Les Seychelles, une plongée dans un autre monde

Samedi 29 avril 2017 à 12h30

Dans l'imaginaire collectif, les Seychelles s'apparentent au paradis sur terre. À raison : une faible population et beaucoup d'îles désertes, une végétation luxuriante, des plages de sable fin, des paysages d'une beauté à nulle autre comparable… Et sous l'océan ?

Dans l'imaginaire collectif, les Seychelles s'apparentent au paradis sur terre. À raison : une faible population et beaucoup d'îles désertes, une végétation luxuriante, des plages de sable fin, des paysages d'une beauté à nulle autre comparable… Et sous l'océan ?

Les Seychelles sont un vaste archipel de 115 îles qui s'étirent sur 1 200 km dans l'océan Indien, au nord-est de Madagascar (entre 4° et 10° de latitude sud). La plus grande, Mahé, ne mesure que 27 km de long sur 7 km de large ; c'est l'île principale, elle abrite la capitale Victoria et accueille 90 % de la population (estimée à un peu plus de 90 000 habitants ; autant dire qu'ailleurs, il n'y a personne !). Avec les îles voisines de Praslin et La Digue (accessibles en 15 minutes en avion ou en une heure de bateau), le trio constitue le cœur des îles dites « intérieures » et l'essentiel des circuits touristiques.

Granit et corail

L'archipel compte 43 îles intérieures (243 km2 de terres émergées) et 72 îles extérieures (211 km2), disséminées sur 1,4 million de km2 d'océan. Les premières sont situées sur le plateau peu profond des Seychelles, regroupées géographiquement au nord de l'archipel ; d'origine granitique (sauf 2), elles sont les sommets émergés de micro-continents, vestiges de la dislocation du super-continent Gondwana il y a quelque 150 millions d'années ! Une rareté géologique en plein océan. Les chaos de granit sont caractéristiques de cet ensemble et font la réputation de l'archipel. Ils s'imposent dans le paysage, bordant une plage de sable fin, délimitant une crique, affleurant la surface de l'eau. À leur différence, les îles extérieures sont toutes coralliennes. Elles sont situées au-delà du plateau des Seychelles (plutôt dans le sud de l'archipel) et reposent sur les fonds abyssaux de l'océan Indien ; beaucoup sont aujourd'hui des atolls.

Plongées In & Out

Cette configuration réserve deux types de plongée : dans les eaux des îles intérieures, des plongées peu profondes (25 m max) dans un décor de roches granitiques. Les amoncellements et chaos de blocs (certains forment jusqu'à des labyrinthes pénétrables, comme le site Whale rock à Mahé) prolongent les pointes côtières ou sont isolés sur le sable, proches du rivage comme perdus au large. Les roches sont colonisées d'éponges, de coraux durs (cornes de cers, porites, acropora) et coraux mous ; elles offrent d'opportuns abris aux invertébrés, mollusques, crustacés et poissons de récifs (poissons-papillons, petits mérous, poissons de verre, poissons-clows, poissons-pierres, platax, gaterins... parmi tant d'autres, le bestiaire est énorme). Sur les sites au large ou exposés au courant, les carangues, barracudas, raies aigles et pastenagues, napoléons embellissent les plongées. Pour le majestueux requin-baleine, les chances de le croiser aux abords des îles intérieures augmenteront pendant les mois de septembre-octobre (bien qu'il soit présent dans le secteur de juin à décembre).

Sur Marianne par exemple, petite île d'à peine 96 km2, aujourd'hui inhabitée (située à 7 km de La Digue), la Société de la conservation marine des Seychelles (MSSC) conduit un programme d'observation du mastodonte, le plus grand poisson au monde. Autour des îles extérieures, au-delà du récif, les fonds plongent rapidement jusqu'à 1 000 à 2 000 m. Les plongées dérivantes, le long des tombants, dans les canyons attendent ici les plongeurs (jusqu'à une quarantaine de mètres de profondeur). Grottes, surplombs, cavités profondes accueillent la vie. Requins nourrices, pointes noires, océaniques, mérous et grosses loches, carangues de toute espèce et barracudas sont habituels. Les poissons colorés rivalisent de beauté sur le récif, les gorgones sont majestueuses et le corail noir se distingue. Les îles extérieures se répartissent en cinq groupes, peu d'entre elles sont habitées (moins de 2 % de la population) du fait de leur isolement et de l'absence d'eau douce. Elles sont distantes de 150 à plus de 1 000 km de Mahé ; l'atoll d'Aldabra, site du patrimoine mondial de l'Unesco, est le plus éloigné. Dans le même groupe, l'atoll de Cosmoledo et le récif d'Astove sont également des "hot spots".

Les épaves de Mahé

Pour les envieux d'épaves, l'aventure se passe au large de Mahé. Sur les Twin Barges : deux épaves coulées le long du récif à l'ouest de Beau Vallon, entre 15 et 25 m. Elles ne sont pas très longues (environ 20 m), mais regorgent de vie (petits poissons tropicaux, coraux, gorgones blanches et fouets, langoustes, parfois tortue). Sur l'Ennerdale : le tanker de 216 m a sombré en 1970 à la suite d'une avarie sur un haut-fond ; il repose entre 15 et 30 m de profondeur au large de la pointe nord de Mahé. L'épave est très endommagée, mais bien investie et régulièrement visitée : par les lutjans, les mérous, les requins, carangues, raies, tortues. Enfin sur l'épave d'un ancien bateau de pêche mauricien - l'Aldebaran : une épave récente, coulée en 2008 par 38 m de fond, au large d'Anse Major. Elle abrite une faune aussi diversifiée que ses consœurs, tout en offrant une autre ambiance, dans un peu de profondeur.

Pour les adeptes du tuba

L'archipel est l'un des plus beaux paradis pour le randonneur palmé, qui ne manquera pas de visiter les parcs marins, notamment ceux de Baie Ternay, qui offre un joli récif corallien investi par la petite faune, et la possible rencontre de raies et tortues au large ; l'île et le parc national marin de Saint-Anne, sublimes à seulement dix minutes de bateau de Mahé (navettes régulières), d'octobre à janvier, les tortues viennent y pondre ; au large de Praslin, le parc marin de l'île Curieuse, et la réserve naturelle de l'île Cousin. Très bons spots également : sur Mahé, Anse Soleil, et l'îlot Souris, accessible à la nage depuis la plage d'Anse Royale ; sur Praslin, Anse Lazio est très réputée ; au large de La Digue, l'îlot Coco est considéré comme un must. Sans oublier bien sûr les atolls des lointaines îles extérieures. Pour toutes les activités sous-marines, les périodes d'inter-saisons - de mars à mai et de septembre à novembre - sont les meilleures pour profiter d'une eau chaude (28 °C) et d'une visibilité optimale.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.