Les poissons et leur intelligence extraordinaire !

Lundi 2 octobre 2017 à 16h10

De plus en plus de scientifiques s’intéressent aux capacités mentales des poissons : mémoire, apprentissage, utilisation d’outils, jeux… L’intelligence des poissons, encore souvent méconnue, révèle des comportements stupéfiants. Nautisme.com vous résume les grandes découvertes de ces dernières années.

©Poisson combattant. Crédit : aquatic-experts.com
De plus en plus de scientifiques s’intéressent aux capacités mentales des poissons : mémoire, apprentissage, utilisation d’outils, jeux… L’intelligence des poissons, encore souvent méconnue, révèle des comportements stupéfiants. Nautisme.com vous résume les grandes découvertes de ces dernières années.

Le temps où l’être humain n’accordait à l’animal qu’un statut de machine sans cerveau ni sentiment n’est pas encore totalement révolu : certaines idées sans fondement, comme celle de la mémoire inexistante des poissons (voire de leur absence de cerveau) sont encore répandues. Les scientifiques ne s’intéressent aux capacités mentales des poissons que depuis quelques années, mais leurs découvertes sont déjà immenses. Qu’ils soient sauvages, ou domestiques, de nombreuses espèces de poissons ont prouvé une réelle forme d’intelligence, associée à une bonne mémoire, une capacité d’apprentissage, de déduction et même un comportement joueur. Selon Culum Brown, de l’Université de Macquarie en Australie, éminent spécialiste sur le comportement des poissons : «les poissons sont beaucoup plus intelligents que ce que l’on croit. Dans certains domaines, comme la mémoire, ils sont aussi bons, et parfois plus encore, que la plupart des mammifères terrestres».    

De la mémoire, des jeux, et même des «traditions» !

 Parmi les poissons sauvages, ceux dont les capacités ont le plus étonné (et qui ont aussi été les plus étudiés) sont les carpes, les poissons chats, les saumons, les truites, mais aussi une espèce plus méconnue : le poisson éléphant d’Afrique.  Son cerveau atteint 1/50 du poids de son corps, soit légèrement plus que celui de l’humain en comparaison. Elevé en aquarium, ce poisson a été observé en train de jouer avec des objets, comme une balle, en la poussant sur le courant envoyé par la pompe à filtre de l’aquarium, juste pour le plaisir de la voir défiler à travers son bac. Le poisson éléphant est également connu pour porter assistance à ses congénères en difficulté. Mais les poissons n'utilisent pas seulement des outils pour jouer :  en 2011, une équipe de scientifiques a filmé  en Méditerranée un labre vert utilisant un rocher pour ouvrir une palourde. L’utilisation d’un outil est considérée comme étant la preuve d’une «intelligence supérieure» dans le monde animal.

Les truites et les carpes sont capables de retenir une mauvaise expérience liée à la pêche : si elles ont été pêchées grâce à un certain type de nourriture, puis remises à l’eau, beaucoup d’entre elles sont capables de bouder ce type de nourriture en particulier, désormais associé à une mauvaise expérience.  Les poissons chats possèdent aussi un cerveau très développé : une expérience menée sur des barbues de rivière, de gros poissons chats vivant dans les rivières d’Amérique du Nord, a montré que ces poissons étaient capables de reconnaître la voix humaine de la personne qui les nourri jusqu’à 5 ans après les avoir quitté !

Selon le spécialiste Culum Brown, un banc de poissons n’est pas un groupe qui nage de manière aléatoire. Les poissons vivent souvent dans des sociétés complexes et  hiérarchisées, dans lesquelles les individus se reconnaissent et occupent chacun une place dans le groupe. Comme d’autres espèces à l’intelligence supérieure (grands singes, dauphins…), certaines «traditions» propres à un banc peuvent être transmises d’une génération à l’autre : une manière de pêcher, ou encore, une «route» à suivre pour trouver de la nourriture.

Les poissons «de compagnie» , plus familiers qu’il n’y paraît

Certaines espèces de poissons ont été domestiquées par l’homme, puis façonnées de générations en générations, pour un but purement récréatif. C’est le cas des carpes d’ornement, des poissons rouges (domestiqués il y a plus de 1000 ans), des poissons combattants (Betta Splendens, domestiqués il y a 500 ans) ou encore des Scalaires. Ces variétés, sélectionnées pour leur beauté et reproduites au cours des derniers siècles en fonction de critères précis, ne ressemblent plus à leurs congénères sauvages. Il s’agit d’espèces purement «fabriquées» par l’homme pour le simple plaisir de vivre avec. Il semblerait que les espèces domestiquées depuis longtemps aient développées des capacités plus familières, leur permettant d’interagir avec leurs compagnons… humains. Une évolution constatée chez toutes les espèces domestiquées par l’homme : il s’agit des animaux de compagnie.  Il a été prouvé que les plus familiers d’entre eux, les carpes Koï, les poissons rouges et les poissons combattants, reconnaissent parfaitement leur « maître », la personne qui s’occupe le plus d’eux, et le différencie donc des autres personnes. Ces trois espèces (et très certainement beaucoup d’autres) sont également capables de reconnaître la boîte de nourriture en fonction de sa couleur : si leur boîte de nourriture est bleue, les poissons s’agiteront à la vue de leur boîte ou d’une autre boîte à la couleur similaire, tandis qu’ils ne réagiront pas à une boîte verte ou rouge. Plus étonnant encore, certains poissons, comme les carpes, apprécient les caresses et n’hésitent pas à solliciter la main de leur propriétaire dès lors qu’elle est plongée dans l’eau.

Depuis l’essor des vidéos sur le web, il ne se passe pas une seule journée sans que de nouveaux tutoriels apparaissent en ligne : «comment apprendre des tours à votre poisson», «comment apprendre à votre poisson à passer dans un anneau», «comment apprendre à votre poisson à...mettre une balle dans un but» ! Exactement comme pour les chiens et les chats, la récompense sous forme de nourriture permet un apprentissage rapide. Et pour les meilleurs des poissons, il suffit parfois d’une seule démonstration pour que l’exercice soit reproduit et enregistré ! Les dernières recherches mettent d’ailleurs en évidence une mémoire d’un an pour certains tours appris en laboratoires, même lorsque que le tour en question n’a pas été demandé au cours de l’année entière…

               

© Paul Starosta
L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.