Entretien avec Benjamin Dutreux : pour The Ocean Race, il a fallu adapter les bateaux pour une navigation en équipage

Course au large
Mardi 17 janvier 2023 à 11h23

A l’exception des derniers Imoca comme 11th Hour Racing Team, ils sont conçus et équipés pour une navigation en solitaire. Pour The Ocean Race, ils ont dû être modifiés pour s’adapter non seulement à une navigation en équipage mais aussi pour répondre au règlement imposé par la course. Pour en savoir plus, nous avons interrogé Benjamin Dutreux, le skipper de GUYOT environnement - Team Europe, soutenu par Helly Hansen.

©Albert Brel
A l’exception des derniers Imoca comme 11th Hour Racing Team, ils sont conçus et équipés pour une navigation en solitaire. Pour The Ocean Race, ils ont dû être modifiés pour s’adapter non seulement à une navigation en équipage mais aussi pour répondre au règlement imposé par la course. Pour en savoir plus, nous avons interrogé Benjamin Dutreux, le skipper de GUYOT environnement - Team Europe, soutenu par Helly Hansen.

Figaro Nautisme : Sur quoi ont porté les principales modifications ?

Benjamin Dutreux : "Tout d’abord, nous avons changé le moteur pour le remplacer par un Lombardini de 28 CV plus léger que l’ancien Volvo et moins gourmand en énergie. Le règlement de la course nous impose une puissance. Cette dernière est mesurée à l’aide d’un peson. Le bateau étant amarré à quai, le moteur accéléré au maximum, la charge est relevée sur le peson. Ce moteur est équipé de deux alternateurs."

F.N. : Comment avez-vous résolu le problème de l’eau potable à bord ?

B.D. : "L’eau potable est un point important. Il est hors de question d’embarquer de grosses quantités d’eau. La solution que nous avons retenue est un dessalinisateur. On a choisi le modèle Katadine qui fonctionne sous 12 volts et est à même de fournir 5 litres/heure. Bien sûr sa consommation électrique n’est pas négligeable, il faut compter 7 à 8 ampères par heure soit environ 1 ampère consommé pour produire un litre d’eau."

Nautisme Article
L'hydrogénérateur doit fournir 70% de la consommation électrique© Albert Brel

F.N. : Et concernant l’énergie à bord ?

B.D. : "Lorsque l’on a repris le bateau (ancien Hugo Boss), toute la partie électrique a été démontée pour la simplifier, la comprendre, avoir des plans précis pour pouvoir intervenir et gagner du poids. Les batteries traditionnelles ont été remplacées par deux modèles au Lithium de 200 Ah. Sur une batterie standard de 200 Ah, on a au maximum que 150 Ah disponibles, sur une Lithium, on peut disposer de toute sa capacité (200 Ah) et elle accepte un courant de charge important. Suite aux derniers incidents, sans doute liés à ce type de batteries, nous les avons disposées de telle sorte qu’elles ne puissent pas être inondées en cas d’entrée d’eau. Pour la recharge, nous avons un hydro-générateur qui assurera 70% de la charge et les 30% restant le seront avec les alternateurs du moteur (2 heures de moteur par jour). Nous avons des panneaux solaires, mais le manque de temps ne nous a pas permis de les installer. Ils le seront peut-être si le besoin s’en fait sentir, à l’escale technique."

F.N. : Avez-vous changé l’électronique ?

B.D. : "Nous l’avons simplifié et avons gardé les éléments qui nous semblent les plus fiables, par exemple, les afficheurs B&G et, pour les communications, le système Inmarsat imposé par le règlement."

Nautisme Article
Répétiteur B&G dans le cockpit© Albert Brel

F.N. : Et les aménagements intérieurs ?

B.D. : "Le règlement nous impose un nombre de couchages égal à 50% de l’équipage. Nous avons installé 3 bannettes plus des matelas. Pour la nourriture, l’époque où l’on pouvait embarquer du frais est révolue. Nous embarquerons des produits lyophilisés. Pour les réhydrater, la seule solution est de chauffer de l’eau sur notre petit réchaud et de la verser sur les produits. Une opération délicate surtout sur un Imoca. Pas de toilettes, nous nous conterons d’un sceau, dans ce cas, nos équipières nous envient."

F.N. : Le poids supplémentaire est-il important ?

B.D. : "Entre les équipiers et les équipements nécessaires et imposés, je compte environ un surpoids de 1000 kg, ce qui est loin d’être négligeable."

F.N. : Les équipiers sont-ils polyvalents ?

B.D. : "Tout l’équipage est capable d’occuper tous les postes. Mais, nous avons fait de telle sorte que les compétences (expériences voiles olympiques, hauturière, etc.) de chacun dans son domaine soit respectées pour obtenir un maximum d’efficacité. Le brassage des cultures et des compétences est le plus important."

F.N. : Qu’en est-il l’accastillage de pont ?

B.D. : "L’accastillage inox (manilles, renvois, etc.) a pratiquement disparu, il est remplacé par des équipements textiles beaucoup plus légers et tout aussi efficaces."

Nautisme Article
L'accastillage textile est très présent© Albert Brel

En conclusion

Cet entretien que nous avons eu avec Benjamin Dutreux montre bien que chaque détail du bateau doit être pris en considération et adapté à ce type de navigation. A la conférence des skippers, certains reconnaissent qu’ils n’ont pas l’expérience de longue étape en équipage. Celle entre Le Cap et Itajaï avec plus de 12 000 milles sera une première. C’est le cas de Benjamin Dutreux qui n’a jamais navigué plus de 30 jours d’affiler en équipage. Pour les skippers qui ont l’habitude naviguer en solitaire et qui peuvent se permettent de gérer à leur rythme, en équipage, il en est tout autrement car ils doivent gérer pour l’ensemble de l’équipage. Un point est certain, cette course va apporter beaucoup pour la course au large sur ce type de bateaux rapides et de nouvelles technologies.

Nautisme Article
L'IMOCA GUYOT Environnement - Team Europe© Albert Brel

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…