Du pétrole aux énergies renouvelables, vent de changement sur les îles écossaises

Escales
Lundi 18 octobre 2021 à 14h24

©Wiki Média

"Ici vous avez la mer du Nord, là l'Atlantique, et toutes les six heures c'est une bataille, avec un demi-milliard de tonnes d'eau qui traverse par heure. Idéal pour tester des turbines", explique à l'AFP Daniel Wise, un responsable de la société Orbital.

La start-up expérimente au large de l'archipel écossais des Orcades son générateur d'énergie marémotrice, O2, le plus puissant au monde: une hélice immergée propulsée par le courant, capable de produire de l'électricité pour 2.000 maisons.

A l'extrême nord du Royaume-Uni, les Orcades et les îles Shetland voisines ont longtemps bâti leur prospérité sur les hydrocarbures de la mer du Nord. A l'heure où cette manne s'épuise et où l'urgence climatique s'impose, ces archipels battus par le vent et les vagues virent toutes voiles dehors vers les renouvelables.

Dans ces îles dont les vestiges néolithiques rappellent le passé multimillénaire, les éoliennes rythment l'horizon et les projets d'ingénierie fourmillent.

"Vu l'énorme potentiel d'énergies dont nous disposons, les Orcades sont un endroit idéal pour essayer les nouvelles" technologies. Nous avons beaucoup de sites de recherche et d'entreprises qui collaborent au coeur d'une économie verte", explique Jerry Gibson, technicienne de l'institut européen de recherche en énergies marines Emec.

Emec produit ainsi de l'hydrogène "vert" - provenant de sources renouvelables - à partir d'une turbine marémotrice et d'une électrolyse utilisant de l'eau de mer d'Eday, l'une des 20 îles habitées des Orcades, qui comptent quelque 22.000 habitants, comme Shetland.

L'hydrogène est pressurisé, transporté vers le port de Kirkwall, la principale bourgade de l'archipel, où il est transformé en électricité qui alimente les ferrys à quai. Un petit pas pour décarboner la très polluante industrie du transport maritime.

L'hydrogène "est important parce que c'est une autre manière de stocker de l'électricité en plus des batteries ou d'aller directement sur le réseau électrique", remarque Jerry Gibson, car les Orcades produisent plus d'énergie qu'elles n'en consomment.

Emec teste aussi en laboratoire des générateurs d'énergie houlomotrice, celle qui vient des vagues, plus complexe à modéliser que celle des marées.

A 200 km plus au Nord, dans l'île des Shetland au doux nom de Yell ("cri" en anglais) une autre start-up parie également sur l'énergie marémotrice, mais avec un modèle de turbines plus petites et proches du rivage.

"Ce qui est formidable avec l'énergie marémotrice c'est qu'elle est totalement prévisible (...) et ne dépend pas du temps qu'il fait" contrairement au solaire et à l'éolien, souligne Tom Wills, l'un des responsables de Nova Innovation.

Cette fiabilité est cruciale pour la stabilité de l'approvisionnement énergétique à l'heure du sevrage des hydrocarbures.

A quai sur le terminal de Cullivoe, Nova a installé une station de chargement de véhicules électriques alimentée par ses turbines sous-marines, où vient régulièrement Fiona Nicholson. Elle habite non loin, en surplomb d'une des plages aux eaux turquoises et sable fin qui font la beauté des îles écossaises.

"Nous voyons la mer et l'entendons chaque jour, nous connaissons sa puissance. Alors c'est agréable de l'utiliser pour charger la voiture", raconte-t-elle à l'AFP.

Elle reconnaît que le forage en mer du Nord et les infrastructures du vaste terminal pétrolier de Sullom Voe sur la principale île de Shetland, l'un des plus grands d'Europe, ont beaucoup apporté à la vie locale, en finançant routes, écoles, centres sportifs et en proposant des milliers d'emplois aux habitants, qui savent ce modèle menacé à terme.

Les énergies renouvelables apportent l'espoir d'une solution, mais sont également contestées.

L'un des points de crispation, c'est le champ d'éoliennes géant de Viking, un partenariat entre le groupe SSE Renewables et les autorités de Shetland.

Prévu pour une entrée en fonction en 2023, il comptera une centaine d'éoliennes qui génèreront de quoi alimenter en énergie à bas carbone 476.000 logements, et faire des îles Shetland un exportateur net d'électricité.

Mais beaucoup d'habitants fustigent ce projet pharaonique.

"Si les responsables avaient fourni un plan avec une taille raisonnable, je ne pense pas que quiconque l'aurait contesté. Mais c'est tellement énorme au regard de la taille de Shetland, c'est ridicule", s'emporte Donnie Morrison.

Sa maison, actuellement sur une colline bucolique, sera bientôt entourée d'éoliennes au vrombissement entêtant: une nuisance pour laquelle aucune compensation n'est pour l'instant prévue.

Laurie Goodlad, guide touristique, ajoute que le projet est bâti "au milieu d'un écosystème fragile et délicat" de tourbe, un puits de carbone. Pour elle, Viking est par conséquent encore plus destructeur pour l'environnement que le forage de nouveaux champs pétroliers contestés comme celui de Cambo, au large de l'archipel.

Les habitants craignent aussi de ne pas profiter de l'énergie générée, qui sera exportée, même si les autorités de Shetland assurent que la communauté recevra des dividendes de l'énergie produite, comme c'est le cas pour le pétrole.

Joe Najduch, l'un des responsables locaux des projets d'énergies d'avenir, admet qu'un projet comme Viking "perturbe la vie dans l'île mais les bénéfices semblent dépasser les coûts".

Autre problème: les syndicats déplorent un manque de perspectives pour l'emploi, alors que les milliers d'emplois dans le pétrole très bien payés ont peu de chance d'être remplacés avec les énergies renouvelables: "il ne faut pas grand monde pour faire fonctionner un champ d'éoliennes une fois qu'il est construit", remarque Richard Hardy, de prospect UK.

En revanche Jerry Gibson est optimiste. Pour elle, les qualifications des ingénieurs ou opérateurs pétroliers sont utiles au secteur des renouvelables et peuvent y être adaptées.

L'extraction de pétrole, quoi qu'il en soit, va encore se poursuivre pendant des années, comme le montrent les champs pétroliers en développement à l'instar de Cambo: "Si on ne les exploite pas, on devra dépendre des importations", affirme M. Najduch.

En pleine crise énergétique, le gouvernement britannique maintient qu'un accès à une production nationale d'hydrocarbures est une question de sécurité énergétique.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…