Essai Privilège Signature 580 : écrin design pour croisière luxueuse

Voiliers
Vendredi 20 août 2021 à 12h35

Après deux ans et demi de conception et de réalisation, Privilège a dévoilé ce printemps le deuxième opus de son programme Signature. Créé à partir d’une page blanche, le Privilège Signature 580 se veut l’héritier moderne d’une longue lignée de catamarans, dont le luxe et les qualités marines sont reconnus partout dans le monde.

©MULTI.media - François TREGOUET
Après deux ans et demi de conception et de réalisation, Privilège a dévoilé ce printemps le deuxième opus de son programme Signature. Créé à partir d’une page blanche, le Privilège Signature 580 se veut l’héritier moderne d’une longue lignée de catamarans, dont le luxe et les qualités marines sont reconnus partout dans le monde.

L'élégance et l'intégration

Chez Privilège, on prend le temps de bien faire. Ce numéro un est à l’eau depuis plusieurs semaines déjà, mais il ne sera livré à son heureuse propriétaire sud-américaine que dans un mois. Le temps de s’assurer que la perfection est bien cachée dans chaque détail. Qui plus est, l’intérieur du Signature 580 étant personnalisable à souhait, comme il est de tradition chez Privilège, le tempo se situe entre celui d’un navire custom et celui d’une production industrielle. La logique même de conception s’est rapprochée de celle des superyachts, le cabinet nantais Darnet Design déterminant les lignes extérieures en plus de son habituel travail sur les aménagements, mais surtout intervenant beaucoup plus en amont dans le process, en relation étroite avec l’architecte naval Marc Lombard.

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

Mis en valeur par une très belle peinture gris métallisé, le dessin des coques fait passer en douceur une hauteur de franc-bord pourtant généreuse. L’étrave légèrement inversée, un redan inférieur et une arrête à mi-hauteur, sculptent harmonieusement le bordé. Un très beau symbole de coopération réussie entre architecture navale et design. L’élégance et l’intégration de la ligne de hublots est également remarquable. Un travail qui se prolonge bien sûr au niveau du roof, pour faire passer avec style une hauteur de vitrage importante, dictée par la volonté d’offrir une vision panoramique depuis l’intérieur, que l’on mesure 1,60 m ou 1,95 m. Le bimini rigide prolongeant le roof, le choix du semi-fly et une hauteur de bôme raisonnable participent à réduire l’impact visuel du volume habitable, tout en affirmant le caractère marin du 580, indissociable de l’ADN de la marque.

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

Les larges jupes qui se prolongent au-delà du bordé sont une vraie invitation à monter à bord. La circulation sur l’ensemble du pont est à l’image de cette première impression : facile et sécurisante. Le cockpit est, comme il se doit désormais intégralement de plain-pied : accéder au pont est particulièrement aisé. Les marches en teck présentes sur les deux bordés allient le style à la solidité. Si le haut garde-corps inox est une option rassurante, le pavois rigide est quant à lui d’origine et contribue à positionner cette unité dans la catégorie des yachts. Le grand changement se situe à l’avant. Faisant fi des traditions, Privilège abandonne la cabine avant dans le rostre central pour aménager celui-ci en cockpit avant. Une disposition dont nous ne tarderons pas à profiter pour la pause déjeuner. Ensoleillé, à l’abri des regards lorsque le catamaran est amarré l’arrière à quai, avec une vue parfaitement dégagée en navigation qui nous permettra d’éviter de nombreux casiers, le cockpit bénéficie d’une évolution radicale offrant bien des avantages. Qui plus est, la suite propriétaire dispose d’un accès direct à cet espace privilégié. L’intégration de la porte étanche inclinée a dû nécessiter un important travail de conception mais l’objectif est atteint avec cet accès exclusif. L’ergonomie de l’escalier est fort agréable, montée et descente s’effectuant le plus naturellement possible compte tenu des multiples contraintes liées à son emplacement.

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

Une fois n’est pas coutume, c’est donc par la cabine propriétaire que nous allons découvrir l’intérieur du Privilège Signature 580. Occupant près de cinq mètres de la coque bâbord, 4,92 m très exactement, elle mesure 3,50 m dans sa plus grande largeur, ce qui vous donne une bonne idée du joli volume disponible. L’island-bed de 200 par 170 est positionné assez haut car, perpendiculaire à l’axe de coque, il doit ménager une hauteur de près d’un mètre au-dessus de l’eau. La vision vers l’extérieur est assurée par un hublot de coque qui s’étire sur plus de trois mètres, véritable écran géant sur la mer. Outre de nombreux rangements, l’espace disponible a permis de séparer les toilettes, sur l’avant, de la salle d’eau proprement dite avec douche séparée côté coursive. Chaque arrière de coque est occupé par une cabine invité disposant bien entendu de sa salle d’eau privative avec douche séparée, mais également d’une vue imprenable sur la mer avec un vitrage à la hauteur généreuse filant le long du bordé et se prolongeant à 90° vers la jupe. Comme il se doit, chaque Privilège est unique et avant même de parler customisation, les options chantier offrent une multitude de combinaisons possibles.

