En Méditerranée, le risque de tsunami existe

Lundi 11 mars 2019 à 6h30

Ce lundi 11 mars est marqué par le 8ème anniversaire du dramatique tsunami qui a ravagé la côte pacifique du Japon en 2011. Un tsunami pourrait-il être possible sur les côtes françaises ? Figaronautisme.com a interrogé Régis Crépet, climatologue-géographe pour La Chaîne Météo, sur les risques de tsunami en France.

Ce lundi 11 mars est marqué par le 8ème anniversaire du dramatique tsunami qui a ravagé la côte pacifique du Japon en 2011. Un tsunami pourrait-il être possible sur les côtes françaises ? Figaronautisme.com a interrogé Régis Crépet, climatologue-géographe pour La Chaîne Météo, sur les risques de tsunami en France.

Dans l'imaginaire commun, le phénomène de tsunami est en général uniquement lié aux côtes de l'océan pacifique et de l'océan indien. Y-a-t-il un risque de tsunami sur les côtes françaises ?

Régis Crépet : Oui, cela est théoriquement possible en Méditerranée, qui est une mer fermée au carrefour de trois continents : l’Afrique, l’Asie et l’Europe. Les mouvements tectoniques y sont fréquents et l’activité volcanique est particulièrement présente en Italie. Tous ces facteurs géologiques sont susceptibles de provoquer des tsunamis à des degrés divers. L’urbanisation littorale est de plus très dense sur le sud-est  de la France, ce qui aggrave l’exposition des populations à ce risque. Le niveau d’exposition est donc qualifié de «modéré» dans la mesure où ce phénomène peut se produire à n’importe quel moment et affecter des zones qui ne sont  pas forcément protégées. Entre 1980 et 2000, sur 157 tsunamis recensés, 138 se sont produits dans le Pacifique, 9 en Méditerranée, 5 dans les Caraïbes et 2 dans l'océan indien.

En cas de tsunami sur cette zone, quel est le scénario le plus probable ?

Régis Crépet : Le plus gros risque est lié aux tremblements de terre sous-marins ou sur les zones littorales. La côte algérienne, la Grèce et l’Italie sont les plus sismiques : une forte secousse sismique dans ces pays est susceptible de provoquer un mouvement de la mer, formant une onde qui se propagera en quelques dizaines de minutes seulement sur les pays riverains. Ainsi, il a été calculé qu'un séisme d'une magnitude de 5,8 sur l'échelle de Richter survenant en Afrique du Nord pourrait générer une onde de tsunami se propageant en une heure vers les côtes françaises : le sud de la Corse et surtout la Côte d'Azur pourraient alors voir déferler des vagues de quelques mètres, très puissantes compte-tenu de la profondeur de la mer à cet endroit.

Quel est le dernier tsunami qui s'est produit en Méditerranée et quelles avaient été les conséquences ?

Régis Crépet : Un important glissement de terrain sous-marin s’est produit le 16 octobre 1979  pendant les travaux pour l’élargissement de l’aéroport de Nice dans les bouches du Var. Le tsunami qui a suivi ce glissement a provoqué des vagues de deux mètres qui ont inondé la zone côtière de Nice et ravagé le front de mer, poussant des bateaux dans les rues de la ville, et causant la mort d’une dizaine de personnes. Plus près de nous, en mai 2003, suite à un glissement de terrain sous-marin causé par le tremblement de terre de Boumerdes (Algérie), des vagues hautes de plus de deux mètres ont atteint les Îles Baléares. Des centaines de bateaux ont été endommagés par le déferlement des vagues sur l’archipel. Des vagues de quelques dizaines de centimètres étaient arrivées jusque sur le littoral français.

Comment estime-t-on la vitesse de propagation et la hauteur des vagues ?

Régis Crépet : Rappelons qu'un tsunami est un train de vagues créé le plus souvent par un séisme sous-marin ou une éruption volcanique. Après l’événement sismique, la mer se met en mouvement et des ondes peuvent se propager à la vitesse d’un avion de ligne, c’est-à-dire 800 km/h. En Méditerranée, cela signifie que les pays riverains seraient touché en moins d’une heure, d’où l’intérêt de l’élaboration du système d’alerte du Cenalt. Au large, il faut savoir que la vague du tsunami passe quasiment inaperçue (quelques dizaines de centimètres), mais en approchant des rivages, surtout si la côte est plate et basse (comme celle du Languedoc), cela provoque d’abord un retrait de la mer (de 60 à 150 m), avant le retour brutal de vagues de plusieurs mètres de haut qui déferlent alors sur la côte, c’est ce qui s’est produit de Nice à Antibes en 1979. La force d’un tsunami est donc la conjonction de nombreux paramètres.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.