Retour du Rhum pour les Class40 : direction Horta !

Par Nathalie MOREAU
Vendredi 22 mars 2019 à 12h20

Inscrite aux calendriers de la Class40 et de la Fédération Française de Voile, ce nouveau rendez-vous organisé par Grand Pavois Organisation partira de Guadeloupe demain, samedi 23 mars, pour rallier en équipage (minimum 2 personnes à bord) Horta aux Açores, puis La Rochelle, ville arrivée de cette première édition.

Inscrite aux calendriers de la Class40 et de la Fédération Française de Voile, ce nouveau rendez-vous organisé par Grand Pavois Organisation partira de Guadeloupe demain, samedi 23 mars, pour rallier en équipage (minimum 2 personnes à bord) Horta aux Açores, puis La Rochelle, ville arrivée de cette première édition.

Né de la double volonté des Guadeloupéens et des Rochelais d'organiser, pour les voiliers de la Class40 ayant choisi d'hiberner aux Antilles, une épreuve sportive transatlantique d'Ouest en Est, le Défi Atlantique Guadeloupe > Horta > La Rochelle réunit tous les ingrédients d'aventure et de découverte chéris par les marins. Son parcours en deux étapes, scandé par une neutralisation à Horta dans l'archipel des Açores, va lancer les 12 équipages en lice dans une grande exploration des systèmes météos d'Atlantique Nord, organisés autour des hautes pressions açoriennes. Son format, en équipage libre de deux à quatre membres, offre à de nombreux skippers l'occasion de partager l'aventure avec d'autres hommes et femmes de mer qui leur sont proches.

Départ demain, samedi 23 mars, à 11h, soit 16h en métropole !

« Grand Pavois Organisation a pris très à coeur le profond désir des Rochelais et des Guadeloupéens de profiter de la présence aux Antilles, au lendemain de la Route du Rhum, de nombreux protagonistes de la Class40, pour organiser cette nouvelle épreuve originale à maints égards. » explique Alain Pochon, Président de Grand Pavois Organisation.

Nautisme Article

12 Class40 très représentatifs de la classe

De nombreux coureurs ont choisi de laisser, à l'issue de la Route du Rhum, leurs voiliers aux Antilles où ils ont pu disputer plusieurs grandes courses classiques de la Caraïbe. Aymeric Chapelier (Aïna Enfance et partage), deuxième de la Route du Rhum, va ainsi retrouver nombre de ses principaux adversaires de l'automne dernier, dont Kito De Pavant (Made in Midi), 5ème, Luke Berry (Lamotte-Module création), 6ème et Antoine Carpentier, 7ème, et qui rejoint l'équipage de Catherine Pourre sur Earendil. Des professionnels de haute volée, des amateurs plus qu'éclairés, mais aussi un joli contingent international, avec la présence de marins Britanniques, Italiens, Espagnols et Américains. On note l'arrivée aux côtés de Kito De Pavant d'un ancien vainqueur de la Route du Rhum, détenteur du Trophée Jules Verne de surcroit, le Barcelonais Alex Pella.

Les femmes sont également présentes en nombre et ni la Britannique Miranda Merron (Campagne de France), ni Catherine Pourre n'ont l'intention de faire de la figuration. Chaque skipper a décidé en son âme et conscience du nombre d'équipiers invités à partager l'aventure. Si Miranda Merron et Kito De Pavant font le pari du double, d'autres, à l'instar d'un Luke Berry, d'un Franz Bouvet (Yoda), d'une Catherine Pourre ou d'un Andrea Fantini (Enel Green Power), assument le surcroit de poids induit en partant à quatre marins.

Nautisme Article
© : © Christophe Breschi

« Ce Défi Atlantique est une manière intelligente de ramener nos bateaux en Europe après la Route du Rhum-Destination Guadeloupe et la Caribean 600 » déclare Halvard Mabire, Président de la Class40 et co-skipper du voilier Campagne de France inscrit à la course. « Plus sérieusement, et d'un point de vue sportif, ce sont deux demi-Transats qui nous sont proposées, avec un premier tronçon d'environ 2 200 milles vers les Açores, et la négociation toujours délicate en cette saison de son anticyclone. Entre dépressions Bermudiennes et hautes pressions d'Atlantique Nord, les choix et longueurs de route, ainsi que les allures de navigation peuvent varier drastiquement, et ouvrir ainsi le jeu et la compétition ». Et inutile de dire que les derniers 1200 milles vers La Rochelle seront également intéressants à suivre : « Le contournement des dépressions peut contraindre les coureurs à rallonger considérablement leur route, peut-être jusqu'au sud de l'Irlande. Ainsi qu'on l'a observé lors de courses précédentes au départ d'Horta, le jeu sera très ouvert pour le sprint final » termine Denis Hugues, directeur de course du Défi Atlantique Guadeloupe > Horta > La Rochelle.