Pro Sailing Tour : la flotte fait son entrée en mer d'Alboran

Courses
Mercredi 4 août 2021 à 16h27

©Pro Sailing Tour / Jacques Vapillon

Nouveau décor et changement d’ambiance en mer Méditerranée pour les six équipages du Final Rush. Après une entrée en matière plutôt tonique au portant dans des vents puissants, place à une navigation plus tactique dans des petits airs contraires et récalcitrants. Les fichiers sont formels et annoncent une panne de vent en mer d’Alboran, dans laquelle les premiers trios viennent de faire leur entrée. En tête de flotte, le mano a mano se poursuit de plus belle entre Leyton (Sam Goodchild) et Solidaires en Peloton - ARSEP (Thibaut Vauchel-Camus), collés-serrés depuis hier. Derrière, leurs poursuivants ne baissent pas la garde, alors que le marasme météorologique au programme du jour pourrait favoriser un regroupement général avant le passage du fameux détroit de Gibraltar, où les premiers sont attendus demain dans la matinée.

« Ce mercredi matin, on voit deux équipages : d’un côté, The Arch et Ciela Village, positionnés plus en arrière qui ont décidé hier d’aller très tôt longer les côtes espagnoles ;  et de l’autre, les quatre bateaux, qui ont fait une belle traversée de la Méditerranée au départ de Toulon pour aller rejoindre les côtes algériennes. Ils semblent avoir touché plus de vent hier même si toute la flotte a, comme prévu, bien ralenti durant la deuxième nuit », commente  Guillaume Rottée, à la direction de course.

En tête, alors qu’il vient de tirer un long bord pour rejoindre à son tour la pointe Sud-Est de la péninsule ibérique, Sam Goodchild plante le décor à bord de Leyton. « Le vent commence à remonter un peu, on arrive sous le vent du cabo de Gata, là où il y a un bel effet d’accélération. On profite d’avoir un tout petit plus de pression pour doubler notre plus proche concurrent. On est avec lui depuis hier ! Je vais aller travailler la stratégie sur l’ordinateur pour essayer de garder cette position jusqu’à la sortie de la Med… Parce que c’est là que ça va se jouer ! » indique le skipper britannique.    Trois bateaux en 20 milles   Derrière les deux premiers bateaux qui ont un peu pris la poudre d’escampette, la note est salée pour Ciela Village (Erwan Le Roux) qui paye les frais d’un décalage à l’ouest hasardeux en début de course. Il concède aujourd’hui plus de 100 milles de retard sur les deux leaders. Rien est joué en revanche pour Arkema 4 (Quentin Vlamynck), qui tient la corde du groupe de poursuivants, à équidistance, à un vingtaine de milles des premiers, et du 4ème Primonial (Sebastien Rogues). Ce dernier est lui même suivi , à moins de 5 milles, par The Arch (Armel Tripon/Benoît Marie), qui est parvenu à recoller un peu par rapport au retard qu’il affichait hier : « Nous avons suivi une option Nord qui nous a rapprochés des côtes espagnoles. Nous avons aussi choisi de ne pas nous aligner derrière les premiers » témoigne Armel Tripon, qui mise sur les conditions du jour pour se refaire une petite santé dans les lignes du classement. « Nous attendons une grosse molle à venir d’ici Gibraltar, qui pourrait favoriser un regroupement. En tout cas, on l’espère ! Mais tout va bien à bord, même si on vit un peu entassé dans une niche à quatre, » poursuit le vainqueur en titre de la Route du Rhum dans la catégorie des Ocean Fifty, qui goûte avec plaisir à ce format du trio accompagné d’un reporter embarqué, sur un parcours au long cours de 1 650 milles entre Méditerranée et Atlantique.

Qui sera le premier vainqueur ?

Mais avant de rejoindre l’océan, il faut en finir avec la Grande Bleue et les eaux toujours aussi hasardeuses qui baignent la péninsule ibérique au Nord et les côtes du Maghreb au Sud. La mer d’Alboran et ses vents évanescents seront en effet les juges de paix de cette première partie de course. « Les fichiers indiquent 5 nœuds de vent moyen, orienté dans le mauvais sens. Les équipages vont péniblement progresser au louvoyage ; et plus ils vont se rapprocher de Gibraltar, plus il vont devoir enchaîner les virement de bords, un peu comme s’ils régataient en baie », indique Guillaume Rottée. Ce qui n’est pas forcément pour déplaire à Thibaut Vauchel-Camus, très content de « tricoter »  en mode match race en tête. « Depuis le début on a bien "croché" dedans, on a confiance dans le bateau, on sait aller vite quand il faut. À bord, il y a le Fredo (Fred Duthil) qui a été assez intuitif sur les trajectoires, les petits coups à jouer dans les bascules de vent ; on a un Joubi (Antoine Joubert) acharné à la manoeuvre. Et puis moi qui... qui donne mon avis  ! » confie de skipper de Solidaires en Peloton - ARSEP. « On vient de perdre le lead de la course, mais nous sommes à vue avec Leyton. D’être avec eux devant en mode speed test et réfléchir à fond à tous les petits coups, c'est super intéressant. Reste à voir qui va gagner la "Med Cup" au passage de Gibraltar avant d'attaquer la remontée dans le frais…  »

Réponse demain, dans la matinée, à la sortie du célèbre détroit, un passage toujours délicat qu’il faudra doubler avec du vent dans le nez !

Pointage du Final Rush mercredi 4 août à 14h45

1 / Leyton (Sam Goodchild), à 1080 milles de l’arrivée

2 / Solidaires en Peloton - ARSEP (Thibaut Vauchel-Camus), à 2,1 milles du premier

3 / Arkema 4 (Quentin Vlamynck), à 18,6 milles du premier

4 / Primonial (Sébastien Rogues), à 32,6 milles du premier

5 / The Arch (Armel Tripon/Benoît Marie), à 33,2 milles du premier

6 / Ciela Village (Erwan Le Roux), à 109 milles du premier

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.