Ocean Globe Race 2023 : le retour de la Whitbread !

Mardi 2 juillet 2019 à 15h06

L'esprit de course autour du monde de la Whitbread revient suite à l'annonce de l'Ocean Globe Race 2023, une course à l'ancienne qui partira d'Europe le 10 septembre 2023 et qui célèbrera les 50 ans de la Whitbread, évènement majeur dans l'aventure de la navigation à la voile.

Un Swan 48 typique conçu par Frers ferait une entrée appropriée dans la course Ocean Globe. ©59-North.com
L'esprit de course autour du monde de la Whitbread revient suite à l'annonce de l'Ocean Globe Race 2023, une course à l'ancienne qui partira d'Europe le 10 septembre 2023 et qui célèbrera les 50 ans de la Whitbread, évènement majeur dans l'aventure de la navigation à la voile.

Alors que le nautisme est dominé aujourd’hui par des navigateurs professionnels, des bateaux à foils et des budgets impressionnants, cette course à l’ancienne remet au goût du jour les courses d’antan, celles des navigateurs ordinaires et des propriétaires avides d’aventure dans les traces de Tabarly, Blake, van Rietschoten, Blyth, Knox-Johnston et bien sûr du Mexicain Ramon Carlin, vainqueur en 1973, avec son Swan 65 Sayula II, de la première Whitbread, un défi mondial très populaire.

Après la Golden Globe Race...

Créée et organisée par l’Australien Don McIntyre sur le modèle de la Golden Globe Race 2018 qui a remporté un grand succès, l’Ocean Globe Race (OGR) de 2023 empruntera le même itinéraire autour du monde que celui des Clippers, tout comme la Whitbread en 1973. La course suit la route des 4 étapes classiques d’Europe en Afrique et vers l’Australasie, puis retour par un port d’Amérique du Sud : 27 000 milles nautiques en sept mois en passant sous les trois grands Caps avec le Cap Horn en prime pour la plupart des navigateurs.

Le parcours final sera publié à la fin de 2020, avec l'avis de course final. Des villes du Royaume-Uni, d'Europe, d'Afrique du Sud, d'Australie, de Nouvelle-Zélande, d'Argentine, d'Uruguay et du Brésil sont invitées à soumissionner pour accueillir les escales.

Nautisme Article
Promenade en traîneau dans l'océan Austral à bord du yacht Flyer, gagnant de 1981/2, de Conny van Rietschoten.© Julian Fuller / PPL

Une navigation à l'ancienne

Tout aussi “rétro” que la GGR 2018, ce nouveau défi est très attendu, avec des bateaux aussi fiables que ceux de la première Whitbread et avec une technologie limitée à celle qui existait du temps des pionniers en 1973. Cela signifie pas d’objets high tech, d’ordinateurs, de système satellite (téléphones et GPS inclus) ni de téléphones mobiles. Navigation limitée aux tracés du sextant sur des cartes imprimées, communications par radios SSB et VHF et musique sur magnéto-cassettes.

Des bateaux construits avant 1988

Nautisme Article
Mexican Swan de Ramon Carlin 65 Sayula II, lauréat de la première course de Whitbread en 1973.© PPL Meda

Les bateaux avec matériaux contenant des fibres de verre doivent être “agréés” . Ils doivent être construits avant 1988, de longueur hors-tout de 47 pieds (14.32m) à 66 pieds (20.11m), partagés en deux Classes : ADVENTURE (47'-56' : 14,32-17,06m) & SAYULA (56'-66' :17,07-20.11m). S’y ajoutent les participations initiales des trois premières éditions de la Whitbread (1973/4, 1977/8 and 1981/2) avec les bateaux d’entraînement ‘Class surveyed’ qui mesurent jusqu’à 68' (20,73m), soit une troisième Classe FLYER.

Les bateaux Nautor Swan dont les caractéristiques d’âge et de longueur correspondent sont autorisés, et les modèles similaires qui ont fait leurs preuves seront étudiés sur inscription. La flotte est limitée à 30 bateaux et la Course sera soumise au Règlement International de Prévention des Collisions et Abordages en mer.

Le concept de course

Le fondateur de la Course Don McIntyre remarque : “Pour la première fois en 30 ans, des marins ordinaires et des propriétaires de bateaux auront la possibilité de vivre une Course autour du monde avec un budget raisonnable, une sécurité et un plaisir assurés. Pas besoin d’être un grand sportif ni d’avoir une grosse équipe derrière. Et pour les budgets, le prix d’une campagne ne coûtera pas plus qu’un demi-foil sur un IMOCA 60”.

Les meilleurs pratiques de sauvetage et les dispositifs de sécurité reconnus par les agences maritimes du monde entier ont été adoptés pour la Course et il y a des standards minimum requis pour les membres d’équipage et leur nombre dans chaque Classe. Chaque équipage doit compter au moins une femme et un jeune âgé de moins de 24 ans au départ de la Course.

Nautisme Article
Don McIntyre, fondateur de l'Ocean Globe Race.

McIntyre continue en précisant que l’expérience de la Golden Globe Race en 2018 a montré un grand intérêt pour l’aventure authentique d’un tour du monde à la voile et a été un superbe tremplin pour le lancement de l’Ocean Globe Race. “La GGR a eu un grand succès pour les concurrents et a attiré une foule de fans passionnés dans le monde entier. La Course a atteint nos espérances avec pourtant un budget très limité. Nous avons appris beaucoup sur ce qui marche et pourquoi, et avons désormais en main une formule qui fait la différence avec bien d’autres événements.

L’ Ocean Globe Race 2023 se déroulera sous le patronage du Royal Nomuka Yacht Club au Royaume de Tonga et est garantie par McIntyre Adventure Ltd.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.