L'écotourisme : nouvelle tendance qui façonne le voyage de demain

Carnet de voyage
Lundi 10 janvier 2022 à 15h31

À quoi ressemblera le voyage après le coronavirus ? Tirer le meilleur parti de ce qui se trouve à notre porte, planifier des périples de rêve tout en sustentant une approche plus réfléchie et responsable du voyage, voilà qui est mieux… Mais comment le secteur s’en sortira-t’il alors même qu’il est à genoux depuis le début de la pandémie ?

©Illustration Adobe Stock
À quoi ressemblera le voyage après le coronavirus ? Tirer le meilleur parti de ce qui se trouve à notre porte, planifier des périples de rêve tout en sustentant une approche plus réfléchie et responsable du voyage, voilà qui est mieux… Mais comment le secteur s’en sortira-t’il alors même qu’il est à genoux depuis le début de la pandémie ?

« Quel est mon impact social et écologique ? » est devenu, pour beaucoup, un questionnement essentiel ces derniers mois. Depuis le début de la pandémie, les images de lieux touristiques déserts qui fourmillent dans les médias conscientisent et alertent sur les effets néfastes du tourisme de masse sur l’environnement et les communautés locales. Les habitants eux-mêmes sont de plus en plus réticents à l’idée de revenir au « surtourisme » et exigent des mesures de la part des responsables politiques locaux. L'interdiction des navires de croisière dans le centre-ville de Venise, qui est entrée en vigueur en août dernier après de nombreuses années de discussion, en est l’excellent exemple…

Les paradoxes de la durabilité

L'un des rares avantages de la pandémie a été le rebondissement environnemental, avec des niveaux mondiaux de dioxyde d'azote à des niveaux records ! Environ huit vols sur dix dans le monde ont été annulés au printemps, et les plages sont restées anormalement vides, ce qui a permis à la faune de se déplacer plus librement.

Un phénomène momentané puisque les gouvernements se battent pour relancer les industries en difficulté. Les initiatives environnementales pourraient bien passer au second plan...

Nautisme Article
© Sous licence CC/Marc Desbordes

Les grandes compagnies aériennes ont demandé aux gouvernements de retarder les politiques à venir qui limiteraient les voyages aériens et réduiraient les émissions, mais les militants ont réclamé des conditions strictes, conformes à l'accord de Paris sur le climat.

La question est maintenant de savoir si les grands groupes de voyage vont se précipiter pour revenir à la normale lorsque les restrictions seront levées ou si ils seront galvanisées par ce répit pour maintenir - et aller plus loin - dans leurs engagements environnementaux et sociaux. Le ciel bleu non pollué et les eaux claires ont probablement touché une corde sensible, et cela pourrait être un moment prometteur pour les entreprises qui prônent une approche plus réfléchie du voyage.

Un retour à la nature

À l'ère de la distanciation sociale, les séjours en pleine nature sont de plus en plus attrayants. Les vacances de ré-ensauvagement et de conservation - où les voyageurs jouent un rôle actif pour aider un écosystème à retrouver son état naturel - sont également de plus en plus répandues. Les estuaires d'Iberá en Argentine, les deuxièmes plus grandes zones humides d'eau douce du monde, comptent quatre campings, dont les revenus contribuent à financer la réintroduction d'espèces indigènes, y compris des oursons de jaguar. (Attention, les vols commerciaux à destination et en provenance du pays ont été suspendus).

Des villes inventives tentent également d'introduire davantage d'espaces verts - Copenhague, par exemple, construit un archipel d'îles artificielles accessibles à la nage, en kayak ou en bateau, qui peuvent être utilisées pour les pique-niques et la pêche !

Pour des croisières sans culpabilité

Nautisme Article
© Illustration Adobe Stock

 

 

1/ Louez un yacht à voile ou un catamaran

Un voilier réduit considérablement la quantité de carburant consommée pendant la location. Au lieu de cela, vous utiliserez le vent pour faire fonctionner le bateau, l'une des sources d'énergie les plus durables. De plus, l'expérience est tout aussi luxueuse que la location d'un yacht à moteur. Les voiliers offrent une expérience de navigation plus calme et plus traditionnelle, le moyen idéal pour naviguer en haute mer.

2/ Choisissez un yacht à moteur durable

Tous les yachts à moteur ne sont pas de gros consommateurs d'énergie. Ces dernières années, les constructeurs de yachts se sont tournés vers la technologie hybride pour réduire considérablement la quantité de carburant consommée par les mégayachts de luxe. Si le yachting durable est votre objectif, choisissez des yachts à moteur équipés de moteurs hybrides.

Nautisme Article
Grande Terre (Nouvelle-Calédonie)© Illustration Adobe Stock

3/ Pensez aux compensations de carbone

Les compensations de carbone sont des crédits achetés par l'intermédiaire d'un organisme à but non lucratif qui investit ces crédits dans des projets durables. Des projets tels que des centrales d'énergie renouvelable, la plantation d'arbres, la production de biocarburants, des installations d'éclairage à haut rendement énergétique et bien d'autres, tous financés par des programmes de compensation des émissions de carbone. Cela permet aux voyageurs de passer des vacances en charter véritablement neutres en carbone. De nombreuses compagnies aériennes proposent également des programmes de compensation, un moyen pratique de voyager de manière écologique.

4/ Préférences à bord

La réduction des déchets, le recyclage et l'élimination des articles à usage unique pendant le voyage peuvent contribuer à des vacances plus durables. Vous préférez ne pas avoir de bouteilles en plastique ? Ou voulez-vous réduire les déchets alimentaires ? Indiquez-le sur votre feuille de préférences. Les équipages des charters peuvent vous aider à mettre en œuvre toute initiative de réduction des déchets.

Avant de partir en voyage consultez les prévisions de La Chaîne Météo Voyage et METEO CONSULT Marine !

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…