Progressez en stand up paddle : des conseils techniques avisés

Glisse
Samedi 21 août 2021 à 12h31

Passé le cap des premiers coups de rame sur l’eau et de la découverte de la glisse, il est important de rapidement se familiariser avec une bonne gestuelle pour acquérir un mouvement qui soit efficace mais aussi sain pour l’ensemble du corps.

©Laurent Nevarez
Passé le cap des premiers coups de rame sur l’eau et de la découverte de la glisse, il est important de rapidement se familiariser avec une bonne gestuelle pour acquérir un mouvement qui soit efficace mais aussi sain pour l’ensemble du corps.

Une bonne gestuelle de rame

Cherchez d’abord à positionner la pale loin devant vous avec les genoux à peine fléchis et votre bras inférieur relativement tendu, puis rentrez-la dans l’eau de manière franche et sans éclaboussures, en cherchant rapidement à avoir une bonne accroche. Tirez sur la pagaie avec l’ensemble du corps, sans fléchir les bras ni les genoux, en cherchant à faire avancer votre planche vers l’avant en la poussant. Une erreur habituelle consiste à ramer uniquement en tirant la pagaie avec la force de ses bras alors que le mouvement de rame doit utiliser l’ensemble des chaînes musculaires du corps (abdos, dorsaux, deltoïdes, muscles profonds…). Durant cette phase efficiente, vous maintiendrez le manche de la pagaie le plus verticalement possible (sur un axe droite-gauche pour vous), afin de conserver une trajectoire bien rectiligne et éviter de trop dévier. Lorsque votre pale est arrivée au niveau de vos talons, arrêtez le mouvement en réduisant la pression exercée sur la pagaie. Sortez la pale de l’eau de la façon la plus fluide possible en limitant les éclaboussures et en prenant garde d’accrocher dans l’eau pour ne pas casser la glisse de la planche. Pour remonter la pagaie vers l’avant, il est recommandé au moment de sa sortie de l’eau, d’effectuer un mouvement rentrant avec vos poignets pour la faire tourner d’un quart de tour sur elle-même, ce qui limitera fortement la prise au vent de la pale et le risque d’accrocher la surface de l’eau.  Afin de ré-amorcer le cycle de rame suivant, vous replacerez progressivement vos poignets dans leur position initiale à mesure que vous remonterez la pagaie vers l’avant, de manière à ce que la pale se retrouve parfaitement positionnée pour être plantée dans l’eau, etc.

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Changer efficacement sa pagaie de côté

Après avoir effectué plusieurs cycles de rame, vous ressentirez le besoin de changer votre pagaie de côté pour lutter contre l’effet row qui déporte la trajectoire de votre planche légèrement dans le sens opposé à la rame mais aussi pour soulager les muscles sollicités, en inversant votre prise en main. Le nombre de coups de pagaie par côté varie suivant votre matériel et surtout votre niveau mais une valeur de 5-6 cycles peut être un bon repère.

Commencez par desserrer votre main supérieure qui lâche ainsi la poignée de la pagaie et vient glisser le long du manche et se placer juste sous la main inférieure qui se desserre à son tour et vient remonter vers le sommet. Cette inversion doit être réalisée simultanément avec un mouvement de balancier permettant à la pale de passer de l’autre côté de la planche et également une remontée de la pale vers l’avant pour amorcer le cycle de rame suivant. Serrez les deux mains placées correctement sur leur nouvelle position et inclinez la pagaie directement en position d’attaque de manière à préparer l’entrée imminente de la pale dans l’eau pour reprendre un nouveau cycle de rame.

Le changement de côté de votre pagaie est une étape qui doit être intégrée naturellement dans votre rame. Elle doit être réalisée avec beaucoup de fluidité et d’aisance pour ne surtout pas casser la glisse de la planche et la continuité du mouvement de rame. Pensez donc à intégrer très tôt cette gestuelle qui sera rapidement exécutée de manière inconsciente.

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Savoir se diriger en ramant

Si ramer le plus droit possible est sans doute le premier objectif lorsqu’on débute, il est important d’apprendre également à diriger sa planche tout en ramant, simplement en utilisant sa pagaie de façon judicieuse. Nous avons expliqué précédemment l’importance de conserver le manche de la pagaie le plus vertical possible durant la phase propulsive pour ramer de façon rectiligne, ainsi pour dévier votre trajectoire et changer légèrement de cap, il vous suffit simplement d’incliner votre manche et/ou de modifier l’angle de votre pale. Pour tourner vers le côté opposé à celui où vous ramez, vous pouvez incliner un peu votre pagaie vers l’extérieur et accentuer l’effet en décrivant un mouvement d’arc de cercle lors du passage de la pale dans l’eau.

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Pour tourner davantage du côté où vous ramez, vous pouvez démarrer chaque cycle de rame en plantant la pale de votre pagaie assez loin sur le côté et avec un angle un peu plus fermé par rapport à votre planche, puis vous la rapprochez progressivement du rail lors de la phase propulsive, en décrivant si possible une trajectoire en virgule.

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Nautisme Article
© Laurent Nevarez

Avec un peu d’entraînement, vous vous sentirez à l’aise dans le maniement de votre pagaie et comprendrez rapidement comment modifier votre trajectoire avec finesse et précision sans stopper l’avancement de votre planche sur le plan d’eau. 

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.