Essai du Dufour 530, polyvalent avec élégance

Voiliers
Lundi 14 décembre 2020 à 13h04

Dufour est incontestablement un chantier emblématique de la plaisance française depuis plus de 55 ans. Il a ses propriétaires inconditionnels de la marque, qui ne songeraient à remplacer leur Dufour que par un autre. Si c’est bien en pensant à eux qu’a été créé ce nouveau modèle, ce dernier devrait séduire bien au-delà des fidèles du logo à l’ancre, désormais très stylisée. Un voilier à la fois moderne et élégant, qui se veut très polyvalent, rassemblant en une seule unité les atouts des traditionnelles gammes Grand Large et Performance.

Dufour est incontestablement un chantier emblématique de la plaisance française depuis plus de 55 ans. Il a ses propriétaires inconditionnels de la marque, qui ne songeraient à remplacer leur Dufour que par un autre. Si c’est bien en pensant à eux qu’a été créé ce nouveau modèle, ce dernier devrait séduire bien au-delà des fidèles du logo à l’ancre, désormais très stylisée. Un voilier à la fois moderne et élégant, qui se veut très polyvalent, rassemblant en une seule unité les atouts des traditionnelles gammes Grand Large et Performance.

L’architecte Umberto Felci a le coup de crayon fluide et la performance sous voiles chevillée au corps. Pas étonnant donc que depuis deux décennies lui et Dufour aient associé leurs noms pour signer une gamme allant de 30 à 60 pieds, dans laquelle ce tout nouveau 530 s’intègre parfaitement, tout en développant de nouveaux atouts. Il se décline en trois versions : Easy orientée location charter proposant jusqu’à 6 cabines, Ocean, celle que nous avons essayée, plus tournée vers les propriétaires privés et la grande croisière, et enfin la version Performance pour les afficionados de la régate.

La très grande largeur au tableau arrière

Nautisme Article

Au premier coup d’oeil, le franc-bord paraît raisonnable, tout comme la hauteur du roof, l’ensemble donnant de belles proportions élancées. Sur le pont, le pavois rigide est rassurant et le travail du teck d’une esthétique remarquable. Mais c’est dans son tiers arrière que le 530 concentre de nombreux signes d’appartenance à la gamme Dufour, le tout agrémenté de quelques très belles idées. En premier lieu, il faut noter la très grande facilité de circulation entre cockpit et passavants, grâce à l’espace et à la marche prévus entre postes de barre et banquettes. La marche bâbord intègre d’ailleurs la prise de quai et même son câble en navigation. Les rangements sont nombreux, y compris dans le coffre central arrière, une excellente idée initiée sur les plus grands modèles de la marque. Pratique pour ranger donc, mais aussi se caler, car même si des calepieds relevables ont été prévus pour le barreur, la très grande largeur au tableau arrière, pourrait être impressionnante à la gîte. Enfin, elle se prolonge dans la jupe par une véritable cuisine d’extérieur, un autre marqueur devenu incontournable sur un Dufour, et qui ravira certainement les adeptes de la pêche avec sa plancha et son évier. Pour préserver l’esthétique sans oublier le pratique, les bossoirs se font télescopiques et disparaissent intégralement lorsqu’ils ne soutiennent pas l’annexe.

Un plan de voilure optimisé pour l'IRC

Nautisme Article

Soleil, 15 noeuds de vent d’ouest-nord-ouest, mer belle à peu agitée, les conditions sont idéales pour cet essai dans le Pertuis Rochelais. Nous ne sommes que deux à bord mais cela ne nous inquiètera pas longtemps. Propulseurs avant et arrière, safran dans l’axe de l’hélice, les manoeuvres de port se révèleront être une formalité. Quant au plan de voilure, il se manie intégralement depuis le cockpit, qui plus est, le plus souvent à l’abri de la très grande capote de roof. Certes le triangle avant n’est pas immense, mais dans le petit temps il ne sera pas compliqué d’établir un Code 0 beaucoup plus performant qu’un génois. Le solent quant à lui sera utilisé jusqu’à plus de vingt noeuds, sans l’enrouler, et donc dans les meilleures conditions possibles. Un choix très cohérent que viendra idéalement compléter un spi ou un gennaker pour les allures portantes. Un plan de voilure optimisé pour l’IRC et des appendices fignolés par Umberto Felci donnent le sourire au barreur. Installé derrière l’une des deux barres à roue composite, il faut avouer que l’on se régale des sensations directes renvoyées par le seul et unique safran. S’il est moins stable qu’un bi-safran, il est plus « parlant » et moins pénalisant dans le petit temps. Il faut dire qu’à seulement 30 degrés du vent apparent le fier voilier file déjà 7,5 noeuds sans plus d’attention aux réglages que ne le ferait un plaisancier en balade.

