La Martinique : une invitation à la plongée

Par Figaronautisme.com
Lundi 30 octobre 2017 à 6h45

Eaux bleu turquoise, fonds poissonneux, épaves célèbres, la Martinique, nichée au milieu de l’arc des Petites Antilles est une véritable invitation à la plongée.

©DR
Eaux bleu turquoise, fonds poissonneux, épaves célèbres, la Martinique, nichée au milieu de l’arc des Petites Antilles est une véritable invitation à la plongée.

Regorgeant de sites variés, la Martinique, qui possède une quarantaine de centres de plongée, est un endroit idéal pour les plongeurs de tous niveaux. Dès les premiers mètres, le plongeur est frappé par la diversité de la faune sous-marine et par la beauté du massif corallien. Barracudas aux dents longues, poissons lézards, anémones, bancs de lutjans et gorettes, tortues ou éponges offrent un spectacle sous-marin de toute beauté. Si les courants et la houle rendent la plongée difficilement praticable sur la côte atlantique de l’île, la côté Caraïbe, sous le vent, propose deux zones relativement distinctes en termes d’atmosphère et de paysages sous-marins. Au Sud de la Baie de Fort-de-France, de vastes plateaux coralliens entourés de sable blanc accessibles à faible profondeur font le bonheur des plongeurs, du débutant au confirmé. Le Nord, quant à lui, est réputé pour les épaves de Saint-Pierre, qui constituent l’un des plus grands musées maritimes du monde avec une bonne dizaine de navires engloutis. Mais les attraits du Nord de l’île ne se limitent pas aux épaves. Les rochers exceptionnels, tels que « la Perle », à l’entrée du Canal de la Dominique, envoûtent le plongeur grâce à leur atmosphère volcanique, conjuguant coulées de basalte et langues de sable noir.

De nombreux spots tout autour de l’île

Du canal de la Dominique à celui de Sainte-Lucie, plus d’une quarantaine de sites permettent de lever le voile sur les secrets sous-marins de l’île que ses habitants surnomment « Madinina ». « Tous les sites méritent le détour, assure Michel Pivette, directeur du club Planète Bleue. Par contre, certains spots ne sont accessibles qu’aux plongeurs confirmés ». A noter qu’au Sud du Diamant, tous les sites sont pourvus de corps morts et de bouées d’amarrage. C’est également le cas pour la zone centre entre l’îlet Ramier et le Diamant. Par contre, dans le Nord, de la Perle à la Pointe des Nègres, aucun mouillage n’existe à part les bouts mis en place à même les épaves.

Dans le Sud, à deux kilomètres de la Pointe du Diamant, le Rocher éponyme, dont les murs verticaux se prolongent sous l’eau jusqu’à une quinzaine de mètres, est l’un des spots de plongée les plus en vue de la Martinique. Moins fréquenté, le Banc du Diamant, à plus d’un mille au Sud-Est du rocher, offre aux plongeurs confirmés un magnifique spectacle sous-marin : bancs de carrangues et de barracudas ou belles ancres anciennes font de ce lieu un spot d’exception. Parmi les autres sites du Sud à ne pas manquer, on retrouve le Nahoon, voilier trois-mâts immergé volontairement entre la Pointe de la Baleine et le Cap Salomon en 1993 à l’initiative de Michel Pivette du club Planète Bleue, le Cap Salomon, qui se prête à une multitude de circuits sous-marins, la Pointe Burgos, l’une des plus belles plongées du Sud accessible dès le niveau 1, les Trois Vallées ou encore le Tombant des Sorbes, pour ne citer qu’eux.

Parmi les plus beaux sites de plongée du Nord, on retiendra le Rocher de la Perle, qui est un peu au Nord ce que le Rocher du Diamant est au Sud, avec des parois verticales qui se prolongent sous la surface en murs colonisés par une faune d’une grande richesse, et qui forment des tombants de 25 à 40 mètres. Le Récif du sous-marin, situé entre la Perle et la côte, la Citadelle, les Jardins du Prêcheur, les sources chaudes ou encore le Roraima, la plus belle des épaves de Saint-Pierre, qui a brûlé pendant trois jours avant de couler après l’éruption de la Montagne Pelée, n’ont rien à envier aux sites du Sud Caraïbes.

© Pinterest
L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.