Essai Leopard 42, partie 2 : un style et de l'ambition

Voiliers
Jeudi 27 mai 2021 à 13h00

Agréablement surpris par l’évolutivité du Leopard 42 dans les petits airs du Golfe de St Raphaël, nous sommes partis à la découverte de l’intérieur, espérant qu’il confirme la bonne impression laissée en mer. S’il y a trente ans, un 43 pieds était qualifié de « grand » catamaran, qu’en est-il aujourd’hui d’un 42 pieds désormais entrée de gamme du N°3 mondial du catamaran, le Sud-Africain Robertson & Caine ?

Leopard 42 ©Chantier
Agréablement surpris par l’évolutivité du Leopard 42 dans les petits airs du Golfe de St Raphaël, nous sommes partis à la découverte de l’intérieur, espérant qu’il confirme la bonne impression laissée en mer. S’il y a trente ans, un 43 pieds était qualifié de « grand » catamaran, qu’en est-il aujourd’hui d’un 42 pieds désormais entrée de gamme du N°3 mondial du catamaran, le Sud-Africain Robertson & Caine ?

A peine entrés, depuis le cockpit de plain-pied comme il se doit, c’est la vision vers l’avant qui attire immédiatement le regard. Est-ce parce qu’il a été conçu dans l’hémisphère Sud qu’architectes et chantiers ont osé inverser l’ordre établi en plaçant la cuisine à l’avant (tribord), et le carré sur l’arrière (bâbord) ? Peu importe la raison au fond, si la formule fonctionne, et tel est bien le cas. Assis dans le carré on fait ainsi face à la route et profitons d’une vue exceptionnelle, même divisée en trois parties. Sur bâbord, la table à cartes et son instrumentation complète font un excellent poste de veille abrité en mer, et un bureau avec vue au mouillage ou au port. Au passage, on se prend pour Thomas Pesquet en découvrant la fonction de réalité augmentée de l’écran Raymarine, sur lequel les signaux AIS des bateaux croisés, viennent s’afficher sur l’image vidéo transmise par la caméra fixée en avant du roof. De technologie plus rustique, mais surtout robuste, la porte avant pourrait paraître futile sur cette unité où le cockpit avant s’est transposé en Lounge haut, et a été remplacé par des bains de soleil. Elle offre pourtant trois avantages importants : un axe de circulation additionnel qui facilite les déplacements, une excellente ventilation au mouillage sous les climats les plus chauds, et un accès très sécurisant vers l’avant lors des manœuvres, spi, gennaker ou guindeau, qui sera inévitablement plébiscité par l’équipage.

Nautisme Article
Cuisine© Chantier

Expérience immersive

Depuis l’espace cuisine, on ne manque rien de ce qui se joue à l’extérieur à travers le véritable écran géant frontal (2,04 m de diagonale) sans montant vertical et les hublots latéraux tout aussi hauts. On peut ainsi mêler contemplation et veille active sans même s’en rendre compte. Le plan de travail en U intègre de nombreux rangements et reçoit l’épontille de pied de mât, qui ne gêne ainsi en rien la circulation. La compression du gréement est reprise sur une imposante poutre métallique transversale en H, renvoyant les efforts vers les coques. Un peu comme le fait le châssis d’un X-Yacht pour sa quille, mais version multicoque. Une structure solide, totalement invisible sous les pieds du cuisinier, qui se dirigera vers l’arrière pour atteindre le très grand réfrigérateur à double tiroir ; il est ainsi parfaitement situé pour que les boissons fraîches soient aussi à portée de main des équipiers installés à l’extérieur. Les meubles gris ‘bois flotté’, la blondeur du frêne des planchers, de jolis angles protégés d’inox, les surpiqures de la sellerie, les prises et interrupteurs de qualité, donnent du crédit à la montée en gamme revendiquée. Une ambiance presque luxueuse dans lequel le four micro-ondes rapporté, tout plastique, dénote. Un détail plus facile à corriger que l’angle d’aluminium vif entre porte d’entrée et vitrage coulissant, dont il faudra se méfier, voire, idéalement, protéger.

