Essai Samana 59 : voyage ou charter en première classe

Voiliers
Lundi 11 janvier 2021 à 9h10

Fountaine Pajot continue le renouvellement de sa gamme à un rythme impressionnant. Fin 2020 ce n’était pas une mais deux nouveautés qui étaient lancées. Aux côtés de la nouvelle entrée de gamme nommée Isla 40, c’est à l’autre bout du spectre que le Samana vient seconder le flagship Alegria 67. Pas étonnant donc d’en retrouver le design signé Berret Racoupeau Yacht Design jusque dans ses aménagements. Ne restait plus qu’à l’essayer sur l’eau, ce que Figaro Nautisme a eu le privilège de réaliser.

Fountaine Pajot continue le renouvellement de sa gamme à un rythme impressionnant. Fin 2020 ce n’était pas une mais deux nouveautés qui étaient lancées. Aux côtés de la nouvelle entrée de gamme nommée Isla 40, c’est à l’autre bout du spectre que le Samana vient seconder le flagship Alegria 67. Pas étonnant donc d’en retrouver le design signé Berret Racoupeau Yacht Design jusque dans ses aménagements. Ne restait plus qu’à l’essayer sur l’eau, ce que Figaro Nautisme a eu le privilège de réaliser.

Dans le port de Bandol, la hauteur du mât permet de repérer de loin le Samana 59, et de le classer très indéniablement parmi les grandes unités. Avec son vrai flybridge et son bimini rigide, la ligne aurait pu être massive. Mais designer et chantier ont réussi à faire passer la hauteur de franc-bord tout en douceur, entre sculpture soignée des surfaces et jeu de couleurs de gelcoat. Depuis l’arrière, les larges jupes reliées entre elles par une plateforme hydraulique rendent l’accès à bord plus qu’aisé. La version proposée à l’essai étant dite « Galley Down » les assises ne manquent pas au niveau de la plateforme, entre cockpit et carré, à peine séparés par une immense baie vitrée coulissante ‘toute largeur’. Mieux, vers l’avant, le carré s’ouvre par une solide porte étanche, sur un grand cockpit avant assez inhabituel chez le constructeur Rochelais. Partout la sellerie est une invitation au farniente, une petite cuisine extérieure et un bar intérieur permettant de se sustenter entre deux repas.

Nautisme Article
© François Tregouet

Au niveau supérieur, le flybridge, qui accueille le poste de barre principal et la quasi-intégralité de toutes les manœuvres, est exposé au vent apparent en navigation. Pourtant, depuis la barre à roue centrale l’impression de tout pouvoir contrôler est prégnante. La vue est, directe sur les étraves, via les caméras sur les jupes via l’écran géant Garmin, immédiate en levant la tête vers les voiles. Les winches sont à portée de main, voir au bout des doigts quand ils sont électrifiés comme ici. Les 30m² « habitables », deviendront vite le lieu de vie privilégié au mouillage entre grands bains de soleil arrière, carré et cuisine d’extérieur au centre, à l’ombre du bimini rigide, plus indispensable qu’esthétique.

Nautisme Article
© François Tregouet

Mais dans le petit temps qui caractérise cet après-midi d’essai, nous ne sommes pas gênés par le vent apparent. Nous apprécions plutôt la facilité avec laquelle cette unité imposante s’extraie du dédale portuaire, puis les 8.5 nœuds de vitesse de croisière au moteur, les deux Volvo 150CV étant sollicités pour rejoindre un soupçon de brise thermique de l’autre côté de la baie. Un léger souffle que nous finirons par trouver. Certes il restera toujours inférieur à 15 nœuds, mais cela suffit largement pour naviguer à la voile à plus de 8 nœuds, voire 10 nœuds une fois le gennaker déroulé, en ayant abattu jusqu’à 120 degrés du vent apparent. Dans ce temps de demoiselle, le Samana 59 fait preuve d’une réactivité sous voile vraiment intéressante.

Nautisme Article
© François Tregouet

Une fois à l’intérieur, les hauts vitrages entourant la nacelle comme les hublots de bordé généreux permettent de continuer à profiter de l’environnement. Afin de répondre aux multiples programmes possibles pour une telle unité, les concepteurs ont imaginé trois versions, proposant jusqu’à 6 cabines et 4 salles d’eau qui pourrait séduire les loueurs haut de gamme. Dans ce cas, l’aménagement des deux pointes avant pour l’équipage sera une option certainement très prisée. Mais le couple ayant acquis cette unité inaugurale a choisi la version Maestro Lounge. A tribord, les deux tiers-arrière de la coque sont dédiés à la suite propriétaire. Elle bénéficie d’un accès direct à la jupe arrière, tout comme la cabine arrière-bâbord. Dans le prolongement de la grande cuisine celle-ci sera plutôt dédiée à l’équipage ou aux enfants avec ses deux couchettes simples superposées. L’avant des coques est occupé par deux cabines invités rigoureusement identiques, avec leurs salles d’eau bien sûr privatives. Leur décoration soignée, est signée Isabelle Racoupeau, comme tout l’intérieur de cette unité.

Nautisme Article
© François Tregouet

Le soleil descendant sur l’horizon, on quitte le bord à regret. Au moins n’aurons-nous pas à tirer au sort qui profitera de la magnifique suite propriétaire. Nous nous éviterons aussi le délicat choix du lieu adéquat pour partager un verre, tant les espaces extérieurs de détente sont nombreux et accueillants. Passer une semaine (ou plus) à bord du Samana 59 relève sans aucun doute d’une expérience proche de l’hôtellerie de luxe. Alors, même s’il est manœuvrable par un couple de propriétaire, il devrait souvent accueillir un équipage professionnel, prenant un soin tout particulier à faire de vos croisières un souvenir vraiment inoubliable.

Nautisme Article
© François Tregouet

Fiche technique :

Longueur HT : 18,78 m

Largeur HT :  9,46 m

Poids lège : 28 200 kg

Tirant d’eau : 1,65 m

Surface GV : 116 m²

Surface Génois : 88 m²

Motorisation Std : 2 x 110 CV

Réservoirs Eau : 1 150 litres

Réservoirs Gasoil : 1 200 litres

Catégorie CE : A – 16 personnes

Architecte : Berret Racoupeau Yacht Design

Prix standard (Maestro) : 1 338 078 Euros HT

Prix du modèle essayé : 1 973 870 Euros HT

Principales options :

Nautisme Article
© François Tregouet

Cuisine en bas – carré lounge et couchettes superposées à l’arrière-bâbord : 50 000 Euros HT

Version Grand Large : 28 000 Euros HT

Version Oceanic : 90 000 Euros HT

Version Confort : 108 000 Euros HT

Motorisation Volvo 2 x 150 CV : 4 400 Euros HT

Hard Top : 62 700 Euros HT

Cockpit teck : 18 800 Euros HT

Pointe avant cabine + toilettes équipage : 19 200 Euros HT

Nautisme Article
© François Tregouet

Les +

Vastes espaces extérieurs accueillants

Ligne élégante malgré la hauteur

Aménagements luxueux et à la carte

Nautisme Article
© François Tregouet

Les  –

Supports de bimini rigide un peu rustiques

Quelques finitions de menuiseries à améliorer en série

Equipage pro indispensable ?

© François Tregouet
© François Tregouet
© François Tregouet
© François Tregouet
© François Tregouet
© François Tregouet
© François Tregouet
L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.