Passion du bois : le Chantier Naval Gilbert Pasqui

Voiliers
Mercredi 10 février 2021 à 5h25

Dans l’univers des bateaux classiques, le Chantier Naval Pasqui, localisé sur le site majestueux du Port de la Darse à Villefranche-sur-Mer, résonne comme une référence en matière de restauration de bateaux et de construction de mât en bois. Une réputation qui est désormais très internationale.

©Gilles Chiorri
Dans l’univers des bateaux classiques, le Chantier Naval Pasqui, localisé sur le site majestueux du Port de la Darse à Villefranche-sur-Mer, résonne comme une référence en matière de restauration de bateaux et de construction de mât en bois. Une réputation qui est désormais très internationale.

Le fondateur du chantier éponyme, Gilbert Pasqui, est un personnage emblématique et passionné, dont l’œil malicieux s’anime immédiatement dès lors que l’on parle de bateaux, de structure en bois, d’histoires maritimes et de courses à la voile. Nous l’avons rencontré dans son atelier, dans un échange sincère et chaleureux lié à 35 ans de relations amicales.

Aller à la rencontre de Gilbert Pasqui c’est rencontrer un personnage authentique, il faut dire que Gilbert a choisi, non sans clin d’œil, d’installer son chantier dans ce lieu hautement symbolique, chargé d’histoires maritimes : le Port de la Darse. En effet dès le XVIIIème siècle, la Darse devient un véritable arsenal équipé de magasins, d’un hôpital pour les galériens, d’une caserne et d’une corderie. Encore aujourd’hui ce port est directement hérité du temps de la marine à voiles, et si les différents bâtiments en témoignent, l’activité du Chantier Naval Pasqui perpétue désormais l’histoire du site.

Nautisme Article
© Gilles Chiorri

Et c’est au sein de deux voutes des bâtiments historiques, impressionnantes par ses dimensions (l’une mesure en profondeur près de 40 mètres), que le Chantier Naval Pasqui intervient sur de nombreux bateaux dont la liste est un véritable inventaire à faire rêver un conservateur de musée maritime, pour ne citer que quelques noms : Tuiga, Moonbean III, Mariska, Halloween, Orion, Rowdy, Apache, Zaca, Altair…

La taille n’importe pas pour Gilbert et ses compagnons, qui œuvrent avec passion et détermination pour conserver en état de naviguer, voire de régater au plus haut niveau, ce riche patrimoine maritime dont certaines unités sont plus que centenaires, dont Tuiga (1909) du Yacht Club de Monaco.

Nautisme Article
© Gilles Chiorri

Il y a certes le savoir-faire du chantier, mais Gilbert apprécie d’une manière plus subtile, la relation humaine avec les armateurs et les équipages, qui est aussi un aspect déterminant dans son approche du métier, sa motivation et la fierté qui se dégage en évoquant son activité. Nombreux sont les clients qui reviennent d’une manière régulière pour confier au chantier l’entretien ou la restauration de leur bateau classique.

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le Trophée Pasqui est né, rendez-vous annuel d’une flotte de bateaux classiques (jusqu’à 40 unités), lors d’un événement nautique où régates et festivités se confondent pour célébrer le plaisir de voir ces unités naviguer toutes ensemble sous le patronage de Gilbert.

Au-delà de la restauration des coques, l’une des grandes expertises du chantier porte donc sur la construction d’espars en bois (mâts, bôme, beaupré, mât de flèche, etc…). Pour cela deux essences de bois sont principalement utilisées dans ce type de construction.

Nautisme Article
© Gilles Chiorri

D’une part le Spruce, qui est un épicéa, et dont le bois est tendre et homogène. A noter qu’il est également convoité en lutherie pour la réalisation des tables d'harmonie des pianos, harpes, violons, mais aussi en archerie pour la fabrication de flèches, du fait de sa grande rectitude et de sa faible sensibilité aux variations thermiques et hygrométriques.

Et d’autre part le Douglas, qui dispose de très bonnes qualités mécaniques, associée à des fortes sections et de grandes longueurs disponibles qui se prêtent bien aussi à la fabrication de mât.

Ces deux essences proviennent principalement d’Amérique du Nord (Côte Ouest du Canada), et Gilbert ne cache pas que l’approvisionnement de lot de qualité fait partie du savoir-faire du Chantier Naval Pasqui. Au gré de la visite on aperçoit d’ailleurs le stockage très minutieux des différentes essences dans l’attente d’être façonnées et assemblées.

Nautisme Article
© Gilles Chiorri

L’art de construire un mât en bois performant repose sur les mêmes critères que les mâts modernes, c’est-à-dire légèreté, raideur, inertie et évidemment solidité. Si à l’ère du carbone cela semble facile avec ce matériau en intégrant différents tissus (grammage et orientation des fibres), ces critères sont beaucoup plus subtils à réunir avec un matériau naturel qu’est le bois.

Parfois un architecte naval (souvent Jacques & Nicolas Fauroux pour les bateaux de jauge métrique) assiste Gilbert et ses compagnons dans l’étude et la fourniture de plan de réalisation des espars, il y a aussi une maitrise des scarfs (pour faire simple il s’agit de la technique d’assemblage des différents morceaux par découpe en biseaux), ainsi que des différents collages et contre-collages associés. L’objectif étant de réaliser un profil de mât creux, disposant des qualités attendues (solidité, nervosité, légèreté et longévité). Lors de la visite au chantier, le grand mât (26 mètres) de la goélette Orianda était en cours de fabrication, Steve et un autre charpentier de marine œuvrait très minutieusement au collage en cours. Sur certaines phases près de 300 serre-joints sont utiliser pour assurer les collages.

Il y a quelques mois le nouveau mât du plan Fife de 28,40 mètres Sumurum a été livré à Brest au Chantier du Guip, soit un espar de 37 mètres de long (cf. photo d’illustration), sans doute l’un des plus grands mâts construits par le chantier, avec le grand mât de Zaca a te Moana (46 mètres).

Nautisme Article
© Gilles Chiorri

Aujourd’hui à 72 ans et après 57 années de travail, Gilbert a anticipé depuis plusieurs années la transmission du métier à Steve et Laurent, qui ont démarré l’activité comme apprentis avec Gilbert voici vingt ans, et qui sont aujourd’hui devenus les futurs repreneurs. Tous deux disposent aujourd’hui du savoir-faire et des qualités humaines pour assurer pleinement la continuité d’activité avec la même passion et ferveur…

Nota : Le Chantier Naval Gilbert Pasqui est labellisé « Entreprise du Patrimoine Vivant », et son fondateur est Maitre Artisan en Métiers d’Arts et Chevalier des Arts et des lettres.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.