L'océan et ses trésors incroyables

Jeudi 17 août 2017 à 10h37

Chasseur de trésors engloutis, voilà une profession qui fait rêver. Si certains en ont fait leur métier, d’autres sont tombés par hasard sur ces merveilles sous-marines à faire fantasmer plus d’un pirate ! Nautisme.com revient sur les trésors les plus incroyables trouvés au fond de l’océan...

©Wikimedia
Chasseur de trésors engloutis, voilà une profession qui fait rêver. Si certains en ont fait leur métier, d’autres sont tombés par hasard sur ces merveilles sous-marines à faire fantasmer plus d’un pirate ! Nautisme.com revient sur les trésors les plus incroyables trouvés au fond de l’océan...

17 tonnes de pièces d’or et d’argent d’une valeur de 375 millions d’euros

En 2007, la société américaine Odyssey Marine Exploration a découvert l’un des plus importants trésors sous-marins jamais trouvés, à l’intérieur d’une frégate espagnole coulée en 1804 au sud du Portugal : près de 600 000 pièces d’or et d’argent d’une valeur de 375 millions d’euros. La société américaine, côtée en bourse depuis fin 2003, est habituée à ce genre de coups d’éclat. Déjà en 2003, elle avait remonté plus de 50 000 pièces d’or du SS Republic au large de l’Etat de Géorgie. En 2011, non pas une mais bien deux épaves, le SS Gairsoppo et le SS Mantola, sont découvertes par cette même société, et avec elles, l’équivalent de près de 300 millions d’euros.

L’épave du plus vieux navire de la 2ème Guerre Mondiale : le Mushashi

En 2015, une équipe d’exploration, dirigée par le milliardaire Paul Allen, a découvert la carcasse du plus vieux navire de la deuxième guerre mondiale : Le Mushashi. Le vieux cuirassier japonais, réputé insubmersible, de 263 mètres avait été coulé en 1944 par l’US Navy, lors de la bataille navale du golfe de Leyte, au large des Philippines.

Une robe vieille de 400 ans, parfaitement conservée

Cette robe en soie du 17ème a été découverte complétement par hasard par un club de plongée local dans une épave pourtant connue des plongeurs, au large des Pays-Bas. Au fond de la cale du bateau, dans des caisses de bois, se trouvaient plusieurs objets : des chaussettes, un peigne dans son écrin de velours et cette robe en damas, aux motifs fleuris. La découverte semble moins impressionnante par sa taille pourtant, historiquement parlant, elle est primordiale. Ce qui fascine, entre autres choses, est sa parfaite conservation. Pour les archéologues, elle aurait été protégée par le sable qui l’ensevelissait.

Une forêt préhistorique

Il y a deux ans, un plongeur a découvert par hasard un forêt vieille de 10 000 ans, au fond de la mer du Nord, à quelques centaines de kilomètres de Londres. Elle aurait été recouverte après la dernière glaciation et la montée des eaux il y a 6000 ans environ.

La cité égyptienne de Thonis-Héracléion

Cette cité fut découverte en 2001 par une équipe archéologique, menée par le Français Franck Goddio. Elle aurait été l’une des cités portuaires les plus importantes de d’Egypte au VIIIème siècle avant JC. Des statues antiques de pharaons et de divinités de près de 5 mètres ont ainsi été remontées à la surface.

Mais ce n’est pas la seule cité engloutie révélée ! La cité de Shi Cheng ou Cité du Lion, fondée il y a 1600 ans, et extrêmement bien conservée, fascine les archéologues depuis sa découverte.

Et que penser de la structure sous-marine de Yonaguni au Japon, surnommée l’Atlantide japon, dont l’origine reste mystérieuse pour les scientifiques ? Vestige d’une ancienne civilisation, manifestation extraterrestre ou phénomène naturel ?

L’un des moteurs F-1 de l’Apollo11

Découverte plus symbolique que scientifique, l’un des 5 moteurs F-1 de la navette spatiale qui a propulsé Neil Armstrong et Buzz Aldrin a été retrouvée au fond de l’Atlantique à plus de 4200 mètres de profondeur, près de 40 ans après, en 2012. Ce dispositif était ce qui avait permis à la navette de décoller et s’était détaché à 68 km d’altitude, avant de sombrer dans l’océan.

L’épave du Queen Anne’s Revenge, le mythique bateau de Barbe-Noire

Echoué en 1718 près de Beaufort, en Caroline du Nord, le plus célèbre des bateaux pirates a été remonté à la surface en 2011 par une équipe archéologique. Barbe-Noire l’aurait coulé pour protéger son trésor… Son identification a notamment été permise grâce à l’importante quantité d’armes retrouvée à l’intérieur, typique des bateaux de pirates.

La machine d’Anticythère

Trouvée au hasard par des chasseurs d’éponges près de l’île grecque d’Anticythère, la machine d’Anticythère est l’une des plus importantes découvertes archéologiques sous-marines. En effet, c’est la machine la plus sophistiquée et la plus développée de l’Antiquité connue jusqu’alors. C’est le premier calculateur analogique nautique qui permettait de calculer la position des étoiles et des planètes, une sorte d’ancêtre de nos ordinateurs. Elle daterait du IIème siècle avant JC.

Des locomotives

C’est l’une des découvertes les plus surprenantes.

Au large des côtes du New-Jersey ont en effet été découvertes deux locomotives datant de 1850 ! La manière dont ces locomotives se sont retrouvées enfouies à 27 mètres de profondeur demeure un mystère, et il n’y a même pas de traces de leur construction, ou de leur disparition dans les registres. Les experts pensent qu’elles auraient été perdues lors d’une tempête lorsqu’elles ont été transportées depuis Boston.

D’après l’Unesco, plus de 3 millions d’épaves gisent encore au fond de l’eau… De quoi faire rêver pendant encore de nombreuses années les chasseurs de trésors et les amoureux d'histoires de pirates...

 

Pièces découvertes dans une épave © Wikimedia
Le Mushashi à sa grande époque © Wikimedia
moteurs F-1 de l'Apollo 11 © Wikimedia
La machine d?Anticythère © Wikimedia
L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.