Foils et électricité, le cercle vertueux !

Bateaux à moteur
Jeudi 24 novembre 2022 à 13h30

Les développements récents autour de la technologie des foils semblent donner une direction vraiment différente à tout un secteur du marché moteur. Là où les évolutions étaient incrémentales ou concernaient essentiellement le design, voire le marketing, ces dernières décennies, cette innovation de rupture permet d’envisager l’intégration de la fée électricité. Le nombre de constructeurs s’engageant dans cette voie est en ce sens révélateur.

©Photo Candela
Les développements récents autour de la technologie des foils semblent donner une direction vraiment différente à tout un secteur du marché moteur. Là où les évolutions étaient incrémentales ou concernaient essentiellement le design, voire le marketing, ces dernières décennies, cette innovation de rupture permet d’envisager l’intégration de la fée électricité. Le nombre de constructeurs s’engageant dans cette voie est en ce sens révélateur.

Les foils ne sont pas une technologie récente. Eric Tabarly en avait déjà équipé son trimaran Paul Ricard au tout début des années 80 et des ferries hydrofoils effectuaient ralliaient Dieppe à l’Angleterre à cette même époque. Mais le pétrole abondant et pas cher, les limites techniques de l’époque n’ont pas permis que la technologie se diffuse au plus grand nombre. Aujourd’hui, la prise de conscience de l’urgence climatique fait que s’affranchir de 30 à 40% du frein de l’eau redevient fort attractif. Optimisés par les profils et les matériaux développés en compétition (America’s Cup, ultims, Imoca…) les foils permettent qui plus est d’envisager la propulsion électrique, dont l’usage offrait en mode archimédien, une autonomie très limitée.

Le Candela C8 en leader

C’est le premier argument avancé par la société Candela, pionnier du bateau moteur électrique à foils. L’autonomie de 50 milles nautiques à 20 noeuds, est présentée comme étant, dans certaines conditions, le double de celle d’un bateau électrique conventionnel. Implantée en Europe mais aussi aux Etats-Unis où elle est représentée par l’ancien coureur au large Tanguy de Lamotte, la société Suédoise revendique près de 100 Candela C8 vendus à près de 300 000 Euros l’unité. Elle vient qui plus est de signer un partenariat technologique avec Polestar pour la fourniture de ses batteries de 45 kWh et du système de charge, un accord qui devrait lui permettre d’accélérer sa production. Mais c'est le Candela C-POD qui change véritablement la donne. En plaçant les moteurs électriques dans torpille sous l'eau, ils ont drastiquement réduit le nombre de pièces mobiles, d’engrenages et le bruit qui en découle. Qui plus est, avec 3 000 heures entre les révisions, le Candela C-POD peut presque être considéré sans entretien. A noter que tous les logiciels et la plupart des équipements - y compris le moteur du Candela C-POD et le contrôleur des foils en vol - sont conçus en interne.

Nautisme Article
© Image Iguana Yachts

Rouler, flotter, voler…

Ce succès, les Normands d’Iguana Yachts pourraient bien le rencontrer sur leur niche de marché du bateau amphibie. Ils ont en effet dévoilé lors du dernier Cannes Yachting Festival, l'Iguana Foiler, un bateau qui se déplace sur terre, en mer et donc (presque) dans les airs. Équipé d'un hors-bord électrique EVOY Storm 300+ de 300 CV, l'Iguana Foiler peut atteindre 30 nœuds. Les Anglais de Spirit Yachts, spécialistes es-yachts classiques, associés à BAR Technologies ne sont pas à ce degré de maturité de leur projet de motoryacht de 35 pieds électrique à foils au style ravageur. Il dispose de 6 sièges en configuration cockpit ouvert mais se transforme rapidement en élégant spider 2 places. Le navire "décollera" dès 14 nœuds et naviguera alors à 22 nœuds en vitesse de croisière, 30 nœuds en pointe. Le groupe motopropulseur électrique conçu par BAR Technologies promet d'offrir une autonomie d'environ 100 milles nautiques soit cinq heures de « vol ». La mise à l’eau du premier exemplaire est prévue pour cette fin d’année 2022.

Nautisme Article
© Photo Navier

Quand la Silicon Valley s’intéresse à un sujet…

Outre-Atlantique, les fondateurs de Navier, la start-up de la Silicon Valley ont opté pour un design beaucoup plus industriel pour leur 27 pieds. Sampriti Bhattacharyya, titulaire d'un doctorat du MIT en génie mécanique, ancienne ingénieure aérospatial dans la construction de systèmes de contrôle de vol à la NASA, ses connaissances l’ont porté sur le sujet de l’hydrodynamisme mais aussi de l’asservissement des foils. Un sujet dans lequel Reo Baird le co-fondateur excelle également, lui qui est diplômé en ingénierie aérospatiale spécialisé dans les systèmes autonomes. A une vitesse de croisière de 20 nœuds, leur foiler doit pouvoir parcourir 75 milles nautiques sous la conduite d’un pilote automatique offrant un niveau d’autonomie proche de celle que l’on peut rencontrer sur les voitures les plus évoluées en ce domaine.

Nautisme Article
© Image Alain Thebault - E-Nemo

Alain Thébault le précurseur

Enfin, ce panorama, même non exhaustif, ne peut éluder les deux projets portés par Alain Thébault. The Jet Zero Emission, un bateau volant au design futuriste qui, non content de voler à près de 40 nœuds, puise son énergie dans l’hydrogène. Mais le père de l’Hydroptère partage aussi le rêve de ses enfants, et il a dévoilé l’été dernier le projet e-nemo un projet à la fois disruptif et durable comme les aime son créateur. Capable d’accueillir jusqu’à 6 personnes, le secret des performances de cette navette spatiale volant au ras des flots réside en grande partie dans un foil très grand mais rétractable, qui lui donne la finesse d’un planeur sans en avoir l’encombrement. La longue interview qu’il nous avait accordé à l’occasion du Cannes Yachting Festival est à lire absolument.

Augmentation du temps de loisirs, prise de conscience écologique, le marché de la plaisance électrique a triplé depuis la pandémie de Covid et avec des bateaux et des projets aussi enthousiasmants, la croissance pourrait bien perdurer. Si le coût d’achat d’un bateau électrique reste supérieur à celui d’une version thermique, le coût de possession total, incluant l’usage et la revente est équivalent avec un impact réduit sur l’environnement. Trois freins persistent, le poids et le coût des batteries, sans oublier un réseau de stations de recharges rapides à construire entièrement.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…