Globe 40 : la grande route, en Class40

Lundi 24 juin 2019 à 12h29

Faire le tour du monde... un rêve pour tout marin, coureur au large et passionné d'océans. Une nouvelle course va faire son entrée dans le paysage de la course au large : la Globe 40, la grande route. Départ : été 2021 !

©RORC / Tim Wright
Faire le tour du monde... un rêve pour tout marin, coureur au large et passionné d'océans. Une nouvelle course va faire son entrée dans le paysage de la course au large : la Globe 40, la grande route. Départ : été 2021 !

Traverser l'Atlantique puis l'océan Indien avant de rejoindre les îles polynésiennes, passer le Cap Horn pour célébrer la nouvelle année en Terre de Feu, avant de longer le Brésil et découvrir le charme des Antilles ? C'est ce que propose la Globe 40 pour sa première édition : un tour du monde en Class40, avec un départ à l'été 2021.

"La Grande Route", version moderne de "La Longue Route"

Le parcours a été construit selon les valeurs affichées pour l’épreuve : la compétition sportive mais aussi l’aventure et le voyage, des étapes variées en durée, un parcours rythmé, pas d’étape « marathon » de plus 30 jours de mer environ, pas de parcours de longue durée dans les latitudes basses du « grand sud » hormis le passage des caps, des destinations inédites hors des schémas traditionnels. Un parcours avec de grandes périodes de large mais aussi une part importante en bande semi-hauturière avec de nombreuses îles « joyaux » à contourner.

Le départ sera donné à l’été 2021 d’une destination départ / arrivée ciblée en priorité sur le territoire français, en discussion à ce jour avec plusieurs collectivités, sans que la porte soit fermée à des propositions d’une autre offre européenne. Puis une mise en jambe de 2200 milles environ vers les îles du Cap Vert et sa principale marina à Sao Vicente, avec l’île de Madeire et les îles Canaries en marques de passage. La deuxième étape est un grand morceau de navigation de 6200 milles en route directe ou plutôt 7000 milles prévisibles en surface (soit 30 jours environ pour le premier) vers l’Atlantique Sud, les terres africaines à nouveau avec le passage du Cap de Bonne Espérance, un parcours de 400 milles le long des côtes sud-africaines puis une remontée en Océan Indien au Sud de Madagascar vers l’île Maurice. Puis à nouveau un grand parcours de 6200 milles au départ de Maurice comme troisième étape, en laissant les merveilleuses Iles Rodrigues à tribord, une plongée au coeur de l’Océan Indien vers l’Australie et son célèbre Cap Leeuwin,  et une nouvelle plongée vers le Détroit de Bass avant de traverser la mer de Tasmanie vers Auckland.

Ce sera ensuite le grand départ de cette quatrième étape vers la Polynésie Française, une remontée de 2100 milles à travers les Iles Australes, destination Bora-Bora et un parcours au milieu des Iles sous le vent de l’Archipel de la Société avant d’atteindre Papeete. La cinquième étape sera une descente vers les franges méridionales de l’Amérique du Sud sur près de 4400 milles, à la recherche du mythique passage du Cap Horn avant de rejoindre via le Canal de Beagle la ville argentine d’Ushaïa au coeur de la Terre de Feu, cité la plus sud de la planète. La remontée des côtes d’Amérique du Sud, Argentine, Urugay, Brésil sera au menu de la sixiéme étape pour 3300 milles en direction de Récife. La 7éme étape glissera pour 2000 milles sous des vents et des courants favorables pour rejoindre dans le sud de l’Arc Antillais la belle ile de la Grenade. Enfin le retour, quelques ultimes 3600 milles pour la 8ème et dernière étape, avec les Iles des Açores en marque de passage, en belle transat de retour.

Au total une odyssée de 30 000 milles, 140 jours de mer environ pour le premier, 120 jours d’escales, pour un départ sur une date à confirmer du dimanche 27 juin 2021 et un retour mi-mars 2022 pour les premiers, fin mars pour les derniers. Les étapes pour les premiers s’étalent de 12 à 24 jours, la durée de l’étape pour le dernier est calculée pour avoir au minimum 8 jours de repos.

Class40 en double

Support monocoque référent de la course au large, présent dans tous les grands événements océaniques en flotte, le Class40 offre toutes les qualités recherchées pour être le support idéal de cette aventure planétaire. 160 bateaux construits, la moitié étant actifs, 53 concurrents à la dernière Route du Rhum, le succès est autant quantitatif que qualitatif ; le Class40 a connu un bond technologique ces dernières années et est aujourd’hui un voilier de course à hautes performances comparables aux 60 pieds des Vendée Globe d’il y a 10 ou 15 ans.

La stabilité de la jauge garantit la proximité des performances et une intensité sportive remarquable sur les courses. Les marchés de la vente et de la location sont très actifs et permettent d’avoir accès un bateau rapidement à des conditions économiques raisonnables. La dimension internationale de la Class40 offre au projet un champ d’appel à dimension planétaire non seulement auprès des coureurs habituels de la série mais de tous ceux attirés par ce double objectif d’aventure et de performance sportive de l’épreuve.

Elément essentiel du projet, les règles de course, qui permettront le changement d’un skipper à chaque étape, et donc permet la constitution d’équipes pour réaliser l’ensemble du parcours, pour partager les coûts, pour s’adapter aux contraintes professionnelles ou familiales. Enfin le classement par points permet d’éviter un avantage définitif pris par un concurrent grâce au gain en temps d’une étape particulièrement réussie.

Nautisme Article

Encore plus d'informations sur le site de la course !

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.