Solitaire URGO Le Figaro : il va falloir négocier le DST des Casquets...

Par Figaronautisme.com
Lundi 17 juin 2019 à 10h07

Le départ de la troisième étape de la Solitaire URGO Le Figaro a été donné dimanche à 14h dans une bonne brise de sud-ouest de 20 nœuds, Pierre Leboucher ayant bouclé en tête le côtier initial de 10 milles en Baie de Morlaix devant Fabien Delahaye et Loïs Berrehar.

©Alexis Courcoux
Le départ de la troisième étape de la Solitaire URGO Le Figaro a été donné dimanche à 14h dans une bonne brise de sud-ouest de 20 nœuds, Pierre Leboucher ayant bouclé en tête le côtier initial de 10 milles en Baie de Morlaix devant Fabien Delahaye et Loïs Berrehar.

Après deux étapes qui auront généré de gros écarts au sein de la flotte et permis à Yoann Richomme (HelloWork-Groupe Télégramme) de s’offrir un joli matelas d’avance sur ses poursuivants, la troisième s’est élancée ce dimanche en Baie de Morlaix dans un vent de sud-ouest d’une quinzaine de nœuds. Après quatre jours à Roscoff, les 46 marins étaient visiblement pressés d’en découdre, trop nombreux au-delà de la ligne au coup de canon à 14h, obligeant le comité de course à ordonner un rappel général. Le deuxième départ, à 14h11, a été le bon, la flotte s’étant élancée tribord amure, grand-voile haute et génois à l’avant, pour un parcours côtier de 10 milles.

Un parcours idéalement attaqué par le deuxième au général, Pierre Leboucher, passé le premier à la bouée spectacle, mouillée au pied de la pointe Sainte-Barbe, puis à la bouée Radio France, dernière marque de ce côtier, devant Fabien Delahaye (Loubsol) et Loïs Berrehar (Bretagne CMB Performance).

Les raseurs de cailloux et les gars du large...

La brise de Sud-Ouest s’est lentement écroulée avant la nuit devant les Héaux de Bréhat, provoquant une scission de la flotte en deux camps : les raseurs de cailloux emmenés par Adrien Hardy (Sans nature, pas de futur) et Pierre Leboucher (Guyot Environnement) et les gars du large aux côtés de Corentin Douguet (NF Habitat) et Clément Commagnac (Grain de sable). Avec la marée descendante, c’était près de trois nœuds de courant contraire à affronter, or avec moins de cinq nœuds de vent, difficile de progresser vers le but. Ce pit-stop à l’entrée de la baie de Saint Brieuc entraînait alors une compression de la flotte à l’avantage des retardataires qui purent ainsi, comme les deux Klaxoon, recoller au peloton.

Nautisme Article
© Alexis Courcoux

Les douze coups de minuit

Et ce ne fut que vers minuit que le vent daigna se lever en même temps que le ciel se dégageait, éclairé par une lune quasi pleine. Les partisans du bord à terre purent alors piquer vers Granville, toujours sous spinnaker, mais avec une pression suffisante pour se libérer des rochers patinés de Bréhat : Gildas Mahé (Breizh Cola-Equi’Thé) et Benjamin Schwartz (Action contre la faim) furent les mieux placés pour glisser vers la bouée Le Videcoq en accélérant progressivement jusqu’à huit nœuds et plus, poussés par un courant de marée montante de plus en plus favorable. De fait, une nuée de lucioles vertes, rouges et blanches déferlait sous le plateau des Minquiers vers 3h30, puis vers Granville pour contourner la première marque de ce parcours de 460 milles. Et le classement à l’empannage révélait une nouvelle hiérarchie avec Alexis Loison (Région Normandie) comme meneur de meute, et les écarts commençaient à être conséquents à l’issue de cette première nuit de mer, alors que la brise dégraissait...

Toujours sous grand spinnaker, mais cette fois bâbord amures cap au Nord, le petit train se formait pour éviter les dangers de l’archipel de Chausey en remontant le long des côtes du Cotentin, partant pour laisser Jersey sur la gauche et la pointe d’Agon à la dextre. C’est par là-bas, après le lever du jour, que les choses vont se complexifier : le vent devrait s’étioler petit à petit et la marée se renverser avec un jusant défavorable à partir de 9h00. Alors comment atteindre cette île d’Aurigny avec tous ses facteurs contraires ? Et n’est-ce pas là que les écarts vont réellement se creuser et les échappées se créer ? Car s’il faut mouiller par trente mètres de fond voire plus, aux abords du raz Blanchard, cela va se compter en heures de décalage quand il faudra négocier (par l’Est ou par le Sud ?) le Dispositif de Séparation du Trafic des Casquets…

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.