A la rencontre du corail fluorescent

Par Figaronautisme.com
Dimanche 13 août 2017 à 10h37

Le corail, mais pas n’importe lequel, le fluorescent, est à découvrir au Musée océanographique de Monaco. Un tout nouvel espace lui est dédié dans lequel vous serez sensibilisé à sa protection, des images à 360° vous le feront découvrir. Une exposition photos, des vidéos et un atelier pour enfants (8 à 12 ans) complètent la présentation.

©F. Pacorel - Musée océanographique de Monaco
Le corail, mais pas n’importe lequel, le fluorescent, est à découvrir au Musée océanographique de Monaco. Un tout nouvel espace lui est dédié dans lequel vous serez sensibilisé à sa protection, des images à 360° vous le feront découvrir. Une exposition photos, des vidéos et un atelier pour enfants (8 à 12 ans) complètent la présentation.

En savoir plus sur le corail

Beaucoup pense que le corail est une plante et bien non, c’est un animal de la famille des cnidaires qui existe dans toutes les mers et océans du monde. Certains sont solitaires d’autres vivent en colonie. On estime qu’il y en a plus de 11 000 espèces et qu’il est âgé de 700 millions d’années. Il appartient à la même famille que les méduses et est de ce fait urticant. Sa matrice sert de refuge à toutes sortes d’organismes qui viennent s’y loger. C’est la plus grande biodiversité marine dans le monde. Pour la recherche médicale, il est une aide précieuse. Ses protéines sont étudiées de près pour la lutte contre le cancer et son exosquelette est utilisé pour certaines greffes osseuses.

Le corail fluo

Le Musée océanographique de Monaco étudie et cultive le corail depuis de nombreuses années. C’est là un moyen pour ne pas avoir à le prélever en mer. Certaines espèces de corail ont la particularité de fluorescer. Ce mécanisme appelé Green Fluorescent Protein (GFP) a été découvert en 1962 sur une méduse. Le mécanisme scientifique est bien connu, mais toutes les interrogations demeurent chez les espèces coralliennes. Plusieurs hypothèses sont avancées comme l’optimisation de la photosynthèse réalisée par les microalgues hébergées par le corail afin de lui fournir l’oxygène et les nutriments utiles à sa survie ou encore pour être plus poétique, un moyen de communication inédit avec les organismes capables de détecter des longueurs d’ondes émises par les coraux à travers leurs couleurs intenses.

Une espèce menacée

Les récifs coralliens sont considérés comme les écosystèmes marins les plus productifs et comportant la plus forte biodiversité de la planète. On considère, bien qu’ils ne représentent que 0.2% de la surface de la planète, qu’ils abriteraient plus de 25% de toute la biodiversité marine connue à ce jour. Le phénomène commun le plus observé de sa destruction est le blanchissement. Il est dû à l’expulsion de leurs algues symbiotiques suite à un stress. Les massifs de coraux perdent leurs couleurs et se transforment en une surface monochrome. On estime que plus de 20% des récifs ont déjà disparu. Les principales causes sont la surexploitation des fonds marins, la pollution de l’eau, la pêche excessive, etc.

Que voir au Musée océanographique ?

Il faut savoir qu’il a été le premier aquarium au monde à maintenir et à reproduire en captivité des coraux. Cela remonte en 1989 où une portion de récif corallien vivant, prélevée en mer rouge (Djibouti), est transférée au musée, dans un aquarium spécial de 40 m3. Ensuite des techniques de bouturage et un système de purification d’eau breveté ont permis la reconstitution d’écosystèmes coralliens. C’est pourquoi grâce à cela et à la passion de certains aquariologistes, le musée peut proposer aux visiteurs un véritable écosystème vivant dans un aquarium de 5000 litres. C’est inédit. Ainsi dans une ambiance nocturne, les visiteurs apprécieront les coraux fluorescents issus de la zone Indo-Pacifique dont certains ne sont pas sans rappeler des bouquets de fleurs alors que d’autres se développent en architecture circulaire venant recréer la forme de pétales donnant l’impression d’un immense jardin. Plusieurs films sont projetés dont un en 360° (ImmerSEAve) qui vous embarque pour l’une des plus belles mers du monde aux Philippines ou encore le film « Corail, cœur de l’océan » sans oublier une exposition de 21 photographies au format « XXL » et les stages de sensibilisation pour les enfants (Snapper Club).  

© F. Pacorel - Musée océanographique de Monaco
© F. Pacorel - Musée océanographique de Monaco
L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.