Les Marquises et son navire blanc

Lundi 20 novembre 2017 à 15h27

On peut s'attacher à un navire le temps d'un voyage, même s'il ne dure qu'une semaine. C'est ce qui m'est arrivé. Mon séjour à Melbourne où j'étais en poste pour mon activité professionnelle m'offrait une perspective excitante vers le Pacifique Sud. Rien de mieux pour évacuer la tension de longues négociations. Je me suis donc rendu en mars 2009 à Papeete pour embarquer à bord de l'ARANUI 3.

On peut s'attacher à un navire le temps d'un voyage, même s'il ne dure qu'une semaine. C'est ce qui m'est arrivé. Mon séjour à Melbourne où j'étais en poste pour mon activité professionnelle m'offrait une perspective excitante vers le Pacifique Sud. Rien de mieux pour évacuer la tension de longues négociations. Je me suis donc rendu en mars 2009 à Papeete pour embarquer à bord de l'ARANUI 3.

Ce cargo mixte long de 117 m et pesant 7500 tonnes, construit en Roumanie en 2002 et exploité jusqu’en 2015 sous pavillon français, assurait chaque mois le ravitaillement régulier de l'archipel des Marquises.

" En ce samedi de Pâques, après plusieurs heures de chargement d'un fret hétéroclite auquel les passagers ont assisté aux manœuvres de grutage et de saisie des marchandises sur le pont, nous appareillons du port de commerce Motu Uta à Papeete pour les Marquises..."

" Le dimanche, en milieu de matinée, notre première escale nous conduit dans le lagon de l'atoll de Fakarava au sein de l'archipel des Tuamotu où sous les chants maoris de l’église proche, les passagers sont invités à déambuler dans le village..."

À chaque escale des six îles desservies, l'ARANUI 3 se met au mouillage dans une baie protégée – sauf dans les îles de Ua Pou (Hakahau), Hiva Oa (Tahauku) et Nuku Hiva (Taiohae) où il se met à quai avec précaution. Les matelots débarquent en priorité les passagers par une passerelle de coupée sur des chaloupes qui atterrissent sur une plage ou accostent à une petite jetée. Ensuite, l’équipage procède avec les deux grues de bord au déchargement des marchandises sur des barges. Avec une quasi-frénésie, la population impatiente de recevoir son approvisionnement, réserve un accueil chaleureux aux passagers, fait de danses et de chants traditionnels, suivis de visites de marae sacrés, avant de leur offrir dans un tamara'a, le banquet traditionnel, des mets typiques dans une ambiance joviale et parfumée.

Les paysages des îles au relief volcanique sont spectaculaires, tout en verdure tropicale, avec des baies paradisiaques où quelques voiliers aventuriers font une halte, souvent sur la route entre Panama et la Polynésie, voire vers la Nouvelle Zélande ou l'Australie.

L’une de ces îles, Hiva Oa, est chargée du souvenir mélancolique de Gauguin, isolé là-bas à la fin de sa vie dissolue, et de Jacques Brel, malade échappant aux turpitudes médiatiques de l’Europe – tous deux enterrés dans le petit cimetière d’Atuona.

Les îles Marquises sont rattachées à la Polynésie Française depuis le XIXe siècle, après l’arrivée des missionnaires catholiques français venant de Papeete pour assister et soigner une population décimée par des vagues d’épidémies. Auparavant, d’autres missionnaires américains et anglais avaient tenté d’évangéliser ce peuple qui accueillait et ravitaillait les baleiniers américains ou scandinaves naviguant vers le Pacifique sud et l’Antarctique.

L’ARANUI 3 n’est plus. Sa sympathique silhouette se balade maintenant en Asie sous le nom de M2, aujourd’hui tristement encalminé depuis trois mois dans le détroit de Singapour.

Ce bateau reste dans la mémoire de tous, aussi ancré que le profond respect qu’on doit aux navires blancs, pas tous des bananiers, ni des paquebots ou des navires de recherche océanographique.

L’ARANUI 5 fera-t-il aussi des nostalgiques ?…

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.