Vendée Globe : demain l'Equateur ?

Course au large
Mardi 17 novembre 2020 à 17h17

Entre Jérémie Beyou, sur le point de repartir des Sables d’Olonne, Nicolas Troussel qui se dirige au moteur vers le Cap Vert, Sébastien Destremau, encalminé au large des Canaries ou Alex Thomson, premier à s’immiscer dans le Pot au Noir, ce n’est plus du tout la même chanson. Une première page va être tournée par les leaders qui en ont bientôt terminé avec l’hémisphère Nord. Le passage de l’équateur est prévu pour demain.

©Alex Thomson / Hugo Boss
Entre Jérémie Beyou, sur le point de repartir des Sables d’Olonne, Nicolas Troussel qui se dirige au moteur vers le Cap Vert, Sébastien Destremau, encalminé au large des Canaries ou Alex Thomson, premier à s’immiscer dans le Pot au Noir, ce n’est plus du tout la même chanson. Une première page va être tournée par les leaders qui en ont bientôt terminé avec l’hémisphère Nord. Le passage de l’équateur est prévu pour demain.

De Madère, où navigue Fabrice Amedeo, au Pot au Noir, abordé par la tête de course, la cohorte du Vendée Globe s’étire sur une immense file de 1600 milles (2900 km). Presque toute la flotte est entrée dans la bande d’alizés et profite  au portant de vitesses élevées. Presque : ce petit mot qui fait toute la différence… Dans l’Ouest des Canaries, cinq concurrents poursuivent leur épreuve de patience dans les calmes.

Comme des fleurs dans le pot ?

En fin de matinée, l’homme de Gosport – le lieu de résidence d’Alex Thomson, dans le sud de l’Angleterre – a fait le premier son entrée dans la zone de convergence intertropicale, plus communément appelée Pot au Noir. Cette étendue maritime qui sépare les deux hémisphères, est une frontière où entrent en collision les alizés de Nord-Est et ceux de Sud-Est. Une zone hasardeuse parsemée de nuages, de grains et parfois d’orages, où le vent peut varier de 50 degrés en l’espace de quelques minutes. « Ce n’est pas qu’une transition entre deux vents, c’est aussi une transition entre deux mers » précisent Sébastien Josse et Christian Dumard, les consultants météo du Vendée Globe. Le terrain sera donc cabossé. Les vitesses seront plus erratiques et les trajectoires moins lisses. Pour s’en sortir, il y a une recette magique : traverser perpendiculairement cette large bande de 300 milles et… garder son calme. « Chaque mètre gagné vers le Sud est un mètre gagné vers la sortie du tunnel » poursuit  Sébastien Josse.

HUGO BOSS, LinkedOut, Yes We Cam ! et Apivia ont commencé à ralentir à la mi-journée et s’apprêtaient à aborder ce no man’s land météorologique. Si tout va bien, ils devraient sortir du marasme demain mercredi, au prix, certainement, de quelques efforts. Toutefois, le Pot au Noir semble montrer cette année un visage conciliant. Les concurrents de tête pourraient donc passer comme des fleurs.

Troussel abattu

Nicolas Troussel aurait bien aimé, lui aussi, partager avec ses camarades ses inquiétudes pour le franchissement du « Pot ». Le sort et la mécanique en ont décidé autrement.

Le visage fatigué, les yeux gonflés après des heures de boulot sur le pont pour dégager le gréement du bateau qui menaçait d’abîmer les foils, Nicolas Troussel s’est exprimé ce matin : « ce n’est pas mon premier abandon sur une course. Mais c’est dur. J’ai surtout des pensées pour les gens qui ont travaillé m’ont soutenu et qui ont fait que ce projet existe. Ce sera long à digérer ». Le double vainqueur de la Solitaire du Figaro fait  route au moteur à petite vitesse vers Saint Vincent, au Cap Vert, où son équipe technique l’attend. CORUM L’Epargne est donc le premier bateau à se retirer de la course.

Beyou combattant

Plus chanceux, Jérémie Beyou, a désormais les moyens de repartir pour un challenge qui sera bien différent de ses aspirations de victoire. A 15h15, il quittait les pontons des Sables d’Olonne. Avant de repasser la ligne de départ aux alentours de 16h30 / 17h00 (en passant à tribord la cardinale Nouch Sud), la volonté du skipper et de son équipe était de tester, pendant une heure au moins, la bonne tenue des réparations effectuées ces dernières 48 heures. Charal repart avec un hémisphère de retard sur la tête de course. Du jamais vu sur le Vendée Globe. Les conditions météo qu’il va rencontrer dans sa descente de l’Atlantique Nord seront relativement favorables après la traversée d’un premier front mercredi en milieu de journée.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.