Société Nautique de St-Tropez « La prochaine régate sera les Voiles de Saint-Tropez, si on nous autorise à l'organiser »

Régates
Samedi 2 mai 2020 à 6h40

Entretien avec Tony Oller, Président de la Société Nautique de Saint-Tropez depuis plus de deux ans maintenant, qui nous parle de l'organisation de la Société Nautique, l'impact sur le calendrier des régates et nous donne rendez-vous en septembre pour les Voiles !

©Rene Catino
Entretien avec Tony Oller, Président de la Société Nautique de Saint-Tropez depuis plus de deux ans maintenant, qui nous parle de l'organisation de la Société Nautique, l'impact sur le calendrier des régates et nous donne rendez-vous en septembre pour les Voiles !

Quelle est la situation pour la Société Nautique actuellement ? « Depuis le 16 mars, nous avons annulé toutes les régates, tout le personnel a été en chômage partiel en attendant la fin du confinement. Le Premier Ministre a annoncé que le chômage partiel sera maintenu jusqu’au 1er juin, sauf que pour nous les régates reprennent avec les Voiles de Saint-Tropez le 26 septembre, il n’y a pas de régates en juillet et août puisque le port est plein à cette période. Ces mesures ont un aspect économique qui risque de nous fragiliser car nous n’avons aucune activité en été, et tout de même cinq employés. »

Quel est le prochain rendez-vous sur l'eau ? « La prochaine régate sera les Voiles de Saint-Tropez, si on nous autorise à l'organiser. Alors on essaye d’anticiper, même si on navigue à vue… Nous ne savons pas si on pourra ouvrir un village, si nous pourrons naviguer même si je pense que oui d’ici là. Nous sommes en train de travailler sur plusieurs options : une option « normale » avec une capacité d’accueil de 2 500 personnes dont je doute fort, une capacité de 1 000 personnes dont je doute aussi, une capacité à 500 et une à zéro… Le problème qui va se poser dans le dernier cas est celui des partenaires exposants qui couvrent les Voiles et qui ont besoin de visibilité. Malgré la situation, on note que les demandes d’invitations sont supérieures à l’année dernière, à la même période. Nous sommes à 250 contre 180 il y a un an. Il y a une volonté des bateaux de participer ! Je pense que la participation sera forte car les bateaux n’auront pas pu régater sous d’autres formats. Ils vont répondre présents aux Voiles. La problématique est vraiment l’organisation à terre : le Village, la soirée des équipiers, le défilé des équipages…  C’est ce côté festif qui risque de pâtir selon les mesure qu’on nous imposera. »

Toutes les autres régates avant les Voiles sont donc annulées, pas reportées ? « Oui nous avons décidé d’annuler car ce sont des régates assez lourdes en termes d’organisation. Début mai devait se dérouler Les Dames de Saint-Tropez sauf que les bateaux sont un peu éclatés en Méditerranée ou dans les chantiers navals en préparation et comme ils étaient quasiment tous fermés, les travaux sur les bateaux classiques n’ont pas pu avancer. Et même si on déplaçait la course fin mai-début juin, tous les bateaux n’auraient pas été prêts. De plus nous ne connaissons pas les mesures de déconfinement pour les étrangers et nous n’avons aucune certitude qu’ils puissent participer.

Après il y avait les 900 Nautiques, une course un peu plus locale, mais n’ayant aucune certitude sur les mesures de confinement et d’interdiction de navigation nous avons préféré annuler. D’autant que c’est une course très lourde d’un point de vue organisation : on loue des balises pour équiper les bateaux en géolocalisation, on fait déplacer du monde pour vérifier les bateaux… On va essayer de la reporter fin juin, de la transformer de 900 à 400 nautiques mais là, quid des autorités maritimes ? Nous avons besoin de l’accord de la Préfecture maritime.

Ensuite le Trophée Bailli de Suffren, avec des participants internationaux, qui va jusqu’à Malte et qui fait un peu tout le tour de la Méditerranée a été annulé également.

Quant à la Rolex Giraglia, nous sommes co-organisateurs mais le Yacht Club Italiano a pris une sage décision en concertation avec Rolex d’annuler la course. Les bateaux qui participent sont des Formule 1 des mers ! Cela demande des semaines de préparation à chaque régate donc ils n’auraient pas été prêts. »

Quel est l'impact d'un point de vue financier ? « D’un point de vue financier, il y a un impact qui reste minime par rapport à l’économie parallèle autour des régates (hôtels, restaurants). C’est pour cela que l’on tient à maintenir les Voiles de Saint-Tropez, déjà pour changer les idées aux gens et leur donner un objectif pour l’après-saison. Psychologiquement c’est très important pour tout le monde, les concurrents et les commerçants ! Pour la Société Nautique, nous avons des sponsors qui sont solides et qui nous suivent. Le vrai souci que j’ai c’est pour l’économie annexe aux régates… »

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.