Le cimetière marin le plus grand du monde : le lagon de Truk

Par Figaronautisme.com
Jeudi 7 septembre 2017 à 6h30

Nous continuons notre tour des épaves avec un site célébrissime : le cimetière marin des îles Truk. C’est en plein océan Pacifique, en Micronésie, qu’un des sésames de la plongée sous-marine vous attend.

le télégraphe du Fujikawa Maru ©sous licence creative commons
Nous continuons notre tour des épaves avec un site célébrissime : le cimetière marin des îles Truk. C’est en plein océan Pacifique, en Micronésie, qu’un des sésames de la plongée sous-marine vous attend.

Si les Américains ont connu une énorme défaite à Pearl Harbor, les Japonais ont également eu la leur. En effet, le cimetière marin des îles Truk est le fruit d’une attaque américaine sur une base navale japonaise les 16 et 17 février 1944. Il s’agit de l’opération Hailstone.

Truk était la base majeure tant en termes opérationnel que logistique de la marine impériale japonaise. Les américains, pour préparer l’attaque de l’atoll d’Eniwetok, souhaitait détruire la base de Truk afin d’assurer leur supériorité maritime et aérienne dans le Pacifique. Pour le succès de l’opération, l’amiral Raymond Spruance et le Vice-Amiral Marc A. Mitscher (Task Force 38) mobilisèrent 5 porte-avions lourds, 5 légers, avec pas moins de 500 avions embarqués à leur bord. En accompagnement de la flotte, on notait la présence de sept cuirassés, de nombreux destroyers, croiseurs et sous-marins. La marine impériale japonaise, sentant leur base vulnérable, rapatrièrent de nombreux porte-avions, des croiseurs lourds et des cuirassés. 

L’attaque américaine était combinée entre les forces aériennes, en surface et sous-marines donc. Le stratagème fut redoutable et prit la flotte japonaise et sa base complètement au dépourvu. Sur deux jours, on recense côté américain 40 pertes humaines, vingt-cinq avions détruits, un cuirassé et un porte-avion endommagés. Du côté de la marine japonaise, les dommages sont nettement supérieurs à ceux subis par les américains. Pas moins de trois cuirassés, quatre destroyers, trois croiseurs suppléants, deux sous-marins et 270 avions furent détruits. Les pertes humaines sont évaluées à 4500 victimes… L’opération Hailstone laisse derrière elle les ruines de cette bataille sanglante, que nous vous présentons.

Le cimetière marin le plus grand du monde

Le niveau de plongée est ouvert, le site est suffisamment grand pour tous les niveaux. L’eau est toujours chaude (environ 29°) et la visibilité excellente (15 à 30 mètres et 50 mètres et plus à l’extérieur du lagon) ! Quant aux courants, ils sont faibles et ne vous poseront pas de problème.

Il s’agit d'un des plus grands cimetières marins du monde avec sa soixantaine d’épaves. Elles sont toutes recouvertes de coraux, d’éponges, et habitées de diverses raies, de barracudas et de magnifiques tortues de mer.

L’une des épaves les plus connues est celle du Fujikawa Maru. Il repose entre 30m et 40m de profondeur, on y trouve des avions de la flotte japonaise, les fameux « Zero » en bon état et enfermés dans la cale numéro 2, des armes à feu de l’époque et aussi des baignoires japonaises ! Elle est aussi recouverte de coraux durs et mous. La proue et la poupe sont ornées de crinoïdes. Plus en profondeur encore se cache la salle des machines.

Un autre navire, digne d’intérêt, est le Sinkoku Maru. Le haut du navire se trouve à douze mètres de profondeur, et au plus profond à 38m. Vous y observerez des canons d’époque, intacts, à la poupe et à la proue. A l’intérieur, la faune marine est dense tout comme les coraux qui colonisent chaque paroi du navire. Vous reconnaîtrez la station télégraphique, l’infirmerie ainsi que sa table d’opération et le pont intact… ou presque.

Enfin, le sous-marin intact 1-169 gît par 38 mètres de fond et requiert un niveau avancé de plongée. Il est long d’une centaine de mètres, et à lui seul, vous en aurez pour un long moment d’exploration.

Nous ne mentionnons que trois navires incroyablement bien conservés et présentant des trésors d’époque. Toutefois, il faut savoir que les îles Truk sont cernées de vaisseaux fantômes et que vous en trouverez à toutes les profondeurs, et même visibles en snorkeling. Nous vous conseillons de prendre une semaine entière pour plonger autant que possible et être témoin d’une bataille dantesque, d’observer un véritable musée sous-marin.

Nous nous arrêterons là ! Autrement il n'y aura plus de surprise quand vous vous rendrez dans les îles Truk. Toutefois, une image valant mille mots...

 

L'opération Hailstone © Wikimedia
L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.