L'épave plongeable du SS Thistlegorm

Jeudi 24 août 2017 à 11h30

Mots clés : ,

Sur littoraux de la Mer Rouge, au large de Charm el-Cheikh, se trouve l'une des épaves plongeables les plus connues au monde, figurant dans le classement du Times des meilleures épaves plongeables qui soient.


Wikimedia Commons, le canon anti-aérien du SS Thistlegorm

Le navire à l'époque de sa création

Le navire SS Thistlegorm a été construit en 1940 par la compagnie Joseph Thompson & Son en Angleterre, à Sunderland. C’était un cargo de 126.50 mètres de long et large de 17.70 mètres, armé d’un canon anti-aérien de 120 mm, fonctionnant avec un moteur à triple expansion vapeur. Il appartenait au gouvernement britannique, et servait au transport et l’acheminement de différentes pièces matérielles et cargaison. Il fit quatre voyages, un notamment pour rapatrier des constituants d’avions, ainsi que des rails des Etats-Unis, du grain d’Argentine et du rhum des Antilles.

Dernier voyage

Avant de repartir pour son quatrième et dernier voyage pour Alexandrie, en avril 1940, le Thistlegorm subit des réparations. Le dernier voyage devait acheminer du matériel, et pas des moindres pour l’effort de guerre et les forces alliées. Le navire transportait des blindés (tanks), des caisses de munitions, des motos, des fusils d’assaut lourds, des camions et des pièces d’aviation. Le Thistlegorm transportait aussi des pièces ferroviaires pour le régime égyptien, notamment des locomotives à vapeur ainsi que des rails. Le navire partit pour son dernier voyage le 2 juin 1941.

Lors de sa croisière, le navire était escorté par neuf navires de l’armée dans le but de suppléer l’équipage du Thistlegorm. Compte tenu de la présence des forces de l’axe dans la méditerranée, le Thistlegorm passa par Le Cap en Afrique du Sud. A cause d’une collision survenue dans le canal de Suez, le navire dût s’ancrer au port de Ras Muhammad dans la mer rouge en septembre 1941.

La présence de troupes alliées en Egypte éveilla le soupçon des services d’intelligence allemands. Ils suspectaient qu’un navire apportait des troupes supplémentaires sur le terrain. Ils envoyèrent alors l’aviation afin de bombarder les navires qui pourraient garnir les troupes alliées. Le 6 octobre 1941, deux Heinkel He 111, des bombardiers, larguèrent une bombe de 500 kg sur le pont du Thistlegorm, éjectant les locomotives à vapeur. Avec toutes les munitions qu’il contenait, le navire n’échappa pas à un naufrage, si rapide qu’il prît au dépourvu l’équipage. Quatre marins et cinq membres de la NAVY périrent. Les survivants embarquèrent sur le HMS Carlisle, basé au même port et qui accompagnait depuis Le Cap le Thistlegorm. Le capitaine de ce dernier, Ellis, reçut l’ordre de l’Empire britannique pour avoir géré la situation, sauvant par-là même plusieurs vies.

Découverte et site de l'épave

L’épave a été découverte en 1952 par Jacques-Yves Cousteau, qui suivit les indications d'un pêcheur autochtone. Il remonta plusieurs éléments de l’épave dont le coffre du capitaine et la cloche du navire. L’épave est devenue, depuis 1990, un spot de plongée de renommée internationale.

Elle gît entre 16 et 30m de profondeur, de la poupe à la proue, dans le littoral de Charm el-Cheikh à la pointe du Sinaï. Les courants sont variables et peuvent être forts. Choisissez en conséquence le bon moment pour y aller si vous ne souhaitez pas trop vous fatiguer pendant la découverte de l’épave. Il faut préciser qu’il s’agit d’un musée sous-marin de la Seconde Guerre mondiale, et qu’une seule plongée ne sera pas suffisante pour que vous puissiez tout explorer ! La visibilité dans les profondeurs, en revanche, est jugée comme étant excellente si la météo et les courants s’y prêtent (entre 10 et 25m). A noter également que vous devez être certifié du CMAS 2 ou Advanced Open Water pour atteindre les trente mètres de profondeur.

Ces conditions réunies, vous observerez les restes des armes de guerre, avec leurs munitions. Vous verrez  du côté de la proue des fusils Lee Enfiel, des mitraillettes Mk III, d’autres accessoires comme des bottes, des produits pharmaceutiques d’époque. En descendant dans les profondeurs, en allant vers la poupe éclatée, vous verrez des torpilles, des ailes d’avion et les rails qui étaient censés servir la compagnie ferroviaire d’Egypte. Vous pourrez pénétrer dans les cales pour observer les divers camions d’époque également ! Vers la poupe, vous verrez les dégâts provoqués par la bombe de l’époque, une béance bombée. Il s’y trouve des bombes, des munitions et surtout les deux canons anti-aériens, miraculés. Aux alentours de l’épave, les ruines des locomotives à vapeur jonchent les fonds marins. Aucun doute, il vous faudra, pour cerner toutes les facettes de cette épave, plusieurs plongées.

La faune locale y a élu résidence, la carcasse est devenue un récif artificiel, à l'instar des autres vaisseaux fantômes peuplant les fonds sablonneux. Les carangues et mérous habituels, mais les exotiques poissons crocodile, poissons napoléon et des tortues accompagneront votre descente vers l’histoire submergée du Thistlegorm. Il s'y trouve aussi les tigrées rascasses et autres murènes ! En nageant à travers les différentes cales facilement accessibles, vous traverserez les différentes colonies de poissons exotiques et coraux, ainsi que des algues qui se sont développées sur les restes d’obus et d’engins de mort.

Nous espérons vous avoir mis l’eau à la bouche, ou bien vous avoir donné envie d’aller dans ces eaux de la Mer Rouge. Si vous n’êtes pas tout à fait convaincu (ce qui serait difficile mais non imposssible), voici une vidéo pour couronner tout cela :

 

A lire aussi :

L’épave plongeable du SS President Coolidge

Plongée au coeur de l'épave du HMS Hermes


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction