Ifremer : 40 jours pour mieux comprendre la vie des profondeurs

Mardi 16 janvier 2018 à 07h08

Du 27 janvier au 11 mars, une équipe de scientifiques coordonnée par l’Ifremer embarque à bord du navire océanographique "Pourquoi pas ?". Objectif : plonger à plus de 3500 m de fond pour étudier les organismes vivants autour des sources hydrothermales, avec des questions sur leur cycle de vie et leur capacité de dispersion - colonisation.


L’océan profond, au-delà de 1000 m de profondeur, représente 79% du volume de la biosphère marine. C’est le plus grand écosystème de la planète, mais c’est un environnement difficile d’accès, l’un des moins bien connus de la planète. Pourtant, il pourrait être concerné à moyen terme par des activités humaines, étant donné l’intérêt suscité par les ressources minérales profondes.

Dans ce contexte, il importe de mieux connaître ces milieux, en particulier pour les préserver. L’Ifremer pilote la campagne en mer BICOSE2 (Biodiversité, interactions, connectivité et symbioses en milieux extrêmes) en collaboration avec l’UPMC (Université Pierre et Marie Curie), le Muséum national d’histoire naturelle et l’Institut océanographique méditerranéen, campagne qui se déroulera sur la dorsale atlantique.

Le premier volet de cette campagne, mené début 2014, a permis de cartographier avec une grande précision la zone d’étude, mais aussi d’effectuer pour la première fois des prélèvements microbiologiques sur des sites hydrothermaux inactifs. La campagne BICOSE2, qui aura lieu du 27 janvier au 11 mars, permettra d'une part de compléter les données acquises en 2014 en termes de caractérisation des habitats et de biodiversité associée et d'autre part de répondre à de nouvelles questions émergentes sur les espèces observées, comme la crevette Rimicaris exoculata. Ces questions portent notamment sur le cycle de vie des espèces profondes et leur capacité de dispersion - colonisation.

L’étude de la biodiversité des grands fonds présente de nombreux intérêts. Elle permet de comprendre une origine possible de la vie et les limites de fonctionnement d'écosystèmes méconnus de notre planète. De plus, elle ouvre la voie vers l’utilisation de cette biosphère extrême pour produire de nouvelles molécules d’intérêt économique et sociétal (enzymes, médicaments ou antibiotiques par exemple).

 

A lire aussi :

Le Musée de la Marine fermé pour rénovation : que va-t-il devenir ?

A quel moment l'eau de mer est-elle la plus froide ?


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction