El Niño, une menace pour les Galapagos ?

Mardi 8 octobre 2013 à 10h31

Mots clés :


Crédits photo : RODRIGO BUENDIA / AFP

Le réchauffement du Pacifique, connu sous le nom d'El Niño en Amérique latine, menace-t-il de mort le célèbre archipel équatorien des Galapagos? Une équipe scientifique va sonder l'océan pour en avoir le cœur net.


Même si aucun lien n'a été formellement établi, El Niño, qui se traduit aussi par de fortes pluies, est suspecté de porter atteinte à des espèces marines uniques dans ce paradis naturel, perdu à un millier de kilomètres des côtes équatoriennes.
 

"Pendant des centaines d'années, le climat s'est maintenu sans le facteur nouveau du réchauffement global", explique Eduardo Espinoza, responsable des recherches marines du Parc national des Galapagos (PNG). "Avec de prochaines études, nous allons pouvoir déterminer si le changement climatique entraîne ces phénomènes d'El Niño de plus grandes intensité et fréquence", poursuit-il.
 

Avec pour objectif de mieux cerner cette anomalie climatique et contribuer à protéger l'archipel, connu pour avoir inspiré au biologiste britannique Charles Darwin la théorie de l'évolution des espèces, une équipe de scientifique vont lancer à la mi-octobre une expédition inédite.
 

Pendant deux ans, six robots vont s'enfoncer dans les eaux cernant les Galapagos afin de recueillir des données sur le courant de Cromwell, qui permet la régénération des aliments nourrissant les espèces animales. Une opération montée par l'Institut océanographique de l'armée (Inocar) avec la collaboration des centres de recherches américains WHOL et Scripps.
 

Pratiquement plus de récifs de corail
 

"El Niño a laissé des traces dans les Galapagos. En particulier, l'augmentation de la température a pratiquement fait disparaître tous les récifs de corail", indique le capitaine Wellington Rentería, l'un des membres de l'Inocar.
 

Récemment, le Programme international sur l'état des océans (IPSO) et l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) ont pointé trois maux des océans : le réchauffement global, la désoxygénation et l'acidification des eaux.
 

Après l'Australie, les îles Galapagos, déclarées Patrimoine de l'humanité de l'Unesco, constituent la plus grande réserve marine de la planète, avec quelque 133.000 km2, selon le PNG.
 

"Nous avons découvert quelque chose de très intéressant chez les iguanes de mer. Avec le phénomène El Niño, ils rapetissent, ils maigrissent. Ils perdent jusqu'à cinq centimètres de taille", raconte Judith Denkinger, biologiste à l'Institut des sciences de la mer de l'Université San Francisco de Quito. Après chaque passage d'El Niño, dont la fréquence varie entre deux et huit ans, les espèces peuvent prendre 15 à 30 ans avant de rétablir l'équilibre entre la natalité et la mortalité.


En outre, les scientifiques n'excluent pas d'autres phénomènes climatiques qui pourraient conduire à l'"extinction" des espèces, selon Mme Denkinger. La scientifique, grande spécialiste des Galapagos, assure que la vie maritime s'y détériore plus rapidement que la vie terrestre.
 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction