Rolex Middle Sea Race : du grand spectacle !

Course au large
Lundi 26 octobre 2020 à 16h05

La Rolex Middle Sea Race exige toujours des marins de toutes générations qu'ils répondent aux normes les plus élevées. Cette année, la 41e édition, a profondément démontré l'effort humain nécessaire pour réussir et a offert une compétition passionnante qui s'est terminée par un succès consécutif pour le vainqueur de la course de l'année dernière.

La Rolex Middle Sea Race exige toujours des marins de toutes générations qu'ils répondent aux normes les plus élevées. Cette année, la 41e édition, a profondément démontré l'effort humain nécessaire pour réussir et a offert une compétition passionnante qui s'est terminée par un succès consécutif pour le vainqueur de la course de l'année dernière.

Gagner une fois une course au large de 600 miles est un exploit. Revenir pour conquérir le même sommet une seconde fois est souvent encore plus difficile. Après des années de persévérance et d'amélioration continue, l'équipage du yacht maltais Elusive 2 a remporté la course de l'année dernière avec beaucoup d'émotion. Les frères Maya, Aaron et Christoph Podesta avaient été inspirés à se lancer dans la voile par l'enthousiasme et les encouragements de leur défunt père Arthur, 35 fois concurrent de la Rolex Middle Sea Race.

La course de cette année a posé de nouveaux défis. La préparation a nécessité la même méthode que les années précédentes, mais dans des circonstances complexes. Sur l'eau, les conditions ont présenté un examen contrasté par rapport à celles des 12 mois précédents. "Cette course est une question d'endurance physique et de résistance mentale", a expliqué Aaron Podesta. "L'année dernière, c'était un mélange des deux. Cette année, les conditions météorologiques légères ont rendu la course mentalement difficile à chaque coin de rue". La récompense de leur engagement inébranlable a été de fixer un temps de course corrigé que leurs rivaux ne pouvaient pas battre.

Les succès consécutifs sont rares dans ce genre de course. Il n'a pas été atteint à la Rolex Sydney Hobart Yacht Race depuis 1965 et à la Rolex Fastnet Race une seule fois depuis 1957. Lors de la Rolex Middle Sea Race, le dernier équipage à y parvenir a été le Nita IV de Nello Mazzaferro, venu d'Italie en 1980.

Les honneurs de la ligne : des arrivées serrées

Lors des cinq dernières éditions de la Rolex Middle Sea Race, l'équipage de l'Américain Maxi Rambler avait dominé les honneurs de la ligne des monocoques dans une poursuite acharnée du record de course établi en 2007. Cette année, la course n'avait pas de favori évident, ni de point de référence évident pour les premiers. À quelques milles de la fin de la course, la victoire restait dans la balance. Deux voiliers s'étaient détachés et, fait fascinant, tous deux étaient originaires de Pologne et de taille et de conception similaires. I Love Poland, skippé par Grzegorz Baranowski, a mené pendant une grande partie de la course, mais à l'entrée du canal de Comino Sud, à l'extrémité nord-ouest de Malte, son rival E1 a pris l'avantage.

Nautisme Article

"Nous sommes très heureux. C'était une combinaison de travail d'équipage parfait, de navigation parfaite et d'un peu de chance", a expliqué un Baranowski ravi. Tout comme Elusive 2, I Love Poland a en son sein une jeunesse inspirante. "Notre bateau est un programme gouvernemental spécial pour les jeunes marins qui veulent apprendre la voile au large", a poursuivi M. Baranowski. "Pour eux, cela a été une expérience parfaite. Ils savent maintenant qu'il faut se battre jusqu'au bout. Ils s'en souviendront pour toujours." Avec près de 48 heures de retard sur le record de la course, le temps écoulé de I Love Poland, soit trois jours, 23 heures, 58 minutes et cinq secondes, démontre que la course de cette année a été un véritable test de patience. Elle devient le premier yacht polonais à remporter les honneurs de la ligne d'arrivée d'une grande course de 600 milles et le fait avec la marge de victoire la plus étroite de l'histoire de la Rolex Middle Sea Race.

Le mémorable concours de la ligne d'honneur des monocoques a suivi le spectacle dramatique pour le titre des multicoques. Deux voiliers italiens - Maserati Multi70 et Mana - se sont affrontés en Sicile avant que le premier n'établisse un avantage à Lampedusa, qui a été tenu jusqu'à l'arrivée. La marge de victoire du Maserati Multi70 était de 15 minutes.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.