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

Un choix fort

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

Un choix fort est notamment à opérer en ce qui concerne la cuisine. Elle peut tout aussi bien être positionnée en nacelle ou dans la coque tribord, comme sur cette unité inaugurale. De dimensions généreuses, elle se prolonge sur l’avant par les quartiers de l’équipage qui sont composés de deux couchettes simples superposées, d’une salle d’eau et d’un carré privé, ici plutôt prévu en bureau. Libérée de la cuisine, la nacelle parait immense et en effet elle ne mesure pas moins de 14 m². Le carré à l’avant bâbord dispose du plus bel espace, mais le salon situé  à l’entrée sur tribord n’est pas en reste. La table à cartes fait, quant à elle, face à la route et les dimensions de son véritable tableau de bord sont parfaitement adaptées à l’instrumentation électronique et électrique moderne désormais incontournable sur un bateau de grand voyage.

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

Le mythique et long chenal des Sables d’Olonne n’est qu’une formalité pour ce catamaran, propulsé par les deux moteurs Yanmar de 110 CV en ligne d’arbre qui ont remplacé les 80 CV Saildrive standard. Une fois les jetées franchies, c’est à plus de 10 nœuds par une mer parfaitement lisse que le bateau file quand ils tournent à 3 000 tours. Cette première unité avoue pourtant 32 tonnes au peson. Toutes les options « lourdes » de la liste semblent avoir été cochées : climatisation, groupe, chauffage, deux dessalinisateurs, mât aluminium… « à l’exception du compresseur de plongée » s’amuse Gilles Wagner le CEO du chantier. Il faudra revenir essayer le numéro deux qui, lui, a opté pour un mât carbone, un gréement textile et des voiles membranes, qui devraient faire honneur aux jolies carènes dessinées par Marc Lombard.

Essai sous-voile

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

D’ici là et dans seulement quelques nœuds de vent, nous apprécions le volume généreux des étraves, leur brion émergé, laissant deviner un comportement très sain lorsque le vent monte. À mi-hauteur entre le pont et le fly, le poste de barre regroupe toutes les manœuvres. Bien protégé par le saute-vent et le T-Top beaucoup plus élégant que l’habituel bimini textile sur tubes inox, le skipper hisse la grand-voile, déroule les voiles d’avant, règle les écoutes sans beaucoup d’effort grâce aux deux généreux winches électriques présents. Même le rail d’écoute de la grand-voile automatique se règle du bout des doigts. Avec le tout petit Code Zéro dont est équipé notre modèle d’essai et un vent qui montera de 4 à 8 nœuds, au travers le Privilège Signature 580 navigue seulement un petit nœud sous la vitesse affichée à l’anémomètre. Avant que le vent ne monte dans l’après-midi, une pause déjeuner s’organise dans le cockpit avant. Le fond de l’air reste frais et l’équipage apprécie le soleil. L’occasion de noter la variété des espaces proposés et la circulation facile entre les uns et les autres, comme entre intérieur et extérieur. Après une séance photo, il est temps de reprendre la route vers notre port d’attache. Le vent monte progressivement et nous remontons au près à plus de 15 nœuds de vent apparent. La vitesse monte alors à plus de 6,5 nœuds alors que l’angle du vent apparent ne monte pas au-dessus de 40 degrés. À cette allure le cockpit arrière offre un excellent abri avec ses trois banquettes et ses deux bains de soleil latéraux fort accueillants. La vue y est d’autant plus belle que l’imposante annexe semi-rigide est restée au port, libérant la très grande plateforme hydraulique lui servant de support. Mais à l’heure d’affaler la grand-voile, c’est à l’étage supérieur que tout se passe et l’accès direct au roof depuis le poste de barre est particulièrement pratique.

Avec un intérieur moins clinquant que par le passé, au luxe plus sobre mais aussi plus contemporain, et un soin particulier apporté aux lignes extérieures, Privilège conforte son offre sur le marché étroit mais convoité de la grande croisière luxueuse. Désormais adossé au groupe allemand Hanse, le chantier a plus que jamais les atouts pour prospérer à l’international. Sur les sept premiers exemplaires déjà vendus, six acquéreurs sont extra-européens. Plus intéressant, 35 % des acquéreurs de Privilège étaient déjà clients de la marque. Une fidélité qui ne devrait pas être démentie avec le Privilège Signature 580, qui évolue plus qu’il ne rompt avec une tradition de luxe à la française fort séduisante.

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

On a aimé

- Elégance des lignes

- Vitrages toujours bien placés pour profiter de la mer

- Très beau cockpit avant avec accès suite propriétaire

On a moins aimé

- Déplacement important

- Mât carbone et grand gennaker souhaitables

- Liste d’options impressionnante

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

Fiche technique

Longueur HT : 18,65 m

Longueur : 17,90 m

Largeur : 9,18 m

Tirant d’eau : 1,75 m

Déplacement lège : 29 tonnes

Réservoir gasoil : 1 000 l

Réservoir eau : 1 000 l

Moteurs : 2 x 75 CV

Grand-Voile : 121 m²

Génois : 92 m²

Architecture navale : Marc Lombard

Design : Darnet Design

Prix standard : 1 740 000 € H.T.

Version essayée : 2 700 000 € H.T.

PRINCIPALES OPTIONS :

Peinture de coque : 65 500 € H.T.

Mât et bôme carbone, gréement kevlar : 215 500 € H.T.

Grand-Voile et Génois Hydranet : 29 200 € H.T.

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

 

Le Privilège 580 sera présenté pour la première fois en Europe au Yachting Festival de Cannes du 7 au 12 septembre.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.