Les aires éducatives, pour sensibiliser les enfants à l'environnement

Escales
Jeudi 14 octobre 2021 à 17h35

Plage de Cayeux-sur-Mer ©Wiki Média

Equipés d'un panier, des enfants récoltent des échantillons de plantes sur la plage de Cayeux-sur-Mer, d'autres examinent les déchets rejetés par la mer. Leur classe de CM1-CM2 participe à un programme pour sensibiliser les enfants à la nature et à la citoyenneté.

Ces 14 élèves de l'école Saint-Joseph parcourent le rivage de cette bourgade dans la Somme. Leur après-midi de cours a commencé par l'examen d'une photographie aérienne du littoral, avec les falaises d'Ault au sud de la ville, les galets qui ont fait la fortune de Cayeux-sur-Mer, les épis de béton construits pour protéger la ville des assauts de la mer.

Place ensuite au terrain. Encadrés par leur institutrice, Ivone Da Silva, et Sophie Helene, fondatrice de l'association SOS Laisse de mer, ils s'élancent sur le sentier du littoral au bout du chemin de planches.

"J'aime bien, ce n'est pas du travail", confie une des élèves, Eléonore, ravie de cette classe au grand air. Dans le panier qui passe de main en main s'accumulent des échantillons de plantes à étudier plus tard en cours. Sophie Helene fait goûter les fruits d'un petit arbuste, l'argousier et explique ses vertus désinfectantes. D'autres enfants traquent la présence de lapins ou de renards.

Les aires éducatives, marines ou terrestres, sont développées par l'Office français de la biodiversité (OFB). Le concept, né en 2012 aux Marquises de la volonté d'enfants de protéger la baie devant leur école, a depuis essaimé à travers toute la France. Il est ouvert aux classes de CM1 jusqu'à la 3e.

Le principe d'une aire éducative est d'avoir un petit territoire naturel géré par les écoliers via un "conseil des enfants", en partenariat avec différents acteurs présents sur le terrain (associations, municipalités, acteurs économiques...).

Ivone Da Silva a lancé sa classe dans l'aventure l'an dernier. Elle a renouvelé l'expérience avec plaisir à la rentrée. "J'y ai vu l'opportunité de lier toutes les compétences que je dois travailler avec les enfants: sciences, géographie, français... et des activités nature", explique l'institutrice. "Les enfants vivent sur un territoire extraordinaire qu'ils ne connaissent pas" et qu'ils découvrent par ce biais, poursuit-elle.

En 2020-2021, ils ont étudié l'exploitation industrielle des galets pour le BTP et imaginé un dispositif pour faire connaître le patrimoine de leur ville aux touristes, avec le soutien de la mairie, alors que le Covid-19 a compliqué les sorties sur le terrain.

"La logique du projet est de former des éco-citoyens", fait valoir Line Viera, du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d'Opale, qui fait partie de l'OFB. Les inscriptions sont ouvertes chaque année entre mars et juin. L'OFB dispose de 600.000 euros sur deux ans pour soutenir ces aires, par exemple par l'achat de matériel (loupes, jumelles...). L'Office met aussi les classes en contact avec des experts scientifiques ou des aires éducatives entre elles.

A partir de leurs observations sur le terrain et de leurs interrogations, les élèves vont déterminer leur projet pour l'année en cours.

"Pourquoi on jette dans la nature tous ces déchets, c'est ça ma question", s'interroge Timéo, en brandissant des bouts de filets de pêche qu'il a trouvés sur la plage au niveau de la laisse de mer, ces débris déposés par l'océan à marée haute, avant de les mettre dans un sac poubelle.

"La sensibilisation est fondamentale pour faire comprendre aux enfants qu'ils habitent un territoire splendide mais fragile", avec des terres très plates, les bas-champs, fait valoir Sophie Helene. En 1990, une forte tempête noyait la ville, avant que la digue soit renforcée.

"Les enfants apprennent mieux quand ils sont acteurs de leur apprentissage", complète Ivone Da Silva.

La méthode semble porter ses fruits. "Il faut à tout prix ramasser (les déchets), sinon ça pollue la terre et la mer", commente Timéo. Avec les aires éducatives, "on va dans la nature et on montre vraiment ce qu'il faut faire", développe le petit blond. "Et ne pas faire", complète sa camarade Chloé, couettes au vent.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…