Dans la version trois cabines, la cabine avant est la pièce maîtresse

Nautisme Article

À l’intérieur, le chêne blond (Moabi en standard) renvoie avec chaleur la lumière qui entre à flot par les très nombreux hublots. Entre la largeur de près de 5 mètres et une hauteur sous barrot qui ne descend sous les 2 mètres que dans les cabines arrière, le volume disponible est visible dès le pied posé sur la première marche de la descente. La trame d’aménagement respecte le schéma défendu par Dufour et qui ne manque pas d’arguments avec une cuisine toute largeur positionnée assez en avant, presque au pied du mât. Elle bénéfi cie ainsi de dimensions généreuses et deux détails ont retenu notre attention. Pratique : les réfrigérateurs positionnés dans l’axe ne souffriront pas d’une ouverture même par forte gîte. Classieux : le rangement pivotant pour la cafetière qui disparaît dans son équipet en navigation. L’ensemble carré-salon-table à cartes occupe ainsi la partie la plus large. Le travail d’ébénisterie de la table est remarquable dans son déploiement, les supports inox siglés Dufour, tout comme les interrupteurs. Ils illustrent le soin apporté à de nombreux détails de finition qui positionnent assez haut sur le marché cette unité. Dans la version trois cabines qui nous est présentée, la cabine avant est bien sûr la pièce maîtresse. Seule une navigation au moteur face à un clapot court pourrait la rendre inconfortable, les sections relativement planes de la carène tapant à intervalles réguliers. Mais quel volume ! Située en arrière de la soute à voile (potentiellement transformable en cabine skipper), elle est dotée d’un lit dont la tête au capitonnage cossu mesure 140 cm, le matelas 180 cm au plus large sur 195 cm de long. Et quelle luminosité ! Le hublot frontal en L est devenu indissociable de tout Dufour et c’est une très bonne nouvelle.

Nautisme Article

Dufour Yachts désormais adossé au groupe Fountaine-Pajot, est plus que jamais en capacité de développer sa gamme de bateaux à la fois marins, élégants et performants. Nul doute que le Dufour 530 ferait la fierté de Michel Dufour, lui qui avec le Sylphe fut le pionnier des voiliers polyesters. Véritable petit yacht, le Dufour 530 ne renie rien des fondamentaux de la marque, mais en propose au contraire une version contemporaine très séduisante. De quoi lui donner de nouvelles ambitions à l’export qui représente déjà 60% des ventes de la marque. Alors pour faire encore mieux, c’est dans la conquête de l’Amérique que le Dufour 530 ambitionne d’être le fer de lance.

Notre avis

Une réussite à la fois esthétique et vélique. Le Dufour 530 en offre énormément pour sa taille. Chantier et architecte ont réussi à lui donner une personnalité moderne dans la continuité des traditions maison, visibles au travers de multiples détails de finition, d’ergonomie ou d’aménagement.

Nautisme Article
© François Tregouet

Les +

- Un voilier sachant s’adapter à de nombreux programmes

- Il sait allonger la foulée avec élégance

- Un ensemble cockpit-jupe très bien pensé

Les -

- Des bailles à bout dans la descente seraient les bienvenues

- Quelques détails de finition seront revus sur les voiliers de série

- Une longue liste d’options qui demande un accompagnement éclairé

Nautisme Article
© François Tregouet

Fiche technique

Longueur hors-tout : 16,35 m

Maître bau : 4,99 m

Déplacement lège : 16 193 kg

Tirant d'eau : 2,80 m

Réservoir carburant : 440 l

Réservoir eau : 740 l

Motorisation : 75 ch

Génois : 59,50 m2

Grand-voile : 65,50 m2

Constructeur : Dufour (France)

PRIX

à partir de 300 700 € HT

version essayée : 526 464 € HT

Quelques options :

- Propulseur étrave rétractable 12 900 € HT

- Propulseur AR rétractable 12 900 € HT

- Pack électronique Cruising 15 500 € HT

- Passavants teck 16 040 € HT

Retrouvez cet essai et de nombreux autres dans notre hors-série Yachting 2020 à lire et relire en ligne !

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.