Sur la Seine... le mascaret englouti de Caudebec

Samedi 8 décembre 2018 à 13h07

©© Antony Colas

Naufrages & noyades (mais pas Léopoldine Hugo !)

Nautisme Article

C’est en 1963 que le mascaret de la Seine a été englouti à jamais, dont l’existence a marqué pendant des millénaires les riverains de la Basse-Seine. Pas moins de deux siècles de recherches et travaux (endiguement de l’estuaire et dragage des chenaux) des meilleurs ingénieurs en hydraulique ont été nécessaires pour terrasser ce fléau qui a provoqué des centaines de naufrages et de noyés parmi marins et spectateurs (mais pas Léopoldine Hugo, c’est une erreur des éditions Flammarion !). C'est le flux de la mer que ceux du pays nommaient la Barre, parce qu'il s'élevait sur la surface de la Seine en formant une barre qui, en remontant, faisait aussi remonter les eaux environ 40 lieues (130 km) deux fois par jour, depuis le Havre-de-Grâce jusqu'au Pont de l'Arche. La fréquence d’apparition du mascaret n’était pas régulière, ce qui fit de la Seine probablement le mascaret le plus capricieux de tous. Sa puissance dépendait étroitement de la position des bancs de sable dans l’estuaire. Le mascaret pouvait aller jusqu’à Rouen, 80 km en amont de Quillebeuf. Suite à des travaux d’aménagement de 1845 à 1850, le mascaret disparut puis réapparut en plus fort que jamais en 1858, sachant que 1888 fut l’année la plus ravageuse. Durant ces siècles, Quillebeuf et Caudebec en furent les points les plus spectaculaires, ces zones de convergences où les jaillissements furent les plus hauts. On venait de toute la région par trains spéciaux pour voir le phénomène et à la Cale aux Moules de Caudebec, on avait coutume de dire « Un mascaret sans linge à sécher est un mascaret raté ». Sur le quai de Caudebec est encore scellée une plaque: «En souvenir de Mme Lebreton, née Jacqueline Gremont (1938-1961), emportée par le mascaret le 17 février 1961. 

De nos jours

De nos jours, on observe encore quelques résurgences du mascaret au débarcadère du bac de Sahurs en aval de Rouen pour les coefficients supérieurs à 100 où il arrive 12 min avant l’heure de la haute mer au Havre. Il se forme au niveau de Duclair. Loïc Le Louargant et Thomas Chaise, deux surfeurs rouennais, ont fait revivre le mascaret le samedi 22 août 2009, coefficient 111 à Berville (près de Duclair). Entre Vieux-Port et Duclair, ils ont surfé pendant une vingtaine de secondes, soit 50 mètres, des petites vagues d'environ 30 cm vers 12h15, France 3 était là pour immortaliser l’évènement. Les forts courants de mascaret se manifestent toujours dans le port de Rouen tout comme au quai de Saint-Wandrille. En période de marées de vives-eaux, des mesures de sécurité sont prises pour éviter que les navires ne cassent pas leurs amarres, n’endommagent pas la coque ou le quai à l’arrivée du mascaret. Instructions nautiques : s’amarrer le cap vers l’aval, mouiller une ancre au large (pour freiner le rappel vers le quai et tenir le  bateau en cas de rupture des amarres), raidir les amarres avant l’arrivée du flot et se préparer à mettre les machines en route.

A Caudebec, ne manquez pas de visiter MuséoSeine qui vous propose une immersion sonore et visuelle avec des images d’archives bluffantes !

Mascadata :

Marnage grandes marées : 8 m (Le Havre)

Longueur de l’estuaire : 30 km

Largeur de l’estuaire : 15 km

Superficie de la Baie : 72 km2

Longueur de la Seine : 777 km

Débit moyen de la Seine : 400-500 m3 /sec

Bassin versant : 780 650 km2

Latitude : 49 °N

Longueur de déferlement : 130 km (avant 1963), 200m maintenant

Hauteur des pics de mascaret : 1-3m (avant 1963), 30cm maintenant

Heures de passage : 8h – 11h

masca2015 from qg76 on Vimeo.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.