RORC Transatlantic Race : premières arrivées pour une édition record

Course au large
Jeudi 19 janvier 2023 à 11h30

Alors que le VO70 I Love Poland vient de s’imposer en temps réel chez les monocoques, on reste impressionnés par le nouveau temps record établi par Giovanni Soldini. À bord de son MOD70 Maserati et en seulement un peu plus de 5 jours, il a réduit le temps de traversée entre les Canaries et la Grenade de 17 heures !

Le MOD70 Maserati bat le record de la RORC Transatlantic Race - ©Arthur Daniel / RORC
Alors que le VO70 I Love Poland vient de s’imposer en temps réel chez les monocoques, on reste impressionnés par le nouveau temps record établi par Giovanni Soldini. À bord de son MOD70 Maserati et en seulement un peu plus de 5 jours, il a réduit le temps de traversée entre les Canaries et la Grenade de 17 heures !

L’incontournable skipper Italien Giovanni Soldini et ses six hommes d’équipage, poussés par une concurrence de plus en plus acérée en MOD70, ont remporté l’édition 2023 de la RORC Transatlantic Race en très exactement 5 jours 5 heures 46 minutes 26 secondes, battant le précédent record d'un tout petit peu moins de 17 heures (1h 59’ 37’’). Si un vent portant et soutenu tout le long des 3000 milles nautiques du parcours a permis ce nouveau temps de référence, la mer forte a fait souffrir le grand trimaran et l’équipage Italien peut être fier d’avoir réussi à rester devant ses concurrents malgré notamment des soucis de dérive et de safran. Avec plus de quarante transatlantiques à son compteur Giovanni a beaucoup de recul et d’humilité sur la vie de marin. Pourtant, il n’est pas loin de penser que cette deuxième victoire consécutive en quatre participations sur la RORC Transatlantic Race frise la perfection, tant en termes de trajectoire que de leadership imposé au reste de la flotte. Il ne concède n’avoir commis qu’une seule petite erreur peut-être, tout au départ des Canaries, lorsqu’il est parti chercher une brise thermique qui s’est évanouie avant que Maserati n’arrive.

Nautisme Article
Loïck Peyron était à bord du MOD70 Zoulou - © RORC - DR

Mod70 émulation

Pourtant, derrière le trimaran Italien les autres MOD70 présents n’étaient pas venus faire de la figuration, à l’image du Snowflake de Frank Slootman qui avait à bord le très expérimenté Gavin Brady. Même s’ils ne s’étaient pas engagés sur une course aussi longue depuis pas mal de temps, ils ont sû mener leur bateau à son maximum même dans les conditions les plus musclées. Idem pour Zoulou à bord duquel l’expérimenté Erik Maris, grand spécialiste du multicoque mais plutôt inshore, effectuait sa première course transatlantique. Une rude épreuve du feu pour le navigateur Français, mais qui, épaulé par un équipage de haut vol dont un certain Loïck Peyron, a vu la victoire lui échapper en restant bloqué sous un nuage sans vent, un aléas irréparable quand les concurrents sont tellement rapides. Mais voler littéralement à plus de trente nœuds pendant de longues heures « est une expérience incroyable » confirme Erik, qui avait du mal à lâcher la barre. Il termine satisfait de sa belle troisième place et salue très sportivement la performance de Maserati et Snowflake.

Nautisme Article
© Arthur Daniel / RORC

Les jeunes Polonais en pole

Derrière le trio de trimarans, c’est le VO70 I Love Poland, skippé par Grzegorz Baranowski qui a franchi la ligne d'arrivée devant la marina Camper & Nicholson Port Louis, à Grenade en tête de la flotte monocoque. En moins de neuf jours, le jeune équipage entièrement Polonais remporte le trophée IMA Transatlantic. Neuf des équipiers présents à bord avaient moins de 35 ans et le navigateur, Konrad Lipski n'a lui que 27 ans mais déjà une expérience et un palmarès impressionnants. Après une première participation test l’an dernier, Baranowski est revenu avec encore plus d’ambitions cette année, pour hisser avec fierté le drapeau Polonais sur la plus haute marche du podium.  Dans les conditions de vent plutôt soutenues de cette édition 2023, son équipage a fait parle la puissance de son VO70 conçu pour le tour du monde mais dont l’ambiance sur le pont est toujours aussi humide.

Nautisme Article
L'équipage d'Eric de Turkheim sur Teasing Machine - © Arthur Daniel / RORC

Grande vitesse et émotion

Après I Love Poland, quatre voiliers ont passé la ligne d’arrivée en l'espace de neuf heures seulement. L'IMOCA Canada Ocean Racing (CAN) a terminé la course à Grenade à l’aube mercredi matin. Une belle performance pour le Candien Alan Roberts épaulé de Scott Shawyer qui, en double, a pu mener son 60 pieds à un rythme encore plus élevé qu’en solitaire. Il a été rejoint dans le port seulement deux heures plus tard par Toby Clarke, dont le Swan 115 Jasi s’est comporté, pour sa première « au-delà de ses espérances » selon les propres termes du skipper. Dépassant par moment les 20 nœuds, il a mené l’élégant voilier à son maximum, finissant 13h devant le superyacht My Song, un objectif personnel qu’il s’était fixé. C’était ensuite au tour du Botin 56 Black Pearl, avec Stefan Jentsch à la barre, d’être fêté comme il se doit. Heureux d’avoir surmonté toutes les difficultés techniques rencontrées, le skipper Allemand souligne la performance exceptionnelle réalisée sur les sept premiers jours au cours desquels ils ont tenu une moyenne de 15.5 nœuds. En fin d’après-midi, c’est le NMYD 54 Teasing Machine d'Eric de Turckheim qui s’est présenté devant la marina de Port Louis à Grenade. Une fois sur le ponton, le bonheur du Vice-Commodore Français du RORC faisait part de son enthousiasme : "Pour moi, c'est probablement la course la plus incroyable que j'aie faite, au portant tout du long, à fond tout le temps. C'est juste incroyable d'être capable de tenir une vitesse constante de 20-22 nœuds pendant 9 jours. Cette météo est magique. En arrivant sur la ligne d'arrivée, j'étais très ému, j'ai presque pleuré parce que ce ne sont pas des individualités qui nous ont permis de réussir cette RORC Transatlantic Race, mais un esprit d'équipe extraordinairement bon."

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…