Tahiti Tourisme : « Les gens continuent de réserver. On espère une reprise en septembre ! »

Carnet de voyage
Samedi 25 avril 2020 à 6h28

Entretien avec Isabelle Gilquin, représentante de Tahiti Tourisme sur le marché français, qui nous parle de l'impact de la crise sanitaire en Polynésie française et des actions de communication pour continuer à promouvoir cette destination française du bout du monde.

©Tahiti Tourisme
Entretien avec Isabelle Gilquin, représentante de Tahiti Tourisme sur le marché français, qui nous parle de l'impact de la crise sanitaire en Polynésie française et des actions de communication pour continuer à promouvoir cette destination française du bout du monde.

Quel a été l'impact du confinement à Tahiti, et plus globalement en Polynésie française ? « Être un pays d’outre-mer change un peu la donne, tout n’est pas appliqué de la même façon. Certaines décisions sont prises en local par le gouvernement, l’autonomie est différente de la Caraïbe par exemple. Le trafic inter-îles a été totalement stoppé pour protéger les populations car le seul hôpital est à Tahiti. Nous avons eu quelques cas de covid-19 sur Tahiti (une cinquantaine) et depuis une dizaine de jours, les chiffres n’augmentent pas. Nous sommes en vase clos et les gens respectent bien le confinement sur les deux grosses îles que sont Tahiti et Moorea.

Tahiti Tourisme a été beaucoup occupé dès l’annonce du confinement et surtout lors de l’annonce du "Travel Ban" (interdiction de voyager) de Donald Trump puisque pour aller à Tahiti depuis l’Europe il y a un stop à Los Angeles. Avec l’annonce de la fermeture de l’espace aérien, il a fallu s’organiser pour rapatrier les touristes présents à Tahiti. D’autant que mars est une période très active pour le tourisme chez nous. Les compagnies aériennes ont trouvé des alternatives en passant par Pointe-à-Pitre ou par Vancouver. Air Tahiti Nui a réussi à faire un vol direct, avec moins de marchandises à bord. Il y a donc eu un gros travail de recensement, de transfert inter-îles et d'organisation pour les rapatriements dans le monde entier. »

Nautisme Article
© Eric Rubens

Continuez-vous à promouvoir la destination ? « Nous avons lancé une campagne de communication en France métropolitaine depuis le 1er avril « Le meilleur reste à venir ». La phase 1 consistait à dire aux gens : « n’annulez pas votre séjour, reportez » pour soutenir l’économie polynésienne. Nous venons de lancer la seconde phase cette semaine « Tahiti s’invite chez vous » sur Facebook avec des vidéos sur la culture, la gastronomie, des expériences… C’est une campagne globale pour la promotion de la destination. En France, nous avons eu la chance d’avoir de nombreuses émissions tv consacrées à la Polynésie donc nous avons un bon vivier d’images positives. Nous allons avoir des campagnes de communication plus appuyées en octobre/novembre car on sait que c’est une grosse période de réservation. »

Nautisme Article
© Mark Fitz

Comment envisagez-vous l'avenir pour le tourisme ? « L’année 2019 a été excellente avec 9% de touristes en plus sur Tahiti, dont 22,5 % de touristes français supplémentaires (environ 60 000 touristes de métropole au total). On espérait une année 2020 encore meilleure ! Nous sommes une destination qui est encore majoritairement vendue par les professionnels du tourisme. Avec 118 îles dont la moitié est visitable, il faut bien prévoir ses déplacements et ses trajets aériens et comme les budgets sont généralement de l’ordre de 5 000 à 6 000 euros par personne, les gens confient l’organisation à des professionnels. Nous avons de nombreux tours opérateurs spécialisés dans la destination. Tous les indicateurs étaient au vert…

Nous sommes en contact avec les professionnels pour essayer de trouver ensemble les solutions de la reprise, en espérant qu’elle ait lieu en juin, juillet… septembre au plus tard. Les compagnies aériennes parlent d’une reprise mi-juin mais encore faut-il que l’on puisse passer par les Etats-Unis, que l’on puisse quitter la France… Tout cela est très flou d’où notre mission en avril/mai de nourrir le grand public d’images positives, bleues et ensoleillées ! »

Nautisme Article
© Tahiti Tourisme

Avez-vous des reports ou des annulations ? Ou au contraire des réservations pour l'année prochaine ? « Nous avons eu des reports d’un an pour la majorité. Nous recevons par mail ou par téléphone beaucoup de demandes de brochures, d’informations pour 2021… Les gens se projettent et c’est une bonne chose. En général, les gens réservent un an à l’avance. Nous avons beaucoup de touristes CSP+, de voyages de noce et des personnes, souvent des seniors, qui viennent se renseigner en agence et nous demandent une idée de budget pour économiser, et organiser cela 2/3 ans plus tard, pour célébrer une retraite, un anniversaire de mariage… Nous avons également beaucoup de plongeurs. L’hébergement flottant représente une part importante avec les croisiéristes, à bord du Gauguin par exemple ou de l’Aranui dans les Marquises, des locations de catamarans… »

Quelle est votre haute saison touristique ? « Nous avons une saison des pluies dans l’archipel de la Société, où se trouve Tahiti, en janvier/février. De mars à quasi la fin de l’année, nous sommes en haute saison. Nous avons de moins en moins de basse saison. L’été il y a beaucoup de polynésiens qui rentrent voir leur famille. C’est de plus en plus constant, avec des pics lors des vacances scolaires. Aux Marquises cela est inversé. Donc les gens qui combinent la Société et les Marquises viennent en mai/juin ou octobre/novembre. Les hébergements sont donc bien occupés toute l’année et on espère que cela reviendra à terme. On espère une reprise en septembre. »

Nautisme Article
© Mark Fitz

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.