre cargo américain, Ohioan, qui s’échoue sur l’îlot du phare West Bank, au large de New York.

En 1939, le navire est réquisitionné par l’armée (il appartenait aussi à une deuxième compagnie, la United States Maritime Commission), afin de participer au service de la défense. Toutefois, les sources proches du dossier étaient incapables, ou ne pouvaient pas, dire pour quels services le navire naviguait, alimentant ainsi des rumeurs éparses quant à ses missions.

En revanche, il est certain qu’il sert dans les eaux du Pacifique à partir de 1941 lors de l’entrée en guerre des Etats-Unis dans la Seconde Guerre mondiale. Lors d’un voyage entre les Philippines et l’Australie, un sous-marin japonais, le I-166, torpille l'USAT Liberty à 19 kilomètres du détroit de Lombok, jonction entre la mer de Java et l’océan Indien. Deux destroyers, Paul Jones et Van Ghent, remorquent le navire afin de lui éviter de sombrer vers le nord de Bali. Les efforts ne suffisent pas pour rapatrier le navire. Il s’échoue à l’est de Bali, à Tulamben, sous le poids de l’eau insoutenable qui s’engouffe depuis le remorquage. Restant sur la plage, le matériel est sauvé.

En 1963, une éruption du stratovolcan Agung pousse l’épave de l’USAT Liberty dans la mer de Bali, créant un récif artificiel pour la faune sous-marine, et par la même occasion, l’un des lieux d’explorations subaquatiques les plus prisés de l’archipel indonésien.

L’épave

L’épave du USAT Liberty est fréquemment notée comme étant la troisième meilleure épave plongeable du monde. Elle repose entre 5m et 30m de profondeur, et se trouve à 25 m du littoral, rendant son accès plus que facile. Longue de 120m et servant de récif artificiel aux espèces locales, la visibilité est bonne et l’eau très agréable avec des températures comprises entre 26 et 28 degrés. Ajoutons que le courant est la plupart du temps nul, sinon modéré. Elle peut être observée par tous les niveaux de plongée et aussi en snorkeling.

Il est interdit de pénétrer dans l’épave, mais les nombreuses plaies du navire vous permettent d’observer les restes militaires, comprenant des munitions, des armes et la logistique du navire. Ce n’est pas pour ces réserves militaires, et un passé guerrier, que l’épave retient l’attention néanmoins. La faune marine y est incroyablement dense, comptant pas moins de 400 espèces dans les eaux balinaises encerclant l’épave. Le meilleur moment de la journée est le matin, à l’aube, lorsque les poissons perroquets à bosse s’éveillent et quittent leur lit d’acier qui les protège la nuit. Une horde de couleurs s’évade de la carcasse pour le plaisir des lève-tôt. Parmi les espèces remarquables figurent des requins, des raies et des tortues. Du côté des poissons, nous trouvons les mérous patate, murènes, platax… ainsi que des bancs de carangues, des napoléons, des nudibranches, des poissons fantômes, barracudas et des poissons chirurgiens… Et tant d’autres !

Si on regarde vers la flore, vous trouverez des anémones multicolores, des étoiles de mer aux dimensions généreuses, des gorgones géantes et autres crinoïdes qui ont pris d’assaut toutes les pièces du navire, échelles et cheminées et autres béances de l’épave.

L’île étant volcanique, ses rivages ainsi que son sable sont noirs, donnant à vos photos subaquatiques un contraste ahurissant à l’immortalisation de la vie marine qui s’y dessine. Les poissons pourront vous paraître zélés, certains plongeurs les ayant nourris dans le temps, ils sont domestiqués et viennent vous réclamer de la nourriture. Nous vous recommandons d’y aller le matin, quand les mers sont désertiques de touristes et quand les poissons commencent à sortir de leur cachette.

La plongée de nuit avec la pleine lune est aussi recommandée, vous verrez scintiller de mille feux des crabes décorateurs, des crevettes, des langoustes ainsi que des rascasses volantes et du plancton phosphorescent.

Et pour le plaisir des yeux et vous donner envie, voici une petite vidéo de présentation :

© Vimeo
© Google Earth
L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.