La météo : une science exacte ?

Par Eric Mas
Vendredi 11 mai 2018 à 15h24

Parce qu’il arrive qu’elle se trompe, pourtant moins souvent qu’on ne l’imagine, on entend souvent dire, comme un reproche, que la météo ne serait pas une science exacte....

Parce qu’il arrive qu’elle se trompe, pourtant moins souvent qu’on ne l’imagine, on entend souvent dire, comme un reproche, que la météo ne serait pas une science exacte....

La météo ne serait pas une science exacte ? En fait la science est dite exacte quand elle repose sur des résultats chiffrés et des théories non équivoques. C’est le cas des mathématiques, de la physique, de l’informatique mais aussi des disciplines de la nature dont la météo fait partie au même titre que l’agronomie, l’astronomie, la biologie, la chimie, etc. Les « exactes » s’opposent aux « inexactes » que sont les sciences humaines et sociales comme la psychologie, la sociologie, l’histoire, la philosophie. C'est généralement impossible de chiffrer quoi que ce soit dans les sciences humaines alors que la prévision météo est basée sur des observations quantifiées comme la température, l’humidité, la pression, et sur du calcul numérique avec un système d’équation que l’on appelle modèle pour obtenir des résultats chiffrés : quantité de pluie ou vitesse du vent. Dans l’expression « la météo n’est pas une science exacte » je ressens une intention un peu péjorative incriminant comme un manque de rigueur. Le météorologue devrait se vexer, au moins un peu, mais je ne peux m’empêcher de ressentir au contraire comme un sentiment d’admiration pour la complexité de notre matière. Il faut reconnaître que nos modèles contiennent un certain nombre d’approximations et que même si les calculs sont justes ils sont effectués sur des hypothèses qui ne seront jamais totalement abouties. On sait aussi qu’une petite fantaisie dans l’état initial, à la base de la prévision, peut se traduire par une grande extravagance dans les résultats escomptés à quelques jours d’échéance, confer l’effet Papillon. Alors oui, on peut douter de l’exactitude. De plus, la météo devient vite une affaire de communication et là on est bien dans le domaine de l’humain et du social. D’ailleurs communiquer est plus un art qu’une science. Et même à l’échelle de la France le météo doit adapter son discours au montagnard qui ne ressent pas le froid comme le marin ou au Cthimi qui trouve merveilleux un ciel à moitié nuageux tandis que le Méditerranéen y voit son plaisir gâché. Il est intéressant de noter que les scientifiques préfèrent les expressions « sciences dures » à « sciences exactes » et « sciences molles » à « sciences inexactes ». Ce n’est pourtant pas plus facile de trouver le mi-chemin entre dur et mou qu’entre exact et inexact. Et si l’on finit par accepter que la météo n’est pas loin de ce mi-chemin il faudra quand même ne jamais laisser croire qu’elle puisse avoir un lien avec un troisième type de sciences, celles dites occultes qui, comme l’alchimie, l’astrologie ou la magie, touchent aux secrets de la nature. Laissons le dernier mot à Aristote : « Le commencement de toutes les sciences, c'est l'étonnement de ce que les choses sont ce qu'elles sont. »

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.