Vík í Mýrdal : l'Islande hors des sentiers battus

Carnet de voyage
Vendredi 8 octobre 2021 à 15h35

Il ne fait aucun doute que le pays du feu et de la glace est absolument époustouflant. Tout au long de l’année les touristes affluent en masse pour admirer sa beauté naturelle . Vík í Mýrdal, petit village oublié du bord de mer regorge de paysages que l’on ne peut voir nulle part ailleurs qu’en Islande.

Reynisfjall ©Wiki Média
Il ne fait aucun doute que le pays du feu et de la glace est absolument époustouflant. Tout au long de l’année les touristes affluent en masse pour admirer sa beauté naturelle . Vík í Mýrdal, petit village oublié du bord de mer regorge de paysages que l’on ne peut voir nulle part ailleurs qu’en Islande.

Comment s'y rendre ?

Vík í Mýrdal se trouve à un peu plus de 160 km de Reykjavik, sur le périphérique principal, également appelé Route 1, qui fait le tour de l'île et relie la plupart des grandes agglomérations. C'est un endroit important pour les habitants et les touristes, car c'est l'un des seuls qui offrent des services et des fournitures entre Skógar et le bord ouest de la plaine d'épandage glaciaire de Mýrdalssandur. C'est le lieu idéal pour faire le plein si vous visitez le Vík í Mýrdal dans le cadre d'un circuit en voiture, car les stations-service y sont très rares !

Climat

Pendant les mois d'hiver, les températures peuvent chuter en dessous de zéro. Vík í Mýrdal est également l'endroit le plus humide d'Islande et il n'est pas rare de voir de la pluie même en été. Il est donc important de faire ses bagages et de s'habiller de manière appropriée, car les conditions météorologiques en Islande peuvent changer fréquemment.

Reynisfjall

Nautisme Article
Cette grande colline est constituée de couches de tuf, de lave en coussin et de veines de basalte colonnaire.© Wiki Média

D'une hauteur de 340 mètres à son point le plus haut et d'une largeur d'environ 800 mètres, le relief connu sous le nom de Reynisfjall a été créé lors de l'avant-dernière période glaciaire, lorsqu'un volcan est entré en éruption sous un névé. Cette grande colline est constituée de couches de tuf, de lave en coussin et de veines de basalte colonnaire. Il suffit d'avoir un niveau de forme physique raisonnable pour l'escalader et, en été, vous disposerez d'un excellent point de vue pour observer les macareux, les termes arctiques, les fulmars et les mouettes. Rappelez-vous : regardez mais ne touchez pas !

Bien qu'il soit attrayant en soi, Reynisfjall est surtout visité en raison de ses voisines plus populaires, Reynisfjara et Reynisdrangar. Ensemble, ils font partie du géoparc de Katla.

Reynisfjara

Nautisme Article
D'imposantes falaises de basalte colonnaire s'élèvent sur le sable sombre et forment une toile de fond naturelle époustouflante.© Wiki Média

Les grands amateurs de la série Game of Thrones connaissent bien la vue de Reynisfjara, une plage de sable noir battue par les vagues de l'océan Atlantique à la sortie de Vik. Dans la série populaire, c'est sur cette plage que se trouvait le château d'Eastwatch-by-the-Sea jusqu'à ce qu'il soit détruit. Dans la réalité, c'est l'une des grèves les plus sauvages et les plus meurtrières d'Islande. A cause de l'absence de terre sur des milliers de kilomètres, d'énormes déferlantes peuvent se former et il est sage de ne jamais tourner le dos à la mer, même par temps calme. Un courant d'arrachement caché représente une menace réelle pour quiconque entre dans l'eau. Alors pourquoi s'y rendre ? C'est simple : il s'agit de l'une des plages les plus bucoliques du pays. D'imposantes falaises de basalte colonnaire s'élèvent sur le sable sombre et forment une toile de fond naturelle époustouflante. À leurs pieds, vous trouverez Halsanefshellir, une caverne voûtée. La grotte s'ouvre directement sur la plage, soyez donc très prudent si vous la visitez à marée montante ou lorsqu'il y a du vent.

Reynisdrangar

Nautisme Article
Les cheminées de mer de Reynisdrangar abritent des oiseaux marins, notamment des macareux, des fulmars et des guillemots.© Wiki Média

Au large de Reynisfjara se dressent les cheminées de mer de Reynisdrangar. Comme les falaises, elles sont en basalte mais ont été érodées par les vagues au cours des siècles. Elle sont désormais séparées du littoral et forment des piliers de roche autonomes. Ils abritent des oiseaux marins qui y nichent, notamment des macareux, des fulmars et des guillemots. Selon la légende, les rochers étaient au départ des trolls dont la mission était de sauver des vagues les navires sans méfiance et de les faire échouer sur le rivage. Mais les trolls ont été négligents et restés trop tard pour se cacher de l'aube : ils ont été transformés en pierre par les rayons du soleil. Quelle que soit l'histoire que vous déciderez de croire, il n'y a rien de plus beau que la vue de Reynisdrangar au soleil, la lumière douce illuminant seulement les pointes des affleurements rocheux.

Dyrholaey

Nautisme Article
Se tenant côte à côte, le trou béant de ce promontoire rocheux et son petit voisin attirent une foule désireuse de voir ce que la puissance des vagues peut donner.© Wiki Média

À proximité, l'arche de Dyrhólaey, taillée par les vagues, est l'un des plus emblématiques du sud de l'Islande. Pourtant, la plupart des touristes oublient une chose : il y a en réalité deux arches. Se tenant côte à côte, le trou béant de ce promontoire rocheux et son petit voisin attirent une foule désireuse de voir ce que la puissance des vagues peut donner. Venez à marée basse, lorsque vous pouvez encore marcher le long de la plage de sable noir sans trop vous mouiller les pieds ! En été, des colonies de macareux moines élisent domicile dans les falaises de basalte, tout comme à Reynisdrangar. Toutefois, si vous prévoyez de venir, évitez la saison de nidification au printemps, car la plage est interdite d'accès pour protéger les poussins. Cela vaut également la peine de grimper sur le promontoire adjacent, où se trouve un phare perché au sommet de la falaise. De là, les vues sur la côte sont superbes. Depuis Vik, Dyrhólaey n'est qu'à 20 minutes de route à l'est par Dyrhólavegur !

Avant de partir consultez les prévisions de La Chaîne Météo.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…