Les Îles de la Société, incontournables de la Polynésie Française

Par Figaronautisme.com
Vendredi 12 avril 2019 à 14h13

Composé des Îles-Du-Vent (Tahiti, Moorea et Tetiaroa) et des Îles-Sous-le-Vent (Huahine, Ra’iatea, Taha’a, Bora-Bora et Maupiti), l’archipel des Îles de la Société est l’un des plus visités de la Polynésie Française.

©Pixabay
Composé des Îles-Du-Vent (Tahiti, Moorea et Tetiaroa) et des Îles-Sous-le-Vent (Huahine, Ra’iatea, Taha’a, Bora-Bora et Maupiti), l’archipel des Îles de la Société est l’un des plus visités de la Polynésie Française.

Longues plages de sable bordées par un lagon transparent, paysages de carte postale… les Îles de la Société séduisent chaque année de nombreux plaisanciers, plongeurs et touristes du monde entier.

Tahiti, le cœur battant de la Polynésie Française

Passage obligatoire pour tout visiteur arrivant par les airs, Tahiti est le centre névralgique de la Polynésie Française. Point de départ des escapades vers les autres îles de l’archipel, Tahiti est également la plus grande, la plus animée et la plus peuplée des îles polynésiennes. Réputée pour son sens de l’accueil, son atmosphère détendue et la gentillesse de ses habitants, Tahiti, qui vit au rythme de la musique, de la danse traditionnelle et de la culture, révèle à ses visiteurs une multitude de facettes. Du nord au sud, l’île, composée de deux massifs volcaniques, dévoile à ceux qui l’explorent des paysages variés de toute beauté, un relief escarpé ponctué de cascades et de sites sacrés, ou encore des sites archéologiques. Outre l’incontournable Papeete, ne manquez pas de vous attarder sur la presqu’île de Tahiti pour observer la légendaire vague de Teahupo’o, ou faire la randonnée du Te Pari. Amateurs de farniente, vous trouverez votre bonheur sur les plages de sable noir de la côte Est et les franges de sable blanc de la côte Ouest. Autant de lieux également propices à la pratique de la plongée ou du surf dans un cadre idyllique.

Teti’aroa, l’île de Marlon Brando

Nautisme Article
© © Flickr

Avec ses 13 motu recouverts de cocotiers, ses eaux turquoise et ses plages désertiques d’un blanc immaculé, Teti’aroa, unique atoll des Îles-du-vent, incarne à la perfection la carte postale tropicale. Accessible en catamaran au départ de Papeete, l’atoll à l’écosystème préservé, classé réserve naturelle, a séduit tour à tour la lignée des Pomare (famille royale de Tahiti), qui en avait fait son lieu de villégiature, et l’acteur américain Marlon Brando, qui en a fait l’acquisition en 1966 après le tournage des Révoltés du Bounty, dont le tournage s’est déroulé en partie en Polynésie Française. Faire escale à Teti’aroa, c’est découvrir des plages paradisiaques mais également une faune variée, aussi bien terrestre que sous-marine. En effet, l’atoll héberge l’une des colonies d’oiseaux les plus riches de l’archipel, qui viennent se reproduire dans ce petit havre de paix préservé de toute civilisation.

Huahine l’authentique

Nautisme Article

Détente sur les plages de sable blanc, promenade sur le lagon turquoise, exploration des fonds marins et des jardins de coraux, découverte des sites archéologiques, croisières au coucher du soleil, surf, pêche, randonnées…, les possibilités sont multiples à Huahine. Composé en réalité de deux îles, Huahine Nui au Nord et Huahine Iti au Sud, ce petit bout de terre luxuriant qui a su garder son côté sauvage et authentique, dispose néanmoins de toutes les infrastructures nécessaires pour accueillir les touristes. Intimiste et confidentielle, l’île qui a envoûté le chanteur et artiste peintre Bobby Holcomb, est un petit coin de paradis hors du temps, moins fréquenté que Tahiti ou Bora-Bora, qui cultive des traditions ancestrales toujours bien ancrées dans le présent. On peut d’ailleurs visiter à Maeva un petit musée où sont exposés des objets et vestiges trouvés lors de fouilles, qui retracent l’histoire de ce petit confetti perdu au milieu de l’océan Pacifique. 

Pour un vol aller-retour depuis Paris vers Papeete à Tahiti début mai, prévoyez un budget de 1 300 euros minimum, avec une escale.

© Google Earth