Cantilène Cantabrique : à San Vicente de la Barquera nous n'irons pas... quoi que !

Carnet de voyage
Mardi 26 juillet 2022 à 12h03

Le temps est très instable, les pratiques nous jurent que c’est inhabituel. En tout cas la conjonction des planètes : Vent, Houle, Pluie, n’est pas des plus favorables pour qui, comme nous, veut faire de l’Ouest. Qui plus est cette côte de Santander à Gijón ne comporte aucun abri de classe A sur 90 milles. Plus de 12 mètres de longueur, plus de 2 mètres de tirant d’eau, nous ne sommes pas les bienvenus sur cette portion du trajet. A San Vicente de la Barquera nous n’irons pas, ou du moins par la mer.

San Vicente de la Barquera ©Illustration Adobe Stock
Le temps est très instable, les pratiques nous jurent que c’est inhabituel. En tout cas la conjonction des planètes : Vent, Houle, Pluie, n’est pas des plus favorables pour qui, comme nous, veut faire de l’Ouest. Qui plus est cette côte de Santander à Gijón ne comporte aucun abri de classe A sur 90 milles. Plus de 12 mètres de longueur, plus de 2 mètres de tirant d’eau, nous ne sommes pas les bienvenus sur cette portion du trajet. A San Vicente de la Barquera nous n’irons pas, ou du moins par la mer.

C’est dimanche, mauvaise option pour rejoindre la voiture de location. Nous contournons la piste de l’aéroport par l’Ouest, une heure de marche, le double de l’option Est. Personnel serviable, office de tourisme prévenant à l’aéroport. Sur les conseils de l’aimable locutrice en français nous modifions notre programme et adoptons celui proposé par le dépliant touristique.

On commence donc par visiter la côte, première escale à Suances. Aucun regret de ne pas embouquer le chenal, ça déferle gaiement à mi-marée dans le chenal. Joli spot de surf, la petite ville n’a rien d’original. Tourisme local, maisons secondaires et petits immeubles de villégiature saisonnière.

Nautisme Article
Plage de Suances© sous licence cc / Carlos ZGZ

La Côte se retranche derrière ses falaises, on la quitte légèrement pour incliner notre cap vers l’intérieur.

Santillana del Mar n’est pas au bord de la mer, il faut s’y faire ! C’est à 20 minutes de Suances et une étape remarquable sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle, Santiago. Cette petite cité est remarquable. Elle a conservé intact, au fond d’une vallée les témoignages des siècles. Se côtoient des palais du 12ème siècle et des demeures 18ème qu’unissent la même pierre orangée, et, comme à Venise l’harmonie de l’ensemble est heureuse. Un tourisme bon enfant et local envahit les rues pavées et les échoppes variées. Il est recommandé de visiter la Collégiale, en face de laquelle on n’arrive pas à s’émerveiller devant un palais renaissance de bien rustique manière. En fait c’est l’ensemble et les discrètes restaurations qui participent au charme de ce village musée. On poursuit sur les chemins de St-Jacques, doublant des pèlerins à pied, ils empruntent le chemin nord cantabrique, quelques panneaux indiquent la voie ou la halte.

Nautisme Article
La collégiale de Santillana del Mar

Pour nous la prochaine halte c’est Comillas. Surmontée par des édifices néogothiques dont le Palais Sobrenallo qui rappelle le gout de la noblesse espagnole pour le monumental et le désir de satisfaire Alphonse XII qui s’y rendait souvent. Gaudi a signé juste à côté un pavillon… à la Gaudi, qui ravit les amateurs. Descendons sur le port. Il est de taille réduite ce bassin. On s’interroge sur la présence d’une grue à son entrée. Détaillant ses alentours, on a peu de mal à imaginer : cette grue est destinée à installer des batardeaux entre les deux digues pour empêcher la houle de rentrer. Quand on disait qu’on n’était pas les bienvenus… 

Nautisme Article
El Capricho de Gaudi© sous licence cc / dm1795

San Vicente de la Barquera nous y voilà. Le site est remarquable, il fait le bonheur des photographes par jour de beau temps en hiver. Au premier plan le vaste estuaire il est partagé en deux par la presqu’île, celle-ci est couronnée du château et de l’église, elle est reliée à chacune des rives par de jolis pont de pierre ; en second plan, surmontant l’ensemble, enneigés, les Pics d’Europe 2648 mètres se font hautains. Il reste encore un peu de neige mi-juin. La petite bourgade est surpeuplée de touristes. C’est marée basse et décidément là aussi pas pour notre quille. On trouve avec difficulté un parking payant. Le concierge répond aimablement « Le meilleur restaurant ? El Pescador, le deuxième sur la gauche après le pont ».

Nautisme Article
San Vicente de la Barquera

Côté rue ça ne paye pas de mine, on hésite, à l’évidence clientèle locale, on questionne « Non ici c’est pour les tapas, le restaurant c’est côté mer, oui c’est très bon ». On traverse une salle quelconque. En terrasse toutes les tables sont réservées, c’est un établissement d’habitués, ils arriveront tous après 14 heures. Toutes les tables sont prises ? Non, on arrive à nous faire une place. Personnel comme d’habitude très aimable. On s’est régalé d’une sorte de bouillabaisse réduite. On découvre le vin blanc local l’Albinero, assez sec. La note se fait discrète

EL PESCADOR Avenida los soportales, 26 San Vicente de la Barquera

Nautisme Article
San Vicente de la Barquera

Au loin dans le sud la chaine cantabrique barre l’horizon. Nous reprenons la direction de Santander en empruntant l’autoroute, il serpente à travers ces vertes collines, bois, prés et ruminants, et, par endroit, brutalement de gros complexes industriels surgissent, chimie, métallurgie, puis de nouveau vaches et moutons. Au loin la barrière Cantabrique borne le paysage.

La Collégiale de Castaneda est bien planquée. La cartographie électronique elle-même nous égare sur des chemins forestiers voire à travers champs. On décide de suivre les rares panneaux pour enfin admirer le portail roman (XIIéme). Les volumes sont parfaits, mais là aussi on peine à s’extasier devant les sculptures. La dure pierre locale orange ne permet pas les effervescentes, les exubérances, de notre calcaire charentais.

Nautisme Article
Puente Viesgo

Puente Viesgo est jumelée avec Les Eyzies, France. On comprend pourquoi. La commune est truffée dans ces collines calcaires qui l’environnent de grottes qui furent occupées à la fin du paléolithique (vers -10 00 Avant J.C). On peut donc y admirer des peintures rupestres : mains ocres et alignement de points. Le site de la grotte El Castillo est très similaire à ceux du Périgord. On aura pu auparavant lors de notre randonnée, à deux jets de lance de Santillana del Mar, visiter le premier site au monde de peintures reconnues comme préhistoriques, c’était en 1879, vingt ans avant Lascaux. L’original cantabrique a un nom universellement connu : Altamira. Ces vestiges sont un témoin vivant de l’attrait de l’Homme pour cette riche région. On comprend pourquoi.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…