Nautisme Article
Cabine propriétaire© Chantier

Suite propriétaire et cabine VIP

A l’étage inférieur de cette version propriétaire 3 cabines, c’est bien sûr deux coques, deux ambiances. Même si la cabine invités de l’arrière-tribord satisferait le plus hédoniste des marins, nous y reviendrons, à tribord c’est plutôt une véritable suite qu’il convient d’évoquer. Délicat de s’imaginer dans un 42 pieds tant l’espace apparait généreux. Au pied de la descente qui se ferme intégralement par une porte coulissante pour s’isoler de la nacelle, c’est tout d’abord un espace bureau qui vous accueille. Vers l’arrière un écran plat pivote pour pouvoir être regardé depuis le lit Queen Size (160 x 200) accessible partiellement depuis les côtés. Mais à vrai dire, le spectacle offert en navigation par le très grand hublot de bordé, voire par celui avec ouvrant donnant sur la jupe, dépasse tout ce que l’on peut attendre d’un très bon film. Plus en avant, le lave-linge séchant de taille terrestre et les toilettes précèdent une vasque intégrée au plan de travail, et une douche aux dimensions généreuses. A bâbord, la cabine arrière dont le couchage reprend les dimensions exactes de la coque propriétaire, est légèrement favorisée. La cabine avant est un tout petit peu plus étroite pour respecter une largeur de coque décente, et rester dans l’ADN de la marque en termes de performance. Les deux salles d’eau privatives, accessibles directement depuis chaque cabine, sont en revanche, rigoureusement identiques, et disposent chacune d’une douche indépendante. Dans la version quatre cabines, disponible à la location sous les marques Moorings ou Sunsail, les deux coques sont ainsi aménagées, sans possibilité de cabine skipper, ce qui semble cohérent au regard de la taille. Les deux soutes avant restent donc libres pour du rangement, mais malgré le volume rassurant des étraves, on évitera de trop les charger en poids pour ne pas compromettre les belles performances aperçues lors de cette trop courte navigation.

Nautisme Article
Poste de barre© Chantier

Et en plus il peut se financer (presque) tout seul

Passez une demi-journée d’essai à bord du Leopard 42 et il vous prendra des envies de vacances, c’est inévitable. Vivant sous voiles, facilement manœuvrable dehors, plus que confortable dedans, offrant de multiples espaces à vivre en mer comme au mouillage, il va falloir réserver très vite ses semaines dans les flottes Sunsail ou Moorings qui en ont l’exclusivité à la location. Mais c’est aussi un candidat très crédible à un usage privé, notamment dans sa version 3 cabines, avec ou sans gestion-location. Le plan de financement de ce dernier nous a pourtant interpellé. Quatre mille Euros de revenu mensuel garanti, même lors de ces derniers mois de ‘crise’ insiste l’équipe, zéro frais et jusqu’à 12 semaines d’utilisation propriétaire annuelle, cela mérite de se poser sérieusement la question. Nous en reparlerons sûrement bientôt…

Nous avons aimé :

-          Performances agréables

-          Niveau de finition flatteur

-          Vision vers l’extérieur

Nous avons moins aimé :

-          L’arrière du roof gêne le pied droit du barreur

-          Angle vif entre porte d’entrée et fenêtre

-          Micro-ondes ‘Fisher-Price’

 

Prix Leopard 42 Standard : 409 000 Euros HT

Prix du bateau essayé : 623 975 Euros HT

Principales options :

Stores pour fenêtres : 5 197 Euros HT

Pack Electronique Raymarine : 13 686 Euros HT

Radar Digital Couleur : 4 867 Euros HT

Pack électrique 220 V : 7 636 Euros HT

2 Groupes de climatisation 16000 BTU : 18 955 Euros HT

2 winches électriques additionnels : 6 714 Euros HT

4 panneaux solaires 100 W : 6 075 Euros HT

Lave-linge séchant : 3 040 Euros HT

Coussins et assises de cockpit : 5 257 Euros HT

Cockpit © Chantier
Cabine propriétaire © Chantier
Cabine lumineuse © Chantier
Cabine propriétaire © Chantier
L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.