Préparer un moteur in-bord à son hivernage

Jeudi 18 octobre 2018 à 6h32

Par construction, un moteur diesel est fiable et ne demande qu'un minimum d'entretien. Toutefois, ce minimum, quel que soit le nombre d'heures d'utilisation pendant les vacances, est impératif. Il se résume à quelques opérations que tout plaisancier est capable d'effectuer. Si vous êtes équipé d'un groupe électrogène fixe, la procédure d'hivernage est la même que pour le moteur in-bord.

©Volvo Penta
Par construction, un moteur diesel est fiable et ne demande qu'un minimum d'entretien. Toutefois, ce minimum, quel que soit le nombre d'heures d'utilisation pendant les vacances, est impératif. Il se résume à quelques opérations que tout plaisancier est capable d'effectuer. Si vous êtes équipé d'un groupe électrogène fixe, la procédure d'hivernage est la même que pour le moteur in-bord.

Minimiser le risque de bactéries

Pour son fonctionnement un moteur diesel prélève dans le réservoir, une quantité de carburant bien supérieure à sa consommation. L’excédent non consommé revient dans le réservoir. Etant passé par le moteur, ce carburant est chaud et provoque de la condensation qui se transforme en eau. La présence d'eau dans le réservoir et les impuretés en suspension dans le carburant sont des facteurs qui favorisent le développement de bactéries. Pour minimiser la condensation, il faut pour l'hivernage, que le réservoir de carburant soit plein et pour éviter au maximum le risque de bactéries, il est conseillé, de rajouter un produit spécial antibactéries.

Vidange de l’huile moteur

Le constructeur indique le nombre d’heures moteur entre deux vidanges (100 à 200 suivant les marques). Il est toutefois conseillé, s’il n’est pas atteint en fin de saison, d’effectuer une vidange d’huile. On fait tourner le moteur et lorsqu’il est chaud, on procède à sa vidange. Le filtre à huile est à remplacer, suivant les moteurs, toutes les deux vidanges. Si c'est le cas, il est préférable de le faire à cette occasion. On prendra soin de remplir le moteur avec l'huile conseillée par la marque. On vérifiera le niveau (jauge) de façon à arriver au repère maximum. Il n'est pas conseillé de mettre trop d'huile, le moteur la brûle et fume.

Rincer le circuit d’eau de mer

L’eau de mer présente dans le circuit de refroidissement, a tendance à s’évaporer et à se transformer en sel. Ce sel corrode les parties métalliques et colmate la turbine de pompe à eau. Pour ôter l’eau de mer du circuit, on fait tourner le moteur pour l'amener en température. On ferme la vanne d'arrivée de l'eau de mer de refroidissement, on ouvre le filtre et on introduit un tuyau d'eau douce dans ce dernier. On laisse tourner le moteur au minimum 15 minutes pour bien évacuer l’eau et le sel. Pour protéger et graisser le circuit d'eau, on termine le rinçage en introduisant un liquide de refroidissement dans le filtre à eau. Lorsque ce liquide sort à l'échappement, on arrête le moteur et on remet le couvercle du filtre en place.

Eviter la corrosion

Toutes les tringleries (arrêt, inverseur, accélérateur) seront lubrifiées avec un lubrifiant en aérosol. Pendant cette opération, il faut actionner les commandes pour que celui-ci pénètre bien dans les gaines. Sur les moteurs équipés d’une tirette d’arrêt mécanique, il est impératif de la graisser car ce système mécanique est l’une des causes d’un mauvais fonctionnement du moteur. Si elle n'est pas repoussée à fond, le moteur ne monte pas en régime voire refuse de démarrer.

Sur les moteurs équipés d’une clef de démarrage, si le système électrique commandé par la clef est corrodé soit le moteur refuse de démarrer (pas de contact) soit il refuse de s’arrêter. Pour éviter ce désagrément, il faut introduire dans le barillet de la clef un produit lubrifiant spécial contact. Les points de rouille présents sur le moteur seront traités avec un produit stabilisant. Il a pour fonction de stopper le développement de la rouille. Par la suite, il peut être recouvert de peinture. En dernier, on pulvérise sur l’ensemble du moteur une graisse spéciale qui le protège contre l’humidité.  

© Volvo Penta
L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.