Energy Observer poursuit son Odyssée planétaire dans le Pacifique

Carnet de voyage
Jeudi 4 mars 2021 à 18h02

Dans un contexte sanitaire mondial très incertain, Energy Observer a décidé de poursuivre son Odyssée autour du monde. Avec leurs partenaires, Victorien Erussard et son équipe veulent continuer à délivrer un message optimiste à travers le monde. Au programme notamment : les îles Galápagos, la Californie, puis une première Transpacifique qui devrait les mener à Tokyo pour les Jeux Olympiques.

©Energy Observer Productions - George Conty
Dans un contexte sanitaire mondial très incertain, Energy Observer a décidé de poursuivre son Odyssée autour du monde. Avec leurs partenaires, Victorien Erussard et son équipe veulent continuer à délivrer un message optimiste à travers le monde. Au programme notamment : les îles Galápagos, la Californie, puis une première Transpacifique qui devrait les mener à Tokyo pour les Jeux Olympiques.

Energy Observer, premier navire propulsé aux énergies renouvelables et à l’hydrogène, démarre ainsi la 5ème saison de son Odyssée de 7 ans. Un tour du monde impacté par la pandémie mondiale, qui oblige les équipes à s’adapter aux multiples directives sanitaires locales. Energy Observer entend ouvrir de nouvelles voies et poursuivre l’exploration des énergies positives pour un avenir meilleur.

Des technologies embarquées toujours plus performantes

En 2020, le navire aura effectué les plus longues navigations de son histoire avec sa première Transatlantique et l’exploration des territoires d’Outre-mer jusqu’en Guyane, comptabilisant plus de 11 000 milles nautiques.

Une performance réalisée grâce à l’amélioration des systèmes embarqués, permettant une totale autonomie énergétique. Un modèle de résilience particulièrement adapté au contexte actuel.

Le cinquième chantier d’optimisation qui s’est tenu au Marin, en Martinique, a permis de préparer les systèmes et le navire à des traversées encore plus longues, dont celle du Pacifique. La chaîne hydrogène a été simplifiée pour optimiser les performances du REXH2® (un ensemble pile à combustible - compresseur - onduleur développé par EODev en collaboration avec Toyota). Ce module a fait ses preuves durant les 11 000 milles nautiques de sa première année de navigation, démontrant son potentiel pour verdir le transport maritime.

Nautisme Article
© Canal de Panama

Encore 4 ans d’Odyssée et une Transpacifique en 2021 !

Le bateau a largué les amarres au Marin début février. Après avoir traversé le canal de Panama, il est arrivé le 24 février aux îles Galápagos, réserve de biosphère de l’Unesco - partenaire historique d’Energy Observer -, pour y découvrir un écosystème unique ayant grandement inspiré Charles Darwin et sa théorie de l’évolution.

Cap ensuite vers la Californie, haut lieu de l’innovation, accélérateur de la transition écologique nord-américaine : une navigation de près de 3000 milles nautiques avec deux escales programmées à Los Angeles et San Francisco, si les conditions sanitaires le permettent.

L’Asie, un continent pionnier dans le déploiement de l’hydrogène

Après une escale dans le Golden State, l’équipage devrait entamer sa première Transpacifique, avec une étape incontournable à Hawaï, pour ensuite rejoindre la baie de Tokyo pour les Jeux Olympiques. Victorien Erussard aura l’honneur de faire partie des porteurs « relais » de la Flamme Olympique, qui sera pour la toute première fois alimentée à l’hydrogène. Une étape symbolique lors de cet évènement planétaire, placé sous le signe de l’innovation technologique et énergétique.

Energy Observer se rendra ensuite à Busan, en Corée du Sud, puis Shanghai, en Chine, et terminera sa saison au Vietnam. Ces pays se distinguent par des politiques énergétiques ambitieuses construites autour des technologies hydrogène. Voitures, métro, bus, camions, habitations : les applications sont multiples et bien plus nombreuses qu’en Europe. Ce sont ces utilisations au quotidien dont Energy Observer souhaite s’inspirer.

Nautisme Article
© Energy Observer Productions - Agathe Roullin

De l’Asie à Paris en 2024

En 2022, le navire-laboratoire poursuivra sa route vers Singapour, puis vers l’Inde et le Moyen-Orient, avec une escale à Dubaï, sur l’invitation du Pavillon France lors de l’Exposition Universelle. Océan Indien, Afrique et Amérique du Sud complèteront l’Odyssée jusqu’à sa dernière grande étape internationale : New York. Premier ambassadeur français des Objectifs de Développement Durable, Energy Observer s’amarrera le long du quai Hudson, siège de l’ONU.

Enfin, en 2024, Energy Observer souhaite clôturer son expédition en réalisant un dernier tour de France. Ce sera ainsi l’occasion de partager toutes les initiatives et solutions durables qui auront été découvertes autour du monde. Une année historique pour la France qui, après Tokyo, accueillera à son tour les Jeux Olympiques, dont les ambitions écologiques en termes d’impact environnemental seront sans précédent.

« À travers cette deuxième phase de l’Odyssée, nous souhaitons vous partager un autre monde… Un monde où l’impact de la production d’énergie est supportable pour l’environnement. Un monde où se déplacer ne provoque plus de pollutions, ni de maladies respiratoires. Un monde où l’homme cohabite avec les autres espèces, entretient les écosystèmes, et bénéficie de l’expérience de la nature. Energy Observer veut participer à la construction de ce nouveau monde et veut inventer des solutions durables pour la mobilité de demain. » Victorien Erussard, capitaine et fondateur d’Energy Observer.

Une Odyssée pour accélérer la transition écologique

Le but de cette expédition est de contribuer à accélérer la transition énergétique en démontrant que les nouvelles technologies alternatives fonctionnent en milieux extrêmes et peuvent être dupliquées à plus grande échelle sur terre comme en mer. C’est aussi le moyen d’explorer lors d’un tour du monde les solutions en faveur de la transition écologique par le prisme des 17 Objectifs de Développement Durable, dont Victorien Erussard est le premier ambassadeur français. Enfin, les productions audiovisuelles sensibilisent les publics, décideurs et industriels à ce nécessaire changement à travers une série de contenus inspirants et pédagogiques (films documentaires, web-séries, articles scientifiques, exposition itinérante...).

Energy Observer a reçu le Haut Patronage de Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République française. Premier ambassadeur français des Objectifs de Développement Durable de l’ONU, ce projet bénéficie du soutien officiel du Ministère de la Transition écologique, l’Unesco, l’Union européenne, l'Irena et de l'Ademe.

Programme du navire en 2021 :

Iles Galápagos, Équateur : 24 février – 19 mars

Los Angeles, États-Unis : du 23 au 27 avril

San Francisco, États-Unis : du 1 au 5 mai

Hawaï, États-Unis : du 23 au 31 mai

Tokyo, Japon : du 21 juillet au 15 août

Busan, Corée du Sud : du 22 au 26 octobre

Shanghai, Chine : du 4 au 21 novembre

Nha Trang, Vietnam : du 8 au 12 décembre

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.