Golden Globe Race : Jean-Luc Van Den Heede a 9 jours d'avance

Mardi 18 septembre 2018 à 15h11

Jean-Luc Van Den Heede, âgé de 73 ans, continue de défier son âge et ses poursuivants malgré les meilleurs efforts des skippers de la Golden Globe Race. Son avance s’est étendue à travers le sud de l'océan Indien, à plus de 9 jours sur le peloton. Il espère passer le cap Leeuwin le week-end prochain.

Jean-Luc Van Den Heede a été contraint de grimper au mât pour réparer sa drisse de trinquette aujourd'hui mais mène toujours la course avec 9 jours d'avance. ©Christophe Favreau
Jean-Luc Van Den Heede, âgé de 73 ans, continue de défier son âge et ses poursuivants malgré les meilleurs efforts des skippers de la Golden Globe Race. Son avance s’est étendue à travers le sud de l'océan Indien, à plus de 9 jours sur le peloton. Il espère passer le cap Leeuwin le week-end prochain.

Avant le départ des Sables d’Olonne, le 1er juillet dernier, les meilleures prévisions informatiques suggéraient que le vainqueur pourrait accomplir ce tour du monde en solitaire en moins de 200 jours. Et bien, d’après le tracker, Matmut le Rustler 36 de Jean-Luc retournerait dans le port Vendéen dans 199 jours ! Cela en se basant sur sa moyenne de 5,3 noeuds sur les dernières 24 heures, ce qui est optimiste, mais avec ce septuagénaire, tout semble possible. Jusqu’à aujourd'hui, la pire chose avait été la perte d'une de ses chaussures “croc” - tombée à l’eau la semaine dernière, mais lundi, Van Den Heede a annoncé sa première casse. "La manille de la drisse de la trinquette s’est défaite. J’ai dû monter au mât à la deuxième barre de flèche pour réparer - je suis trop vieux pour le faire!" a-t-il admis.

À 1100 milles derrière, le Néerlandais Mark Slats, deuxième aux commandes de son Rustler 36 Ohpen Maverick, a encore perdu 300 milles sur son rival Matmut la semaine dernière. Il a fait part de ses inquiétudes quant à l’état de ses drisses car, sans système d’enrouleur de voile, le changement constant des voiles provoque un frottement considérable. Un autre inconvénient est la nécessité de faire glisser les voiles vers le bas pour les affaler, ce qui rend l'intérieur du bateau à la fois humide et froid. Le combat pour la troisième place est beaucoup plus intense. Le tracker lundi matin à 08h00 indique que l’Irlandais n’a plus que 8 milles d’avance sur le voilier indien d’Abhilash Tomy, une réplique moderne de Suhaili de Sir Robin Knox-Johnston. Thuriya est la pochette surprise de ce 50ème anniversaire de la course originale du Sunday Times Golden Globe. Même Sir Robin avait prédit qu'il serait lent par rapport aux bateaux de production mais le voilier et son skipper se révèlent exceptionnellement rapides dans l’Océan Austral, après être passé de la 10ème à la 3ème place depuis le Cap de Bonne-Espérance.

Nautisme Article
L'Indien Abhilash Tomy avec son mentor Sir Robin Knox-Johnston à bord de Thuriya - un design de 1923 comme le Suhaili, démontrant ses qualités une fois de plus dans l'océan Austral.

Tomy et McGuckin sont maintenant en contact avec la VHF et échangent constamment avec une rivalité qui n’a d’égal que celle entre le Tradewind 35 Puffin de l’Américain-Hongrois Istvan Kopar, et Asteria, le Gaia 36 du Finlandais Tapio Lehtinen. Lundi, ils étaient à 37 milles l'un de l'autre, disputant la 7e place. Kopar est toujours en proie à des problèmes de régulateur d’allure et dans un rapport publié dimanche, il a ajouté : "Une bourrasque de 50 noeuds a déchiré mon foc et réduit mon seul pavillon américain en lambeaux pendant la nuit".

L’Estonien Uku Randmaa a également participé à la bataille. Il a rapporté "30-50 nds. DERNIÈRE 24H. Pas de belles conditions pour naviguer ce week-end". Et lors de son appel sécuritaire à la Direction de course, a ajouté que son Rustler 36 One and All avait été frappé par une grosse vague qui avait fait éclater sa casquette en épais tissu et tordu l’armature en métal.

Mercredi dernier, le Français Loïc Lepage a quitté le Cap en catégorie Chichester suite à un arrêt forcé pour réparer sa radio BLU et ravitailler en eau douce son Nicholson 32 Laaland. Ces derniers temps, cette région d’Afrique a connu de graves pénuries d’eau, mais la marina a bénéficié d’une autorisation spéciale pour pouvoir ouvrir les vannes et permettre à Lepage de remplir ses réserves d’eau potable. Il a fait un départ parfait en traversant le courant Agulhas à son point le plus étroit puis a bénéficié de trois jours de courant Est avant de plonger vers les latitudes des 40èmes rugissant.

Nautisme Article
L'Australien Mark Sinclair a fait un arrêt impromptu à Table Bay pour déposer ses films, tout comme Bernard Moitessier, lors de la première édition il y a 50 ans.© Riaan Smit

Ce n’est pas le cas avec l’australien Mark Sinclair, qui a fait un arrêt impromptu à Table Bay jeudi pour déposer ses pellicules et ce qui semble avoir été un pèlerinage du lieu de naissance de son Lello 34 Coconut. Sinclair a rencontré trois autres propriétaires de Lello, qui ont récupéré son colis et ont écouté ses anecdotes. Riaan Smit a déclaré: "Il était de bonne humeur - avec Coconut - et comme s’il venait de sortir faire sa balade du dimanche après-midi."

Sinclair a peut-être été attiré par le paysage et les montagnes en décidant de faire le tour du Cap en continuant sur la côte est, malgré la promesse de vents légers et celle de devoir traverser le courant au point le plus large. Ce matin, Coconut, qui avait franchi le Cap de Bonne-Espérance en 9ème position vendredi dernier, était toujours en train de longer la côte à 1,4 milles au sud de Cape Seal et de se diriger vers Port Elizabeth. "Nous nous demandons s’il convient d’inaugurer une nouvelle catégorie « Hiscocks » pour Mark qui reflète sa passion de naviguer à travers le monde. J'espère qu'il rejoindra bientôt de nouveau la flotte GGR !" raconte Don McIntyre.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.